Archive for février, 2012

Corans brûlés

J’ai déjà dû montrer bien des photos de crocus sur ce blog.
Mais c’est la première fleur de l’année au jardin. Je ne pouvais pas laisser passer ça !
La première fleur, c’est toujours un message d’espoir, alors je m’y accroche.
Pourtant les nouvelles du monde ne sont pas bonnes.
la répétitions des informations sur les manifestations et les attentats en afganistan à la suite d’incinération de corans par des américains a fini par attirer mon attention.
Apparamment,pour les américais, il s’agissait de se débarasser de papiers saisis sur des prisonniers. Il y avait des corans parmis ces objets saisis et ils n’y ont pas vu malice, ils ont tout brûlé et ont jeté les cendres aux ordures.
Le fait qu’ils n’aient même pas imaginé la réaction des afgans montre leur ignorance, leur inculture, et, au fond, le mépris plus ou moins conscient qu’ils éprouvent pour ces populations qu’ils étaient censés venir aider.
La réaction des afgans m’inspire quelques réflexions.
L’islam a pris soin d’interdire formellement la représentation de Dieu, du Prophète et même de n’importe quel individu dans la crainte (justifiée) que ces représentations ne deviennent des objets de dévotion ou même d’idolâtrie ; Eviter, en somme, le piège dans lequel sont tombés les Chrétiens.
Hélàs…! le fétichisme a le cuir épais et il est impossible de s’en débarasser. En l’absence d’Images c’est le livre lui même, l’ojet écrit ou imprimé, qui est devenu le fétiche.
En contradiction avec l’esprit de la religion pour lequel seul compte la Parole que l’on ne peut, evidemment, pas brûler.
Bon, c’est un état d’esprit que je peux comprendre ; Moi aussi je suis choqué losqu’on brûle un livre, quel qu’il soit.
Et c’est sans doute l’explication de la rage meurtrière qui a saisi les afgans : ils ont été brutalement mis en face de leur propre contradiction en voyant qu’en réalité, un objet si saint pouvait être brûlé comme un simple détritus.

Comments (7) »

la Graine au bois dormant

<aCeci est l’urne d’une saponaire qui était venue s’installer à la bonne franquette dans mon ancien jardin.
Elle contient les graines de la plante.
Un jour, un écureuil de sibérie ramassa une urne semblable et l’enterra pour se constituer ses réserves pour l’hiver.
Mais il l’oublia le printemps venu.
Les graines restèrent sous terre, le sol gela et elles plongèrent dans un long sommeil.
Un sommeil qui dura…trente mille ans.
Des scientifiques russes ont retrouvé ces graines à 38 mètres de profondeur dans le pergélisol, le sous-sol gelé de la toundra.
Et ils ont réussi à les ramenet à la vie et à les faire refleurir.
La photo, empruntée à Futura sciences, montre ces fleurs un peu différentes des saponaires modernes.
La fleur de droite est celle de la saponaire actuelle et celle de gauche montre la belle au bois dormant en fin réveillée. href= »https://clodoweg.files.wordpress.com/2012/02/rtemagicp_silene_stenophylla-plante-sexe_yashina_et_al_2012_pnas_txdam27989_02c482.jpg »&gt;
C’est là un exploit scientifique mais l’article note qu’avec le réchauffement climatique le pergélisol fond à grande vitesse et que d’autres plantes anciennes pourraient maintenant refleurir.
Pendant tout ce temps les écureuils ont dû stocker des milliards de graines.

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/botanique-1/d/record-une-plante-renait-apres-30000-dans-le-pergelisol_36929/#xtor=EPR-17-%5BQUOTIDIENNE%5D-20120222-%5BACTU-record_:_une_plante_renait_apres_30_000_dans_le_pergelisol%5D

Comments (8) »

Une mangeoire pour les oiseaux

J’avais installé cette mangeoire pour les oiseaux. Confortable et spacieuse je pouvais y verser des graines trés apprécièes par les petit visiteurs du jardin.
La chatte lui a trouvé un usage plus conforme à ses propres desseins.
Tant que l’endroit est ensoleillé, elle profite de la chaleur tout en ayant les pattes bien au sec.
A moins qu’elle n’espère ainsi profiter de l’étourderie d’un volatile imprudent.
Mais pour autant que je puisse en juger, cette masse de poils noirs percée de deux yeux jaunes aurait plutôt tendance à leur couper l’appétit.

Comments (9) »

Petite pousse

Cette petite pousse doit bien faire dans les cinq centimètres de hauteur et être âgée d’un an ou à peu prés.
Je crois bien me souvenir de l’avoir vue l’années dernière à la même époque alors qu’elle n’avait encore qu’une seule couronne d’aiguilles.
Je constate qu’elle est encore là cette année et toujours en pleine forme malgré la sécheresse et la vague de gel.
Je la contemple avec sympathie étonné qu’un si petit truc soit si résistant.
Je pense avec regret au moment où je vais l’arracher car je n’ais aucun endroit du jardin où je pourrais la transplanter pour qu’elle se développe.
Car cette petite pousse c’est… un pin parasol.
Il y en a un adulte, pas trés loin qui arrose le quartier de ses graines et l’une d’elles a germé dans le jardin.
J’aimerais bien pouvoir la conserver, même sans espoir de la voir jamais adulte car un pin parasol ne l’est qu’à partir de soixante ans.
Et puis les racines de ces conifères ont une fâcheuse tendance à s’insinuer sous les fondations des maisons pour les soulever. Il leur faut de la place.
Ici, ces pins sont souvent plantés par deux, un de chaque côté de l’entrée d’un domaine. On dit ici qu’autrefois celà indiquait que le propriétaire appartenait à la Religion Réformée.
S’il n’y avait pas de maisons et de jardins tout autour, ce petit pin pourrait peut-être grandir et prospérer.
C’est bête, mais je n’aime pas arracher des plantes qui se sont semées toutes seules, sauf les « mauvaises herbes » évidemment

Comments (8) »

Tout doux

C’est le redoux, la neige qui tenait au sol, constellée de traces de chats, de chiens, et d’oiseaux a entièrement fondu.
Encore quelques jours et le printemps va se remettre en marche.
Le jardin se réveille en clignant des yeux.
Là j’ai du travail en persepective : taille des rosiers et des graminées.
J’ai mis une photo de primevère, photographiée dans une jardinerie avant la vague de froid.
La jardinerie en avait sorti tout un assortiment et j’espère que tout n’a pas gelé.
Les primevères résistent au froid mais elles doivent être moins pimpantes.
Sylvère est parti chez le coiffeur, il a repéré un cheveu blanc dans son miroir. Quelle horreur !

Comments (8) »

Jungle d’appartement

Outre les orchidées sauvages que l’on trouve dans la région, j’aime aussi les orchidées tropicales comme cette cambria achetée au supermarché.
Elles évoquent, pour moi, la jungle, les forêts immenses et les cris d’animaux inconnus.
Evidemment, quand on pense qu’elles sont produites industriellement en Hollande, le rève en prend un coup.
Hélàs, c’est aussi ce qui permet d’en acheter une de temps en temps à un prix abordable.
J’essaye de les garder pour les voir refleurir mais les résultats sont assez décevants.
Je n’ai vu refleurir qu’un phalaenopsis blanc.
J’ai aussi un sabot de Vénus toujours vivant mais qui n’a pas refleuri, les autres sont mortes.
Pour ce qui est des cris d’animaux, j’ai été servi ces derniers jours, ma chatte était en chaleur et le mâle tentait evidemment d’en profiter malgré ses refus indignés.
C’est une période qui ne vaut rien à Volverine. Non seulement il se fait jeter par la femelle mais il doit se battre conte les autres mâles attirés par la bonne odeur. Il maigrit et il est couvert d’écorchures.
Finalement la chatte s’est enfuie et a disparu pendant trois jours.
Elle est revenue ce matin affamée et sale comme un peigne, mais les chaleurs sont finies.
Les deux chats se sont endormis ensemble sur le canapé.
Je me demande de quelle couleur seront les chatons.

Comments (14) »

Neige

Cette fois, c’est pour de bon, il neige vraiement. La couche n’est pas épaisse mais assez pour recouvrir le jardin d’une couverture moelleuse.
C’est plutôt bon pour les plantes,un dicton dit : « Neige de Février vaut le meilleur engrais ».
D’autre part, la neige forme une couche protectrice contre de plus grands froids que la Météo nous promet pour les jours qui viennent.
Par contre pour la circulation, c’est une autre histoire, j’ai enmené Sylvère à son travail en roulant à 30 à l’heure et j’ai quand même dérapé, sans dégâts, heureusement.
C’est amusant de voir les réactions des chats face à la situation : Le mâle, volverine, a reniflé la neige avec suspicion puis a posé une patte dedans, l’a vite retirée en la secouant (Brrrr, c’est froid) et à demandé à rentrer.
La chatte, Maya a plongé dedans en faisant voler la poudreuse de tous cotés et essayant de la rattraper au vol. Elle a joué ainsi un bon quart d’heure avant de rentrer à son tour, laissant le jardin aux moineaux affamés.
Ce soir nous aurons droit à un chocolat chaud.
Un vrai chocolat, pas de la poudre.
Ca consiste à prendre une tablette de chocolat de ménage et a la faire fondre au bain marie en rajoutant progressivement du lait selon l’épaisseur du breuvage que l’on veut obtenir.
Moi, je l’aime bien épais.

Comments (23) »