Archive for mai, 2014

L’Allocution

photo tulipe mars 2014 00 copieJ’ai écouté, hier, l’allocution du président de la République ; j’étais en voiture et j’ai eu la flemme de tendre le bras pour changer de chaine de radio.
Et puis j’étais un peu curieux de voir comment il se sortait, aprés Manuel Valls de l’exercice de l’allocution-aprés-la-baffe-électorale.
C’est, dans la réthorique politique, un genre auquel beaucoup de monde s’est adonné depuis une vingtaine d’années.
Un genre encore plus codifié que la dissertation classique puisque non seulement la forme mais aussi le fond en sont fixés par l’usage.photo tulipe avril 2014 0 copie
Le texte, donc, est en deux parties : La première, qui peut être plus ou moins verbeuse selon l’orateur, peut invariablement se résumer en quatre mots : « Je vous ai compris ! », la seconde doit dire, en substance, : « Je ne changerai donc rien à la politique que vous avez condamnée sinon que j’en accélèrerai la mise en oeuvre. »
Si l’on se pique de Lettres, on peut terminer par une formule imagée du genre « Je vois déjà le bout du tunnel » ou bien « La pente est forte mais la route est droite ! » mais ça n’est pas indispensable. Je dois reconnaitre que le président a été excellent, je veux dire qu’il a été bref.
Et maintenant… que va-t-il faire ?
Je sais, je sais, il serait trop facile de dire « Que peut faire un capitaine de pédalo à la barre du Titanic ? » ; c’est pourquoi je ne le dirai pas !
Constatons seulement qu’il a dit qu’il fallait pousser les machines.
On va bien voir…photo tulipe mars 2014 01 copie

Allez, quelques tulipes pour fêter l’allocution du président !
Justement la saison en est passée et elles me restaient sur les bras.

Comments (9) »

fauves de jardin

.photo sylvain 093 copieQuand ils viennent de naitre ils sont tellement adorables !
On voit leurs petites langues roses sortir d’une boule de fourrure que leur mère lèche avec amour.
Ils grandissent, prennent de l’assurance, commencent à sortir de leur panier et grimpent sur les meubles en faisant tomber les bibelots.
Dans leurs premiers jeux, ils sont si mignons, ils découvrent le monde, tombent dans la baignoire pleine ou se cachent dans le carton qu’on jette à la poubelle.
Trop lolcats !
Ils grandissent, après le sevrage, leur mère leur apporte musaraignes et lézards pour leur apprendre à chasser.
Du coup, ils ne perdront jamais le goût de jouer avec des bestioles agonisantes.
Et un jour, ils chassent pour de bon et, comme il n’y a ni rats ni souris dans le coin, ils se rabattent sur les oiseaux et surtout sur les jeunes qu’ils vont dénicher.photo mao avril 2014 001 copie
Quand je dis « ils », c’est une façon de parler : j’ai un mâle (Mao) et une femelle (Chiffon) ; Le mâle a pour rôle de couvrir les femelles et de se battre avec les autres mâles, chasser est au dessous de sa dignité.
La femelle, par contre est une chasseresse particulièrement douée, comme sa mère.
Elle nous ramène des jeunes touterelles ou merles prèts à s’envoler et quand, alertés par les piaillement désespérés des victimes nous tentons de l’attrapper elle s’enfuit dans le jardin, ombre plus noire que la nuit.
Les adorables chatons se sont changés en fauves sanguinaires

Comments (7) »

Nouvelle campanule

photo campanule mai 2014  copieJ’aime bien les campanules a feuilles de pécher, j’en posséde les deux variétés existantes (à ma connaissance) une bleue et une blanche. mais voici que cette année j’en ai vu fleurir une nouvelle : une blanche à la corolle lavée de bleu.
Le résultat est trés délicat et charmant.
Mais je ne sais comment expliquer son appartion : est-ce qu’il y a eu une mutation chez la campanule blanche ou les deux variétés se sont-elles hybridées ?
Je vais essayer de conserver cette nouveauté.
En tout cas celà confirme mon opinion que le métissage donne de plus beaux produits que les races pures.
Et je ne parle pas seulement des fleurs.photo campanule mai 2014  copie 02

Comments (5) »

Clinique

photo arbre de judee avri copieHier, j’ai emmené Sylvère à la clinique pour une petite opération.
Depuis son AVC il souffre de kystes qu’il faut parfois supprimer chirurgicalement.
Généralement cela le met d’une humeur massacrante.
Arrivé à 11 h il a été opéré en début d’après midi et il est revenu de la salle de réveil vers 17 h, furieux parce qu’il ne supporte pas les aiguilles de la perfusion.
Ce n’est pas une question de douleur mais de répulsion.
Il me dit qu’il a été tellement piqué au moment de son AVC que la moindre aiguille lui rappelle cette période.
A peine une heure après son retour il s’est rhabillé et nous sommes sortis a l’entrée de la clinique pour qu’il puisse prendre l’air et fumer une cigarette.photo arbre de judee avri copie 02
Le coin fumeur se reconnait à une sorte de grosse poubelle remplie de mégots et qui semble n’avoir pas été vidée depuis des années, entourée de quelques fumeurs chacun accompagné de sa perfusion.
Après cela, retour à la chambre à travers un labyrinthe de couloirs peints en gris pâle, bleu layette et vert émeraude clair, toutes les couleurs que je déteste.
Je n’ai jamais compris pourquoi les établissements de soins choisissaient des couleurs capables de flanquer une dépression au patient le plus optimiste.
Au retour, comme Sylvère était sorti malgré les ordres de l’infirmière, il, a eu droit à une dose d’un « petit clamant » dans sa perfusion.
Ce matin, je l’ai récupéré, toujours d’aussi mauvaise humeur, mais en bonne forme et muni d’un arrêt de travail d’un mois.
Il va pouvoir enfin se reposer.

Comments (20) »