Archive for mars, 2010

La Chat et la souris

Sylvère adore les animaux et, de plus, il a un bon contact avec eux.
C’est la seule personne que j’ai jamais vu aller faire des mamours au pit bull du vigile qui garde le supermarché et amener le monstre à se coucher sur le dos pour qu’il lui gratte le ventre.
Donc, en plus de deux chats et de deux chiens, nous avons une souris, dans une cage en plastique.
Cette cage constitue l’attraction favorite de la chatte, Maïa, qui tente, par tous les moyens possibles d’attrapper la souris.
Parmis les chats que j’ai eu, seules les femelles chassaient, le mâle, se contente de miauler devant la porte du frigo.
Bref, hier, Sylvère a décidé de nettoyer la cage, pour celà, il a enlevé le sommet, en grillage, en laissant la souris dans la cage.
Elle n’y est pas restée longtemps.
Je suis entré dans la pièce juste à temps pour voir Maïa filer à ras du sol avec la souris dans la gueule.
Chasse au chat, donc, que j’ai fini par coincer sous la table.
Aprés quelques efforts, evidemment, le chatte de voulait pas lâcher la souris et grognait pour me dissuader de la lui prendre, j’ai réussi à l’obliger à desserrer les mâchoires et j’ai pu libérer sa petite victime qui a profité de l’occasion pour me mordre.
Je ne sais pas ce qui m’a retenu de balancer le chat et la souris par la fenêtre.
J’ai remis la souris à sa place en secouant au dessus de la cage le doigt dans lequel elle avait planté ses incisives et auquel elle était restée acrochée, tout en bloquant de l’autre main, la chatte qui voulait récupérer son jouet et je suis sorti faire quelques photos dans le jardin.
Les petites fritillaires de Michailovski ont fleuri dans la « tourbière ».

Leave a comment »

Le muscari de Turquie

J’ai eu quelques difficultés à faire une photo nette de ce petit muscari (muscari muscarimi), le système de mise au point automatique de mon appareil (qui commence à se faire vieux) gérant mal la profondeur de champ.
C’est une espèce botanique originaire de Turquie.
Il n’est pas trés spectaculaire, mais j’aime bien avoir, parmis les fleurs qui attirent l’oeil, quelques plantes, souvent des variétés « sauvages », qu’on ne voit qu’en regardant d’un peu prés.
J’ai lu, l’autre jour, un petit dossier sur la Biodiversité; L’auteur notait avec amusement, que, pour parler des espèces animales ou végétales venues d’autres régions du Monde et jugées trop envahissantes, on recourait souvent à la Réthorique de la Xénophobie.
Les plantes étrangères sont « nuisibles », prolifiques » , elles chassent et remplacent les espèces locales, sont toxiques ou allergénes, bref, les plantes françaises ne seront bientôt plus chez elles.
Enfin, si je devais me contenter de plantes autochtones ( nées « de la terre elle-même » ), mon jardin me paraitrait sans doute bien moins attrayant.

Leave a comment »

Explosion de tulipes

J’avais planté ces petites tulipes rouges à l’automne avant dernier.
Elles ont feuri normalement au printemps dernier et je les ai laissées en terre cet hiver en espérent qu’elles ne pouriraient pas.
Mais la terre est si fertile que les bulbes ont littéralement éclaté produisant de nouvelles plantes qui forment maintenant des touffes compactes.
Les fleurs sont un peu plus petites, mais l’effet produit est ravissant.
Du coup, je me demande si je dois encore les laisser en terre cette année ou si je dois les déterrer et les replanter pour leur donner de l’air.
L’abondance n’est pas sans poser, parfois quelques problèmes.

Leave a comment »

Les yeux de la Reine

Ces petites omphalodes que j’avais plantées le printemps dernier ont attendu ce printemps pour fleurir.
les fleurs sont d’un bleu vif, comme des myosotis, mais plus grandes.
Sur le Net on la nomme petite bourrache, Thierry Denis, lui l’appelle « les yeux de la Reine », il parait que Marie Antoinette en avait fait semer partout à Trianon.
Les miennes sont dans une plate-bande au pied de la haie avec les petits bulbes de printemps.
Une chance qu’elle soit fleurie pour le retour de Sylvère qui a passé une semaine dans les Ardennes sans voir le soleil.
Il m’a ramené des chocolats belges ainsi que des cigares, belges aussi, production et manufacturage local.
Ils sont, (enfin, il est…, je n’en ai fumé qu’un pour le moment ) trés bons et entièrements naturels sans aucun additif chimique.
Je ne savais même pas que ça existait des cigares artisanaux belges.

Leave a comment »

Le printemps de la LICRA

Je n’ai pas L’habitude de commenter l’actualité mais, en ce premier jour du printemps, je ne résiste pas au plaisir de parler d’une bonne nouvelle.
Le journaliste-romancier Eric Zemmour a été assigné au tribunal correctionnel pour propos racistes contre les noirs et les arabes, par quatre associations.
La bonne nouvelle c’est que parmis ces quatre associations figure la LICRA.
Cette dernière c’était fait remarquer ces dernières années par son assiduité à poursuivre l’Antisémitisme en oubliant les autres victimes, au point de passer, malgré elle, pour une officine de l’état d’Israël.
Apparemment, son nouveau président, Alain Jacubovitz, a décidé que celà allait changer.
Il faut dire que le précédent président de la LICRA était un élu UMP et l’expérience a montré qu’il ne fallait pas trop compter sur ce parti pour défendre les Noirs et les Arabes.
Franchement, je me réjouis de ce tournant et de voir la LICRA se dresser à son tour contre ceux qui voudraient, semble-t-il, nous faire rejouer la Guerre d’Algérie en banlieue.

Quelques fleurs de myosotis, juste fleuri, en l’honneur de monsieur Jacubovitz.
;

Leave a comment »

Dernier Service

Voilà, j’ai emmené Sylvère à la gare.
Il part une semaine dans les Ardennes rendre visite à ses parents.
Il est rare que je me retrouve seul à la maison, mis à part les chats qui miaulent le plus fort qu’ils peuvent parce que leur gamelle est vide.
Celà fait un drôle d’effet.
Heureusement, je ne suis pas désoeuvré, Sylvère m’a laissé une liste de choses à faire et à terminer avant son retour, poser des tableaux, passer l’aspirateur, des choses comme ça.
Evidemment, pour commencer, je suis allé travailler au jardin.
J’ai planté des delphiniums achetés au Jardin du Morvan et une autre anchusa, celle de l’an dernier n’ayant pas supporté l’hiver.
J’ai mis les graines à oiseaux qui me restaient dans les mangeoires.
Je remarque que, bien que la nature leur offre à présent davantage de possibilités de se nourrir, certains viennent toujours jeter un coup d’oeil pour voir si un nouveau repas est servi.

Dernier Service, les petits, c’est bientôt le Printemps !

Comments (1) »

Trop long l’hiver

Vraiement, j’en ai marre de l’hiver.
Le jardin qui avait bien commencé sa croissance printanière dés la fin de la dernière vague de froid, se retrouve à nouveau en « standbaille ».
Et les météorologues ne sont pas optimistes qui prévoient un hiver long à quinze jours de l’overture officielle du printemps.
Le temps gris me dérime et, bien que la maison soit chauffée, j’ai l’impression d’avoir froid aux pieds.
Pourtant disais-je tout semblait bien parti, un ou deux narcisses de l’année dernière étaient déjà en fleur, les clématites dépliaient leurs bourgeons et même la petite dernière, une texensis nommée « Lady Diana » (elle me causait quelque souci car ses tiges demeuraient désespérément sèches) avait commencé à faire sortir une nouvelle tige à son pied.
Bon, la vie continue tout de même : je viens de voir, dans une pie marcher dans le jardin avec le bec plein de tiges et de petites branchettes que j’avais taillées et laissées sur place.
Elle les ramasse pour faire son nid.
Je vais laisser sur le rebord d’une fenêtre, la bourre que je retire du sèche-linge, les mésanges s’en servent pour le Leur.

Leave a comment »

Miracle à Garges les Gonesses

J’adore ces crocus blancs, je crois que cet automne je vais encore en planter d’autres.
Je trouve superbe le contraste entre les pétales blancs marqués d’un filet mauve et les étamines orange vif.
Cet aspect « marial » de la fleur va bien avec l’info que je viens de lire sur la Net : A Garges les Gonesses, un portrait de la Vierge pleure des larmes d’huile d’olive.
Ce n’est pas le premier cas recensé de ce genre de Miracle, mais une chose m’a toujours intrigué : Pourquoi des larmes d’huile d’olive et pas de colza ou de tournesol ?
Je n’ai pas souvenir que dans la Symbolique Chrétienne, l’olivier soit particulièrement lié à la Vierge.
Serait-ce parce que l’huile d’olive est dite « vierge » (obtenue par des procédés uniquement mécaniques), elle aussi ?

Bon, jai pris cette photo hier, je ne pourrais plus le faire aujourd’hui, les fleurs sont recouvertes par la neige.
Je ne me souviens pas de proverbe à propos de la neige de mars, il faut reconnaitre que ce n’est pas fréquent.

Leave a comment »

Prosper

Bon, je suis bien obligé de donner son vrai prénom, malgré la discrétion de rigueur, sinon la note n’aurait plus de sens et si vous en rencontrez un qui aie moins de cent ans vous saurez qu’il y a de bonnes chances qu’il soit non petit-neveu.
Ma nièce vient d’accoucher de son second garçon et lui a donné le prénom de Prosper.
Un prénom, certes de bon augure (du latin « prosperus » florissant), mais terriblement peu usité en ce moment.
D’aprés les statistiques du Net, le pic de popularité se situe en 1905 (230 survivants) avec, toutefois une légère remontée récente (18 en 2006).
La mère de ma nièce est catastrophée à l’idée que le malheureux va trainer ce prénom toute sa vie.
Franchement, il y a pire, mais il est vrai que les parents choisissent souvent un prénom parcequ’il leur plait à eux et que le récipiendaire, plus tard peut en arriver à regretter qu’ils n’aient pas jeté leur dévolu sur quelque chose de plus banal.
Personnellement, j’ai reçu les prénoms de mes deux grand-pères, déjà passés de mode à l’époque ce qui m’a valu de trouver toute ma vie, dans ma boite aux lettres des publicités pour des couches contre l’énurésie des vieillards ou pour les conventions obsèques.
Par bonheur, Stéphanie de Monaco a décidé de donner l’un d’eux à son fils, ce qui l’a remis à la mode.
Et, comme, de nos jours, la mémoire sociale s’efface à grande vitesse, on peut espérer que mon petit-neveu ne s’entendra pas répondre : »Yop là boum ! » chaque fois qu’il déclinera son identité.

Leave a comment »

Petites touches de couleur

L’automne dernier j’ai planté ces petits iris réticulés.
Ils ont fleuri en février.
Celà donne une petite note de couleur ciel dans la plate-bande, de quoi patienter jusqu’au mois de mars.
enfait, je me rends compte que j’ai la mauvaise habitude d’éparpiller les petits bulbes un peu partout au lieu de les planter en groupe. celà amoindrit l’effet qu’ils peuvent produire.
Je vois bien que la saison avance, les bourgeons se déploient, les feuilles poussent, mais je n’ai encore que peu de fleurs.
Je m’impatiente. Les jardineries présentent tout un tas de fleurs épanouies, élevées en serre et en avance sur la saison.
je vois bien que c’est pour me tenter, mais il m’arrive de ne pas résister d’acheter un petit pied de primevères dont les jolies teintes pastel me font de l’oeil.
Chaque année je me promet de ne pas céder et chaque année je craque.

Leave a comment »