Fritillaire de perse

photo fritillaire de pers copie 1Ceci est une fritillaire de perse.
Une belle tige d’à peu prés 1m50 porteuse de jolies clochettes gris poupré.
Celà fait déjà plusieurs années que je tente d’en faire fleurir une, j’aime beaucoup ces plantes.
Mais ces grandes fritillaires sont difficiles à acclimater.
En général elles fleurissent une fois et puis on ne les revoit plus ; Mais souvent elles font une tige malingre qui ne fleurit pas ou bien elles ne sortent même pas de terre.photo fritillaire de pers copie 2
Et pourtant Dieu sait combien de bulbes j’ai pu planter.
Il faut croire que le terrain ne leur convient pas.
Pourtant ce sont des plantes de montagne habituées aux climats rudes mais qui ne supportent pas l’humidité.
Il leur faudrait sans doute une rocaille sèche avec une terre sablonneuse ou caillouteuse.Le seul endroit où j’en ai vu refleurir était un vieux lavoir empli de terreau et de sable.
J’ai décidé de planter celles-ci (deux bulbes) dans un pot.
Pour le moment elles ont consenti à fleurir, on va bien voir si elles acceptent de refleurir l’année prochaine.
J’ai sans doute tort de m’acharner à planter des bulbes qui ne veulent pas fleurir chez moi mais je me dis que je les aime tant qu’elles aussi finiront par m’aimer (hum !).

Comments (2) »

Je suis sorti promener le chien.

photo cardamine des prés avril 2014 001 Notre petite chienne semblait s’ennuyer.
Sa mère qui lui tenait compagnie ( et l’empéchait de manger avant qu’elle-même ait fini ) étant morte de vieillesse.
J’ai donc décidé de l’enmener en promenade sur les collines qui dominent la ville.
Une de mes voisines m’ayant dit qu’il y avait des orchidées dans le coin, j’ai emporté mon appareil photo.
J’ai garé la voiture le long d’un fossé.
Mais, scrupuleux comme je le suis, j’ai pensé que je pourrais me garer en dépassant moins sur la route en reculant de quelques mètres.
J’ai si bien reculé que la voiture est tombée dans le fossé.
Il ne doit pas se produire beaucoup d’évènements notables dans le coin car en cinq minutes j’avais tous les résidents des maisons voisines autour de moi.
Ils ont été trés aimables et ont même essayé de sortir la voiture avec un de ces petits tracteurs jouets qui servent à tondre les pelouses.
Ca n’a pas marché et j’ai dû faire appel à l’assistance. Trois heures plus tard la dépanneuse est arrivée et a sorti la voiture du fossé avec un treuil.
Ca m"a coûté 110 euros et des poussières.
Bon sang ! j’étais juste sorti pour promener le chien
photo chélidoine avril 2014 003
Tout de même, vu que le dépanneur m’avait averti qu’il n’arriverait pas avant deux heures, j’ai pensé qu’il n’y avait aucune raison de priver le chien  d’une promenade et je suis parti avec la laisse du chien dans une main et l’appareil photo dans l’autre.
J’ai ramené quelques photos de fleurs des champs ce qui m’a calmé les nerfs.
La première est une cardamine qui fleurit en lisière des bois.
La seconde aux quatre pétales jaunes est une chélidoine. Quand on coupe une de ses feuilles, il en coule un latex jaune censé guérir les verrues.
Son nom vient du nom grec de l’hirondelle d’aprés la légende qui raconte que cet oiseau se sert du suc de la plante pour aider ses petits à ouvrir les yeux.photo coing avril 2014 006
Et enfin la dernière est une fleur de cognassier, du moins je le suppose, j’ain toujours quelque difficulté à faire la différence avec la fleur de néflier.

Comments (10) »

Professor Einstein

photo narcisse mars 2014  copie

"Professor Einstein" c’est le nom de ce narcisse.
Je suppose que le "professor" en question est Albert Einstein.
C’est un peu curieux, d’habitude on dédie des roses à des célébrités.
Mais un narcisse va bien avec le caractère contemplatif du personnage.
Ca me va comme celà, je me suis toujours considéré comme un contemplatif (voire, à l’occasion, comme carrément voyeur) et, à mon âge, mes activités sont surtout contemplatives.
A propos de contemplation, j’ai lu un article de D.Schneidermann qui rapportait la réponse d’un journaliste de Médiapart à J.M. Apathie : Le proverbe chinois "Quand le Sage monte la Lune, l’imbécile regarde le doigt".

Schneidermann revendique haut et fort son droit de regarder le doigt.

"… Tandis que le doigt. Ah, le doigt ! Est-il fermement pointé vers la lune ? Hésite-t-il ? Tremble-t-il ? A quoi ressemble-t-il, le doigt du sage ? Est-ce un délicat doigt de fée, un doigt râblé de paysan ou de travailleur ? Et tiens, par hasard (mauvaise pensée entre toutes ! Promis, je sors après) y resterait-il quelques traces de confiture"

De fait, suffit-il de montrer la Lune pour être un Sage ? Et tous ceux qui, aujourd’hui nous la montrent, sont-ils bien des Sages ?

Dans l’attente de la réponse à ces questions, je pense que, tout en regardant poliment la lune, il n’est pas interdit de jeter un coup d’oeil discret sur le doigt.

Comments (7) »

Ca va péter !

photo narcisse mars 2014  copieEncore des narcisses ?
Ben oui, c’est la saison.
Et c’est la début du printemps, bien que la saison saoulée au Réchauffement climatique, cette dernière semaine, semble revenir vers des températures plus conformes à la période.
Il ne faudrait pourtant pas qu’elle revienne trop en arrière : des gelées, en ce moment seraient désastreuses et compromettraient les floraisons à venir.photo narcisse mars 2014  copie 2
A propos d’avenir désastreux, j’ai lu une note amusante (enfin, amusante…) sur Rue 89 : Une étude réalisée par un institut parrainé par la NASA (Depuis que c’est foutu pour retourner sur la lune, ils s’occupent comme ils peuvent), plutôt pessimiste sur le futur de notre civilisation.
Les auteur ont établi un modèle mathématique fondé sur l’histoire des grandes civilisations, empire romain, mésopotamie, empire des Han, etc… (l’article ne cite pas l’Egypte) prenant en compte la population, l’eau, le climat, l’agriculture, l’energie, la répartition des richesses, (pas la religion)
et ils l’ont fait tourner.photo narcisse mars 2014  copie 1
Résultat ? : lorsque les hommes tirent trop sur leur environnement et organisent une répartition trop inégalitaire des richesses, la civilisation s’effondre.
Ca dure, comme ça depuis 5000 ans et notre propre civilisation s’approche de plus en plus du point de rupture.
Existe-t-il un moyen d’échapper à la chute de l’Empire Industriel ?
Oui, disent les auteurs.
Comment ?

En réduisant les inégalités économiques de manière à assurer une répartition plus équitable des ressources ; en réduisant la consommation des ressources non renouvelables et en réduisant la croissance de la population.

Bon, ben…si c’est ça la solution…je crois qu’on est foutus.
Garçon ! une autre bière s’il vous plait !

Le lien est ici :

Comments (19) »

Le Paradis

photo crocus fevr 2014 00 copieBon, je crois que, maintenant, c’est parti !
Le printemps s’installe.
Bientôt, le jardin redeviendra un paradis.
A propos de paradis, je me souviens d’avoir publié une note sur l’enfer , mais je ne me souviens plus d’avoir expliqué, ce qu’était le Paradis.
Il est possible que je radote mais tant pis, à mon âge c’est normal aprés tout.
Le paradis est donc un jardin, c’est ce que signifie le mot "paradis".
Et la caractéristique principale d’un jardin, ce qui le fait exister, c’est d’être CLOS.

L’amour de moi y est enclose
Dedans un joli jardinet
Où croît la rose et le muguet
Et ainsi fait la passerose.

C’est ce qui le distingue, d’un champ, par exemple.DSCN2249 copie
Donc, le paradis, lieu des délices est enclos de murailles.
Elles existent, Saint Brandan les a vues au cours de son célèbre voyage dans les contrées nordiques : "…des murailles d’ivoire parsemées de pierres précieuses, leur sommet est d’or et, derrière, il y a une montagne d’or." (je cite de mémoire)
Soit le front d’un glacier émergeant de la brume à l’aurore, mais passons.
Il existe un lieu de délices tout aussi fermé où nous avons vécu dans ce que l’on appelle : l’état de Justice. Un lieu où nous recevions tout, amour, protection, nourriture, croissance sans avoir rien à donner en échange.
Ce lieu c’et le ventre maternel.
Un lieu ou nous étions si bien que, comme dit le goût, nous ne perdons pas une occasion de tenter d’aller y refaire un tour.
Car, en effet, c’est dans le ventre maternel que nait ce qui constitura le plaisir sexuel.photo crocus jaunes fevri copie
Il faut donc ajouter à toutes les sentations ressenties à ce moment une dimension chaudement érotique.
Le paradis musulman n’oublira pas cette dimension qui a tant choqué et fasciné le monde chrétien.
Donc, le Paradis est une métaphore du ventre maternel et, en ce sens, il faut bien reconnaitre qu’il est irrémédiablement perdu.

Comments (6) »

Ils sont partout !

photo hepatique fevr 2014 copieIls sont partout, partout, partout !
Dans le cinéma, la bande dessinée, la littérature d’évasion, l’horreur, le steampunk, les jeux vidéo !
Ils sont partout… les morts-vivants.
Bon, on va dire que c’est une mode.
Une mode américaine.
Celà ne date pas d’hier et avait commencé en 1943 avec le film "I walked with a zombie" de Jacques Tourneur ( si ma mémoire ne me joue pas de tours).
Mais l’inflation actuelle des morts-vivants dans l’imaginaire des américains m’intrigue.
Il est vrai que les vampires et les loups garous qui tenaient jusqu’ à présent le haut du pavé semblent avoir dérivé vers le public des adolescentes (Twilight) et qu’il fallait peut-être les remplacer.
Mais il me semble que les morts-vivants, comme les fantômes, ont quelque chose à voir avec la Mémoire.
En psychanalyse, le fantôme est théorisé comme une parole qui n’ayant pas été prononcée au moment où il aurait fallu le faire, constituant une sorte de "trou" dans le discours qu’une famille élabore sur elle-même et qui peut se transmettre sur plusieurs générations, une absence perturbante dont on a perdu l’origine.
Le mort-vivant, à ce que je sache n’a pas été théorisé, mais, vu son énorme diffusion dans l’imaginaire, me semble concerner l’ensemble d’une Nation.
Quelque chose que l’on a tué et enterré mais qui sort de sa tombe, provoquant l’épouvante générale (wikileaks).
Je pense que le placard américain ne contient pas plus de cadavres que celui des autres nations mais il semble bien que les siens veuillent sortir.

La fleur qui illustre cette note est une fleur d’hépatique, petite renonculacée sournoise, bien vivante, elle, mais très envahissante et dont je n’arrive pas à me débarrasser.

Comments (4) »

La première jonquille

photo narcisse fevr 2014  copieDe toutes les fleurs que je connais, la jonquille est l’une des plus difficiles à photogaphier.
Quelque soit l’angle sous lequel on tente de la prendre, elle a toujours l’air de travers.
Sans compter la distance entre sa couronne de tépale et sa pseudocorolle en trompette qui fait que si l"un est net sur la photo, l’autre est flou et inversement.
J’ai pris une option oblique sur celle-ci aprés avoir augmenté la sensibilité de mon appareil à 1600 asa.
C’est la première jonquille de l’année (avec bien quinze jours d’avance) et je ne voulais pas la louper.
Elle a même battu sur le fil, la floraison des crocus, premières notes de ma symphonie pastorale personnelle.
La jolie couleur jaune de la jonquille m’a rappelé la belle tresse blonde de Ioulia Timochenko parlant juste sortie de prison, sur la place Maidan, sans avoir eu le temps de passer chez le coiffeur.
Pendant son emprisonnement, ses cheveux ont foncé mais pas sa tresse.
Conclusion : la tresse est fausse.
Bon, je le savais déjà : sa blondeur est aussi artificielle que sa tresse, mais elle a adopté cette coiffure pour son "look" politique, c’est la coiffure traditionnelle des ukrainiennes.
Décidément, entre la tresse de Timochenko et la datcha de Ianoukovitch (les mineurs du Donbass pourront y trouver des idées pour décorer leurs propres appartements.), l’Ukraine est vraiement un pays fascinant.
Je me demande s’ils ont déjà des jonquilles.

Comments (5) »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 85 followers