Archive for divers

L’Or des étoiles

Ce titre pourrait être celui d’un film ou d’un roman de science-fiction de qualité…disons…moyenne.
Mais non, il s’agit d’or véritable et de véritables étoiles.
Les astrophysiciens ont fait une découverte extraordinaire, il ont réussi à enregistrer des ondes gravitationnelles prévues par la théorie d’Einstein.
Quand de corps de masse importante comme deux trous noirs fusionnent, Le choc ébranle la structure de l’Espace qui se met à onduler comme l’eau d’un étang où l’on
jette une pierre.
Les astrophysiciens ont d’abord cru qu’ils avaient enregistré la collision de deux trous noirs mais il se sont rendu compte qu’il s’agissait en fait de la fusion de deux étoiles à neutrons.
Au vu des dimensions de l’Univers les étoiles à neutrons sont des objets relativement petits (des sphères d’un diamètre de quelques kilomètres à quelques dizaines de kilomètres) mais très massifs.
Les deux objets en cause sont estimés pour l’un à 1.1 masse solaire et l’autre à 1,6 masse solaire.
Essayons d’imaginer la masse du soleil dans un objet de quelques kilomètres de diamètre.
Mais ce qui est encore plus intéressant c’est que le phénomène a pu être observé dans le visible et quelques autres longueurs d’ondes par les télescopes en orbite.
Les petits monstres ont fusionné et émettant un sursaut gamma court et en éjectant une masse de débris.
Or, dans ces débris les observateurs ont repéré…de l’or (et du platine).
Ces étoiles ont permis de répondre à la question que posait l’abondance de l’or dans la galaxie car ce que l’on savait du fonctionnement de l’astrochimie ne permettait pas de comprendre comment des éléments lourds comme l’or ou le platine pouvaient bien se former.
Notre soleil, par exemple ne peut fabriquer rien de plus lourd que le fer.
Maintenant on sait : l’or de ma boucle d’oreille s’est formé dans la fusion de deux étoiles à neutrons il y a plus de cinq milliards d’années.
Du coup j’ai enlevé ma boucle d’oreille pour l’examiner plus attentivement.
Je n’ai rien vu de plus que d’habitude mais cela m’a permis de rêver un moment.

PS les fleurs qui illustrent cette note me sont totalement inconnues. j’en ai acheté un bouquet mais personne n’a pu me dire leur nom.
Je les ai choisies parce qu’elles ressemblent aux dessin qui tentent d’illustrer la fusion des deux étoiles à neutrons.

Publicités

Comments (2) »

On tue des enfants (2)

Quand on s’intéresse aux mythes et légendes venus du Proche Orient, on tombe souvent sur des histoires de sacrifices d’enfants.
Diodore de Sicile raconte que les carthaginois sacrifiaient des enfants à leurs dieux. Isaac D’Antioche accuse les arabes de sacrifier leurs enfants.
La légende de Mahomet raconte qu’il a mis fin au meurtre des petites filles.
Le thème a même migré dans la mythologie grecque avec les histoires d’Iphigénie et d’Idoménée.
Les historiens en ont déduit, bien qu’il n’y ait pas de preuves historiques concrètes, qu’il fut un temps où se pratiquait effectivement le sacrifice des enfants, peut-être des premiers-nés.
Mais, très tôt dans l’histoire, ces pratiques furent abandonnées.
Le hébreux ont solennellement mythifié ce renoncement avec l’histoire du sacrifice d’Abraham (le thème fait cependant sournoisement retour avec la dixième plaie d’Egypte).
On pense que les enfants furent remplacé par des agneaux et l’on sait l’orchestration symphonique que l’Eglise Catholique a donnée au thème du sacrifice de l’Agneau.
Abandonnée, donc, la pratique mais son souvenir semble avoir été tenace au point d’inspirer de nombreux mythes dans toute la région.
Et je pense que c’est encore ce souvenir, fermement ancré dans la mémoire collective qui est à la source de l’instrumentalisation moderne de la mort des enfants dans la région.
Un peu comme si la mémoire des enfants sacrifiés montant de la nuit de l’Histoire venait rejoindre la mort des petites victimes des guerres modernes.

Comments (2) »

On tue des enfants (1)

Hier matin j’ai vu, sur une chaine tv « d’infos » que le gouvernement syrien avait annoncé que le bombardement américain de la base de Shayrat avait fait neuf morts dont des enfants.
Quoi ? quoi…? des enfants sur une base aérienne en pleine guerre ? Mais que faisaient-ils là ?
Bon, les gens des services de propagande syriens étaient, peut-être, mal réveillés ce matin.
Mais cela m’a fait sursauter : encore des enfants !
Dans toutes les guerres du monde, on tue des civils, des vieillards, des femmes, des enfants (pour reprendre l’énumération habituelle) sans que la catégorie « enfants » semble poser problème, sauf au Proche Orient.
Je pense que l’on n’y massacre pas plus d’enfants qu’ailleurs mais il n’y a que dans cette partie du Monde que la mort des enfants soit instrumentalisée d’une façon aussi obsédante par les diverses propagandes.
Je ne vais pas faire la liste de toutes les affreuses images que nous avons vues, mais dans les discours aussi les enfants sont présents.
La propagande « anti-sioniste » laisse entendre que l’un des buts de guerre des israéliens serait de tuer de plus en plus d’enfants reprenant ainsi le topos antisémite des juifs tuant des enfants dans des « meurtres rituels ».
La propagande de l’état israélien, elle, s’est risqué à prétendre que les parents palestiniens envoyaient exprès leurs enfants jeter des pierres contre les soldats israéliens pour que ces derniers les tuent.
Là les israéliens reprennent (ou réinventent) les imprécations d’Isaac d’Antioche (V ème siècle aprés JC) accusant les arabes de tuer leurs enfants.
Mais d’où ça sort ces histoire d’enfants ?
Bon, j’ai mon idée (qui n’engage que moi) mais, là, il est une heure et demie du matin et je vais me coucher.
Je continuerai dans une prochaine note.

PS : Il peut sembler incongru de mettre des fleurs pour illustrer un sujet pareil mais on va dire que c’est un hommages aux enfants morts du Proche Orient.
On met bien des fleurs blanches pour les enfants ?

Comments (5) »

Des oiseaux insolites.

photo calla aout 2016 (1) copieL’autre soir, Sylvère et moi sommes allé diner en ville, c’était son anniversaire.
Nous nous sommes installés en terrasse dans un restaurant du boulevard de Strasbourg
A cette heure agréable la canicule était allé se coucher. Le soir tombait.
Alors que nous attendions les entrées, je me suis avisé que dans l’un des platanes, de l’autre côté du boulevard un groupe d’oiseaux menaient grand tapage. il y avait beaucoup de jacassement et, de temps en temps, une note flûtée assez jolie.
Ce bruit m’a intrigué, je n’arrivais pas à déterminer de quels oiseaux il s’agissait ; Des étourneaux n’auraient pas fait tant de bruit et le moineaux avaient des cris moins forts et plus aigus.
J’en suis arrivé à abandonner la conversation pour essayer d’apercevoir les auteurs de tout ce ramdam.
Il arrivait de temps en temps d’autres oiseaux pour se joindre à la chorale mais, à contre-jour dans le crépuscule difficile de les identifier.photo calla aout 2016 (16 copieEnfin, trois ou quatre sont arrivés pour se poser en effectuant une manoeuvre de voltige qui m’a permis de voir leur plumage : il était d’un vert éclatant.
Stupéfait j’ai compris que ces oiseaux étaient des perruches !
Je savais qu’il existait des populations de perruches dans certaines villes européennes (Hambourg, je crois) mais je n’avais jamais imaginé qu’il pût y en avoir à Toulouse.
Et elles sont là depuis un certain temps puisque le garçon nous a dit qu’on les voyait bien mieux en automne car leur plumage vert ressortait bien sur les feuilles jaunies.
Elles se rassemblent tous les soirs à la même heure pour passer la nuit dans les arbres du boulevard.
c’est idiot mais j’étais enthousiasmé.
J’aime avoir ce genre de surprise qui vous montrent que le monde n’est pas tout à fait comme on l’imaginait.

Comments (5) »

Le Glas

photo echinacée juil 2016 copieC’est le soleil de canicule, le temps où l’étoile Sirius de la constellation du Grand Chien se lève quelques instants avant le Soleil.
Celui qui fait mûrir les aromates, tel l’encens que l’on fait brûler dans les églises, comme autrefois aux sacrifices antiques et que l’on récolte sous le ciel de l’Arabie heureuse.
Ce mardi après midi, je suis allé à la clinique pour un contrôle de ma vessie après l’opération et le traitement par BCG. Au retour, je suis allé acheter des cigarettes pour Sylvère au bar-tabac de mon ancien village.
J’en ai profité pour prendre un café sur la terrasse.
Terrasse c’est beaucoup dire, ce sont deux tables et des fauteuils sur le trottoir.
J’écoute l’Angelus, l’église du village est juste à côté.
Mais, après l’Angelus, les cloches se mettent à carillonner un air inconnu. Un motif lent et légèrement dissonant, rythmé par une note claire, obstinée.
Le premier moment de surprise passé, je me dis que ce doit être le glas, le glas pour le prêtre égorgé dans son église en Normandie.
Ce qui m’avait le plus impressionné dans les informations sur les attentats de Paris, c’était le glas sonné par le bourdon de Notre Dame.
J’écoute donc, un peu ému, sonner celui du village.
Un peu ému mais pas plus que pour les autres attentats, sauf que le son des cloches me parait plus digne que le torrent de stupidités que l’on entend à la télé après chaque drame de cette sorte.*
Pour un prêtre, celui-ci aura bien gagné le rang de martyr.
Certains fidèles pensent même plus qui ont mis devant son église un portrait qui le range déjà au rang des saints.
8780392f
Allons, pour ce prêtre qui avait l’air d’être un brave homme, une chanson à titre de glas à ma façon.
En attendant qu’il fasse (il en a le loisir maintenant qu’il est mort) le nombre de miracles requis pour mériter son auréole.

Comments (8) »

La Marseillaise

photo rose cocktail mai 2 copieAujourd’hui c’est le quatorze juillet.
Une bonne occasion de chanter la Marseillaise.
Et, justement, j’ai encore entendu récemment le reproche qui lui est fait d’être un chant sanguinaire.
Tout ça à cause du « sang impur » qui doit abreuver nos sillons.
Ceux qui disent cela ne connaissent que le premier couplet. Evidemment, c’est un chant guerrier destiné à galvaniser les soldats de l’armée du Rhin (d’ailleurs commandés par un bavarois) qui, par conséquent ne fait pas trop dans la dentelle mais, si on lit tous les couplets on se rend vite compte que le « sang impur » est celui des rois.
Et pour ceux qui désireraient vérifier voici le texte intégral :
Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L’étendard sanglant est levé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes!

Aux armes citoyens
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons

Que veut cette horde d’esclaves
De traîtres, de rois conjurés?
Pour qui ces ignobles entraves
Ces fers dès longtemps préparés?
Français, pour nous, ah! quel outrage
Quels transports il doit exciter?
C’est nous qu’on ose méditer
De rendre à l’antique esclavage!

Quoi ces cohortes étrangères!
Feraient la loi dans nos foyers!
Quoi! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fils guerriers!
Grand Dieu! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres de nos destinées.

Tremblez, tyrans et vous perfides
L’opprobre de tous les partis
Tremblez! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix!
Tout est soldat pour vous combattre
S’ils tombent, nos jeunes héros
La France en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre.

Français, en guerriers magnanimes
Portez ou retenez vos coups!
Épargnez ces tristes victimes
À regret s’armant contre nous
Mais ces despotes sanguinaires
Mais ces complices de Bouillé
Tous ces tigres qui, sans pitié
Déchirent le sein de leur mère!

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n’y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre!

Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs!
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire!
La Marseillaise, depuis sa création a inspiré beaucoup de monde et beaucoup de versions en ont été faites adaptées à diverses circonstances.
Parmi tous ces chants inspirés de notre hymne voici mon préféré : C’est la Marseillaise Anticléricale de Léo Taxil.

Allons ! Fils de la République,
Le jour du vote est arrivé !
Contre nous de la noire clique
L’oriflamme ignoble est levé. (bis)
Entendez-vous tous ces infâmes
Croasser leurs stupides chants ?
Ils voudraient encore, les brigands,
Salir nos enfants et nos femmes !

Refrain

Aux urnes, citoyens, contre les cléricaux !
Votons, votons et que nos voix
Dispersent les corbeaux !

– 2 –

Que veut cette maudite engeance,
Cette canaille à jupon noir ?
Elle veut étouffer la France
Sous la calotte et l’éteignoir ! (bis)
Mais de nos bulletins de vote
Nous accablerons ces gredins,
Et les voix de tous les scrutins
Leur crieront : A bas la calotte !

– 3 –

Quoi ! Ces curés et leurs vicaires
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! Ces assassins de nos pères
Seraient un jour nos meurtriers ! (bis)
Car ces cafards, de vile race,
Sont nés pour être inquisiteurs…
A la porte, les imposteurs !
Place à la République ! Place !

– 4 –

Tremblez, coquins ! Cachez-vous, traîtres !
Disparaissez loin de nos yeux !
Le Peuple ne veut plus des prêtres,
Patrie et Loi, voilà ses dieux (bis)
Assez de vos pratiques niaises !
Les vices sont vos qualités.
Vous réclamez des libertés ?
Il n’en est pas pour les punaises !

– 5 –

Citoyens, punissons les crimes
De ces immondes calotins,
N’ayons pitié que des victimes
Que la foi transforme en crétins (bis)
Mais les voleurs, les hypocrites,
Mais les gros moines fainéants,
Mais les escrocs, les charlatans…
Pas de pitié pour les jésuites !

– 6 –

Que la haine de l’imposture
Inspire nos votes vengeurs !
Expulsons l’horrible tonsure,
Hors de France, les malfaiteurs ! (bis)
Formons l’union radicale,
Allons au scrutin le front haut :
Pour sauver le pays il faut
Une chambre anticléricale

Comments (9) »

La Spiritualité chez Tom of Finland

photo mai 2015 060 copieIl y a quelques années je tenais un blog « porno » (disparu, en grand partie dans le naufrage de 20six) où je faisais état de mes rencontres dans les saunas homos et où je me permettait aussi quelques réflexions de portée plus générale;
C’est l’une d’entre elles que je republie ici pour le bénéfice de ceux qui passent sur mon blog en venant de chez André.

La Spiritualité chez Tom of Finland

Tom of Finland est mondialement célèbre.

Sans doute pourrait-on penser qu’une oeuvre entièrement dédiée à la pornographie est par trop matérialiste, ce serait une erreur car, en cherchant bien, on trouve dans cette oeuvre immense quelques éléments qui dénotent une inspiration véritablement Spirituelle.tom_of_finland_small-11---copie

Et c’est le cas de cette image qui montre un personnage, Image évidente de la Divinité, tenant dans ses mains un globe terrestre qu’il pénètre de son phallus gigantesque.

Quelle image plus heureusement hédoniste peut-on avoir que celle d’un Dieu occupé à faire jouir la Terre et ses habitants !

Quel progrès sur le dolorisme des religions monothéistes qui ne nous promettent la jouissance qu’après la Mort, et encore…

On savait déjà que Dieu, quelquefois baisait avec les humains, comme, par exemple, Sainte Thérèse d’Avila, mais je ne crois pas connaitre d’autre artiste qui aie eue l’idée grandiose de montrer Dieu baisant la Terre entière. photo mai 2015 086 copie

Au passage, je note que d’après cette image, le vagin de la Terre doit se situer à peu pés au niveau du Brésil, ce qui ne m’étonne pas.

Ah , bien sûr, on m’objectera que malgré les efforts bienveillants de Dieu, l’Humanité est loin de jouir autant qu’elle le devrait, mais peut-être est ce nous qui ne savons pas nous y prendre.

Par bandarlog
« Frère, regarde ta queue qui pend « 

Ce qui m’étonne encore dans cette image c’est que la visée pornographique ( qui consiste tout de même à faire bander le spectateur) est complètement pulvérisée par le dessin lui même.photo mai 2015 032
J’en suis toujours à me demander quelle mouche à piqué notre pornographe pour qu’il s’aventure ainsi, avec les moyens de son art, sur le terrain de la Mystique.

Ps : j’ai pris ces photo de fleurs sur le chemin que j’emprunte pour amener Sylvère à son travail.
le dessin, bien sûr, vient du Net.

Leave a comment »