Archive for septembre, 2013

Petit repas en famille.

photo mûre sept 2013 001 copieL’autre soir mes deux fils sont venus diner à la maison.
Au menu de la fideua, de la paella avec des spaghettis à la place du riz.
L’ainé était seul, comme d’habitude et le cadet était seul aussi ce qui est moins fréquent.
Sa copine et lui sont dans une passe difficile de leur couple et ont décidé de faire une pause.
Je crois que ce n’est pas demain la veille que je ferais sauter des petits enfants sur mes genoux.
En même temps on ne fait pas des gosses pour faire plaisir aux grands parents.
J’ai toujours beaucoup de plaisir à passer une soirée avec mes fils, mais je trouve qu’ils ne viennent pas me voir assez souvent.
Il faut que je les invite de façon formelle pour qu’ils viennent me voir.
J’ai appris qu’en Chine une nouvelle loi obligeait les enfants à rendre visite à leurs parents au moins une fois tous les deux mois.
Des décennies de politique d’enfant unique ont ruiné les traditions familiales chinoises ; La coutume voulait que les enfants entretiennent leurs parents mais un enfant unique ne peux plus le faire.
Il n’empèche j’aimerais bien qu’une loi oblige mes petits scorpions de fils à venir me voir régulièrement.
Comme le cadet travaille dans un grande brasserie du centre, nous avons parlé cuisine et évoqué la mode actuelle des émissions culinaire à la Télé, genre « Master Chef », concours du meilleur pâtissier ou boulanger ou sommelier ou autre.
Je remarque que, outre l’aspect compétiton, ces émissions semblent promouvoir l’artisanat et le goût du travail bien fait.
Alors que, dans la vraie vie, c’est, de plus en plus le contraire qui se passe. Les travailleurs sont écrasés sous les exigences de rentabilité et le travail est mal fait et bâclé.
C’est un peu comme la mode des romans de chevalerie qui est arrivée quand il n’y avait plus de chevaliers.

Pour illustrer cette note j’ai mis la photo d’une mûre.
Une vraie, pas le fruit de la ronce qui porte le même nom (sans doute parce que le goût en est assez proche) , un fruit de mûrier, l’arbre qui sert de nourriture aux vers à soie.
Avec la disparition des magnaneries, l’arbre sert surtout, maintenant, à donner de l’ombre.
Mais ne cédez pas à la tentation de garer votre voiture dessous en cette saison, vous la retrouveriez couverte de fruit tombés de l’arbre.

Comments (12) »

Gay, gay, marions nous.

Photo clerodendrum copieBon, j’aurais pu faire un effort pour le titre mais c’était tellement tentant.
Samedi dernier j’ai été invité à un mariage homo.
Deux vieux amis régularisaient enfin de longues années de vie commune.
Celà se passait à la Mairie d’une petite ville à une trentaine de kilomètres de Toulouse.
Je n’allais pas rater ça : mon premier et trés probablement dernier mariage homo.
J’étais à l’heure au rendez-vous, on m’a indiqué la salle des mariages avant même que j’aie pu ouvrir la bouche.
J’étais l’un des premiers et me suis assis au second rang de publi, le premier étant réservé dans mon esprit, à la famille des conjoints.
Il est resté vide. L’un des époux n’ayant plus de famille et l’autre une famille catholique, ce qui, dans ce cas, revient au même.
Il est arrivé du monde la salle des mariages était quasiment pleine.
L’adjoint qui officiait est arrivé (le maire était pris ou prudent) et la futurs mariés ont fait leur entrée au son du « Messie » de Haendel et des applaudissements nourris de l’assistance.
L’adjoint a fait un long discours « républicain » nourri de souvenirs et de références littéraires et aussi ennuyeux qu’on pouvait le craindre dans ces circonstances.
Les nouveaux mariés se sont dit oui et on signé le registre dans le tonnerre des applaudissements et le crépitement des flashs.
Et puis nous sommes partis vers leur maison où nous attendait un buffet.
J’en ai profité pour me perdre et arriver avec une bonne heure de retard.
Il y avait une bonne centaine de personnes à la réception, mais j’ai immédiatement trouvé de chemin du buffet (là je ne me perds jamais) et raflé quelques amuse-gueule et un verre de punch.
Je me suis rendu compte que je ne connaissais personne à la réception.
J’en ai déduit que mes amis avaient dù se fâcher avec toutes les personnes que j’avais pu rencontrer chez eux.
Au reste, moi aussi je me suis fâché avec eux au cour d’une discussion sur l’immigration et je ne m’attendais pas forcément a être invité.
Que faire dans une réception où l’on de connait personne ? Je suis allé faire un tour dans le jardin prendre la photo d’une fleur de cléodendron qui orne cet article.
Aprés avoir échangé quelques mots avec des inconnus au sujet de ma cigarette électronique j’ai prétexté que je devais aller chercher Sylvère à son travail vu qu’il ne peut pas conduire.
Un mensonge :Sylvère, justement ne travaillait pas ce jour là, était invité au mariage, mais n’a pas voulu venir.
Lui, quand il est fâché c’est pour de bon.
En conclusion, je peux dire, puisque j’ai expérimenté les deux qu’un mariage homo est au moins aussi ennuyeux qu’un mariage hétéro.

Comments (15) »

Une petite rose simple

.DSCN2104 copieQuelle fleur pour rendre hommage à Patriarch ?
Evidemment, il aurait fallu une églantine, cette fleur arborée par les premiers syndicalistes avant qu’elle ne s’embourgeoise en rose socialiste.
Mais, hélàs, ce n’est plus la saison, les églantiers sont défleuris.
Alors cette petite rose simple, issue d’une de mes boutures, est ce que j’ai trouvé de mieux.
Simplicité et assurance, je trouve que celà va bien à Patriarch.
J’aurais aimé lui souhaiter félicité dans l’Autre Monde, mais il n’y croyait pas et moi non plus.
Et je ne suis pas doué pour les oraisons.
Alors je dirais simplement : « Adieu Walter, tu étais un brave homme, ta vie en témoigne pour toi.
Que ton souvenir demeure vivant dans le coeur de ceux qui ont eu le plaisir de te connaitre

Comments (10) »

Laïcité…laïcité

photo liseron aout 2013 0 copieC’est la Rentrée et, bien entendu, il pleut.
Je ne vais pas m’en plaindre, le jardin était assoiffé et ces averses lui ont fait le plus grand bien.
Comme le temps est couvert, les liserons qui fanent rapidement au soleil, restent ouverts jusque dans l’aprés-midi.
Les écoliers ont eu droit à une surprise pour cette rentrée : la charte de la laïcité de Vincent Peillon.
Comme je n’ai eu droit à rien de tel durant ma scolarité, c’est avec un vif intêret que je me suis penché sur ce document.
Zut ! dés le premier mot, ça accroche : « Charte ».
Moi, je n’ai eu droit qu’à des Règlements ( Le Règlement c’est le Règlement ), une Charte, si je me souviens bien, c »est un document accordé par une autorité censée être charismatique (royale, par exemple) à des inférieurs éperdus de reconnaissance.
Evidemment, il arrivait que l’Autorité soit contrainte et forcée, mais il fallait sauver les apparences.
Etrange que pour éviter l’aspect bureaucratique du règlement il faille retourner au Moyen Âge.
Bon, passons, Je n’ai rien à redire à la majorité des articles, bien qu’il me soit arrivé de sourire en lisant ce qui concerne la neutralité religieuse des établissements scolaires et l’interdiction du prosélytisme ; « De mon temps », le cathéchisme se déroulait dans les locaux du Lycée de la République.
La Laïcité moderne semble vachement plus stricte que celle de jadis.photo troene juillet 2013 copie
C’est trés bien, c’est trés bien.
Et j’en suis arrivé, enfin à l’article 14 rappelent l’interdiction des signes religieux « ostensibles » à l’école.
Là, j’ai le regret de le dire, je me trouve en face d’une conception dévoyée de la Laïcité.
Les institutions sont laïques, l’enseignement est laïque, et, sans doute aussi les personnels chargés de le dispenser.
Mais pas les gens.
Si la LaÏcité est garante du respect de toutes les conceptions religieuses, elle doit être capable de voir un signe religieux « ostensible » sans piquer une crise de nerfs et, au contraire, en profiter pour donner aux autres élèves l’exemple du respect de toutes les convictions religieuses.
Bon, on sait bien qui est visé par ces interdictions et ceux qui en sont victimes sont fondés à douter des bonnes intentions affichées par l’article 1 du règ…pardon de la Charte de la Laïcité.

Comments (19) »

Partant pour la Syrie

photo rose rouge eb  2 copieAlors, on y va ou on n’y va pas ?
J’ai comme l’impression qu’on s’est embourbé avant même de partir.
Je pourrais la jouer cynique, genre : « Un dictateur a-t-il le droit de massacrer son peuple ?
Oui, certes, mais il y a la manière.
Inculture historique ou début d’Alzheimer, j’ai entendu deux responsables socialistes déclarer que c’était la première fois qu’on utilisait des gazs contre des population civiles.
Ah bah ? je crois pourtant me souvenir qu’en son temps Saddam Hussein avait gazé un village kurde.
Passons, c’est des vieux trucs tout ça…
Donc, certains veulent punir Assad d’avoir utilisé des gazs contre sa population ( les morts précédents, plusieurs dizaines de milliers font partie de la gestion interne de son pays par un Etat souverain), celà peut se comprendre même si on peut trouver celà un peu tardif.
D’autres font valoir qu’une victoire des « insurgés » (ou des « rebelles » les Médias hésitent entre les deux) mêneraient à un désordre généralisé à l’IraKienne avec massacre de minorités religieuses plus ou moins compromises avec le régime.
C’est, en effet, probable.
Si je peux me permettre une prédiction, dictée par mon optimisme naturel je dirais : Que Bachar tombe ou qu’il se maintienne, le résultat sera le même, a savoir : le même bordel sanglant qu’en Irak.
Et il est trop tard pour qu’une intervention de qui que se soit y change quoi que ce soit.
Les occidentaux sont dans une position où on peut leur dire : Quoi que vous fassiez, ce sera mal.
Je pense qu’une aide massive aux réfugiés syriens aurait été, sinon plus adéquate politiquement, du moins plus utile humainement.

Bon, je me rends compte que je suis en train de jouer à l’éditocrate, ce que je m’étais bien promis de ne jamais faire.
C’est promis, je ne recommencerai plus.

Alors, une rose rouge pour tous les morts, blessés, réfugiés syriens.
Je reste discret, avec tout ce sang elle ne se verra presque pas.

PS : « Partant pour la Syrie » est un chant d’Alexandre de Laborde sur une musique de la Reine Hortense.

Comments (12) »