Archive for décembre, 2014

La Dernière nuit de l’année

photo champignon bois dec copieDernière nuit de l’année.
Sylvère travaille et je réveillonne seul devant un plat de lasagnes au saumon surgelées.
Il n’y a plus de fleurs dans le jardin, les plantes préparent la prochaine saison.
Il reste des champignons. Celui-ci a poussé sur le demi rondin qui servait de base au sapin de l’an dernier.
Il est mignon.
Cette année qui vient sera une sorte d’étape pour moi, une date, comme on dit, symbolique, bien que le temps s’écoule de façon continue.
c’est l’année où j’aurai 70 ans.
Suis-je vieux ? suis-je encore jeune ?
C’est bizarre, dans ma tête j’ai tous les âges à la fois.
Vingt ans, trente, quarante. A partir de quarante j’ai arrêté de compter.
Dans ma tête, oui, je suis toujours jeune et si, parfois, un essoufflement ou une douleur articulaire viennent troubler ma quiétude, je fais mine de les ignorer.
Il me reste encore du temps, mes grands parents paternels sont morts à 96 ans, ma mère vit encore (tout doucement) à 95 ans.
Mettons que mon espérance personnelle soit de 95, si on enlève dix ans pour la cigarette, il me reste encore quinze ans à peu prés.
De quoi s’ennuyer ferme encore un bout de temps.
J’aurais rêvé d’avoir une famille unie (tout le contraire de celle dans laquelle j’ai grandi) de voir souvent mes enfants, d’avoir des petits enfants qui crient autour de moi et à qui j’aurais pu apprendre quelques trucs sur la vie.
Les aléas de l’existence ont fait qu’il n’en est pas ainsi, tant pis.
Mes lasagnes sont refroidies maintenant mais je crois que mon café est prêt.
Un café très ordinaire mais auquel j’ajoute quelques épices venues du Maroc et dont la première gorgée vous expédie direct de l’autre côté de la Méditerranée.
J’attendrai d’avoir ramené Sylvère pour le whisky, par ces nuits de fêtes, le flics dressent des nasses à ivrognes sur le boulevard et je n’ai pas envie de me gâcher la soirée.

Publicités

Comments (12) »

Les Poupées monstres

photo monster dec 2014 00 copieAprès bien d’autres addictions, Sylvère viens de s’en découvrir une aux poupées Monster highs.
Le voilà lancé dans une collection express de toutes les monster highs, me trainant d’Auchan à la Grande Récré, de Joué Club à Toys r’us pour avoir la poupée qui manque et qui est en exclusivité dans l’un ou l’autre de ces magasins.
J’ai pu me rendre compte qu’il n’était pas le seul cinglé à s’être lancé dans cette collection, sans parler bien sûr des petites filles (6-10 ans) qui réclament l’objet pour Noël.
Ce qui nous a permis de rencontrer des mères effarés ( nourries à la Barbie intensive) s’écriant devant les petits monstres : « Mais je ne peux pas lui acheter ça ! c’est trop laid »
(Il y a dû avoir des larmes sous le sapin. )
Les Monster Highs sont donc une série de poupées monstrueuses, vampires, loup garous, spectres (avec une lumière à l’intérieur), squelette croisé avec une fée (ma préférée, celle qui illustre la note) et j’en passe, l’imagination des concepteurs de Mattel semble sans limites.
Il y a aussi des DVD, dessins animés mettant en scène les personnages.
Ces histoires me semblent conçues pour des fillettes un peu plus âgées, voire adolescentes, car elles abordent des thèmes comme l’apparence physique, la discrimination par le groupe (les monsters sont dans un établissement scolaire spécial car on n’a pas voulu d’elles ailleurs ), la tolérance, ou même le roman familial.
En tout cas, il s’agit d’une remarquable réussite commerciale ( les caissières d’Auchan remarquent : « Oh ça, j’en vois passer beaucoup !) pour l’entreprise industrielle qui a conçu ces poupées.
Il faudrait que quelqu’un s’attache à comprendre le pourquoi des cette réussite : les fillettes s’identifiant à des monstres qui sont aussi des gens spéciaux et plus aux barbies ( même fabricant) qui proposent un modèle unique pour toutes.

Comments (6) »

Les Animaux en cage

photo rose pluie nov 2014 copie Il ne gèle pas.
Alors, il y a encore des roses, accrochant au bord de leurs pétales quelques larmes de pluie.
Je les trouve un peu mélancoliques ces roses d’hiver, mais le sol, encore tiède, me les tend comme un dernier cadeau.
Les travaux du jardin sont à peu prés terminés, il ne me reste qu’à broyer les dernières branches taillées de la bigone.
Alors je regarde la télé et j’ai justement vu un petit clip intéressant.
On y voit des hommes en prison, la tête remplacée par une tête de mouton et, au cours du défilement des images, les têtes de mouton se transforment en têtes de loups.
A la fin une phrase blanc sur fond noir déclare que la prison est la plus grande cause de récidive, ou quelque chose comme ça.
Ce n’ est pas un scoop, tout le monde est au courant depuis longtemps.
A ce que je me souvienne, le clip n’est pas signé, j’ignore donc si celà vient d’un organisme public ou d’une association.
Tout de même, je me demande comment les premiers intéressés ( les taulards ) vont recevoir ce clip en se voyant ainsi transformés en animaux.
Il vont peut-être se dire qu’à tout prendre, il vaut mieux être un loup qu’un mouton.
Perso, je verrais bien un clip sur les « communiquants » où ils commenceraient avec de têtes de gentils lapinous pour finir avec des têtes d’ânes.

Comments (6) »

je hais les dimanches

photo hortensia dec2014 0 copieDans son dernier commentaire, le goût des autres me rappelait la mésaventure de ce directeur d’un Bricorama qui s’était battu comme un beau diable devant la justice pour que son magasin de bricolage puisse ouvrir le dimanche, allant même jusqu’à susciter un mouvement d’employés en faveur de cette ouverture.
La Justice lui a donné raison, il a pu ouvrir le dimanche, pour se rendre compte que celà ne lui apportait pas un sou de chiffre d’affaire en plus.
Les clients se sont simplement déplacés le dimanche au lieu du samedi ou du lundi alors que les frais fixes du magasin ( électricité, salaires, etc…) couraient sur un jour de plus.
Je me demande comment il se fait qu’on discute encore de cette question d’ouverture le dimanche ou les jours fériés. La chambre de commerce de Toulouse est vent debout contre cette décision.
Dans mon magasin, celui où j’étais magasinier, nous avons tout essayé.
Ouverture en nocturne, pendant un an le magasin a fermé à dix heures du soir au lieu de 19h30.
A partir de 20h il n’y avait plus un client dans le magasin.
L’hôtesse d’accueil qui annonçait la fermeture en disant : « Chers adhérents, chers clients, il est telle heure votre magasin ferme, etc… changeait sa formule en disant : « Chers collègues, il est dix heures etc etc …
Nous avons ouvert les jours fériés autorisés (si ces derniers tombaient un samedi). Le chiffre était médiocre alors que celui du vendredi avait augmenté. Au final nous avions une semaine normale.
Pas toujours cependant : je me souviens encore du bide monumental que nous avons essuyé en ouvrant un samedi…premier novembre !
J’ai failli m’endormir sur mon bureau, tous les clients étaient au cimetière.
Il n’y a que deux dimanches dans l’année ou l’ouverture s’avérait utile, ce sont ceux précédant la Noël et surtout le dernier, pour la bonne raison que le samedi précédent Le chiffre d’affaire était bloqué à 4 millions de francs et qu’on n’a jamais pu aller au-delà parce qu’on ne pouvait pas faire rentrer un seul client de plus. Donc, c’est commode pour les clients qu’un magasin ouvre le dimanche mais ça ne rapporte pas un sou au magasin sinon des frais supplémentaires.
Il y a encore une dizaine d’années les financiers se contentaient de faire dans leur caisse dans les hautes sphères des directions parisiennes mais il semble qu’ils aient pris le pouvoir et qu’il nomment maintenant aux directions des magasins des gens qui leur ressemblent. Ce ne sont pas des commerçants, ils n’ont jamais pesé une livre de lentilles ou cent grammes de pointes toc, il n’ont jamais eu un client devant eux, Les parts de marché ne sont pour eux que des chiffres et ils ignorent comment on les gagne ou on les perd : ils sont NULS !!!
Ce que ce directeur de Bricorama s’est chargé de démontrer.

Comments (5) »

Rassemblement !

phot nov 2014 013Je m’empresse de choisir ce mot comme titre d’une note, car, au rythme auquel je l’entend prononcer dans les Médias, il sera rapidement plus usé qu’un vieux paillasson.
Eh oui, pour le moment, c’est amusant.
Depuis la Nuit des Temps, le problème majeur du Politique c’est d’arriver à convaincre un certain nombre de gens dont les intérêts divergent complètement de s’unir en vue de mener une action commune censée profiter à tous.
Et depuis si longtemps, on a tout essayé : persuasion, contrainte, élimination des opposants etc.. mais aucune solution ne dure éternellement et, aujourd’hui nous nous retrouvons encore devant le même casse-tête.
Inutile de préciser que plus les appels au Rassemblement se font stridents, plus on comprend que ce dernier est problématique.
En effet, il faut un lieu pour ce rassembler et ce lieu c’est : derrière le Chef.
Et c’est là que ça coince : quel chef ?
C’est donc aux chefs potentiels d’arriver à se rassembler eux mêmes, à se mettre d’accord pour ranger les poignards, ( tout en les gardant à portée de main, au cas où…) et on voit déjà que ce ne sera pas facile.
En tout cas, je viens d’assister à un ( petit) rassemblement tout à fait insolite : une manif de patrons !
Tout y était : les banderoles, les pancartes portant des slogans, les accessoires symboliques (ici des chaines), même leurs fringues ressemblaient à celles des vrais manifestants.
On aurait vraiment cru à une vraie manif.
J’en avais les larmes aux yeux !
Enfin…presque.

Comments (10) »