Archive for La poussière et la bave

Délire

Au seuil de l’automne ce dahlia arbore déjà les couleurs de la saison.
Celui-ci a particulièrement bien poussé, il faut dire que je l’ai copieusement arrosé pendant la canicule et gavé de compost.
Les autres sont dans des pots et n’ont pas encore fleuri, je les ai transférés trop tard.
Mais s’ils ne fleurissent pas cette année ce sera pour l’année prochaine, je les hivernerais hors gel.

J’ai eu un passage à vide ces derniers temps mais j’ai fini par trouver un sujet de note et je m’apprètais à l’écrire quand un autre sujet est venu me perturber.
Ce sujet perturbateur c’est l’annonce qu’une mère de djihadiste ( mort entretemps en Syrie) avait été condamnée à deux ans de prison ferme pour avoir envoyé de l’argent à son fils.
Le motif d’une condamnation aussi sévère est : « financement du djihadisme ».
A cette nouvelle j’ai senti comme un filet d’eau glacée me courir le long du dos.
Comment ne pas être terrifié quand on constate que la justice de son pays est en train de délirer.
Il doit être évident pour cette justice devenue folle que le djihadisme est soutenu financièrement par des mères envoyant de l’argent à leurs fils radicalisés.
L’Arabie Saoudite, le Quatar, la Turquie (qui laissait passer sur son territoire le pétrole du Djihad) ne sont là que pour faire l’appoint.
Même si c’est interdit comment condamner une mère pour avoir voulu aider son fils ?
Quelle sorte de mère aurait agi différemment ?
Au milieu de l’anomie sociale et du chaos économique où nous vivons les quelques faibles liens qui relient encore les individus entre eux sont les liens familiaux et, évidemment, ceux qui relient une mère à son fils.
Si les papillons noirs du délire viennent aveugler ceux qui sont chargés de faire respecter la loi qu’allons nous devenir ?
« L’hiver vient » comme dirait Eddard Stark.

Publicités

Comments (3) »

Mensonges

Ainsi donc,Ariane, pense que le Mensonge est un péché qui manque à la liste des péchés capitaux.
Quoi ? quoi ? il faudrait désormais répudier le mensonge et l’hypocrisie ?
mais que va-t-il donc avenir du théâtre que j’aime tant !
Tout le monde sait bien que l’homme qui s’avance vers vous et vous lance :
« Oui c’est Agamemnon, c’est ton roi qui t’appelle « 
est un menteur car ce n’est pas Agamemnon mais seulement un acteur.
D’ailleurs, en Grec, un acteur de théâtre se dit : hypocritès
Le sens a un peu changé mais on voit bien la filiation.
Il faut savoir que le jeu d’un acteur est soutenu par une force importante de la Psyché humaine : l’Hystérie.
Cette dernière qui se constitue bien avant l’acquisition de langage (voir Mme Dolto et son « image inconsciente du corps) pourrait se définir comme la faculté d’outrepasser le langage et donc de mentir.
Et ce n’est pas seulement le théâtre mais tout l’Art qu’il faudrait envoyer en Enfer !

Mais vous jouez sur les mots ! ce n’est pas du Mensonge que vous parlez mais de la Fiction qui est un mensonge connu auquel les spectateurs ou les lecteurs font semblant de croire le temps que dure le spectacle ou la lecture.
Voire.
Faisons un pas de côté pour examiner le cas des Théologiens auxquels Ariane fait aussi allusion.
Ces derniers fabriquent des concepts parfois ébouriffants ( Pain qui se transforme en véritable Chair, Dieu unique en trois personnes, Virginité de Marie avant pendant et après) auxquels ils finissent par croire et qui, s’ils arrivent à les imposer à l’Administration, deviennent des vérités garanties par l’Autorité : des Dogmes.
Mais, quelques échelons en dessous, il y a les prédicateurs. Ces derniers, chargés de propager les Vérités de la Vraie Foi, n’ont jamais, pour une si sainte Mission,
pensé à mettre un frein à leur créativité, notamment dans un domaine où tous excellent ( et pas seulement les chrétiens ) : celui des tourment qui attendent les pécheurs en Enfer.
Sont-ce là des mensonges ou des fictions ?
Euh…c’est, peut-être la raison qui, par un reste inconscient de décence a amené les moralistes à « oublier » le mensonge dans la liste des péchés capitaux car il en est de pieux.

Encore un pas de côté. L’Elu du Peuple qui, à la tribune d’un congrès nous explique que les lave-linge durent plus longtemps avec… son programme, est-il un Menteur, Possédé qu’il est, comme par un démon, Par l’Amour du Service de son pays ?
Euh… non, non, oublions cet exemple qui nous rapproche un peu trop du Côté Obscur.
Mais tout ceci pour dire que la limite entre la fiction et le Mensonge Ehonté est parfois difficile à tracer.
D’autre part, Ariane définit le péché comme une « dissonance » par rapport à DSN (Deus sive Natura de Spinoza).
Si nous admettons cela, le Mensonge passe l’épreuve haut la main.
En effet, les animaux ne mentent-ils pas ?
Pas avec le langage, bien sûr, mais avec leur corps.
L’oiseau qui volette comme s’il avait une aile blessée pour éloigner le prédateur de son nid, la femelle babouin qui déclenche un œstrus factice pour tromper le nouveau mâle Alpha et sauver son petit encore allaité, ne mentent-ils pas ?
En cela le mensonge et l’hypocrisie sont bien « raccord » avec la Nature et j’ajouterai qu’ils sont aussi la protection des faibles.
Sans eux, en tant qu’homosexuel, je n’aurai pu naviguer, dans ma jeunesse, entre les écueils de la Connerie Ordinaire.
Et je laisse de côté les mensonges dictés par la simple politesse.

Voilà, tous, invités que nous sommes au banquet d’Esope nous ne pouvons savoir à l’avance si ce que l’on nous servira sera la meilleure ou la pire des choses.
Je pense qu’il vaut mieux, sinon s’en accommoder du moins essayer de faire le tri.

PS
Les fleurs illustrant cette note proviennent de notre visite, dimanche dernier, au Pas de la Case en Andorre.
J’attirerai l’attention sur la première qui est une orchidée dactylorhiza.
Certaines orchidées tropicales pratiquent une sorte de mensonge : elles se fardent…avec une sorte de cire qui leur permet d’attendre la sortie printanière des pollinisateurs et de paraître toujours jeunes et fraîches à leurs yeux ocellés.

Comments (7) »

Le Système

photo-anthurium-oct-2016-copieSystème, système, système mediatico politique, on a beaucoup entendu parler de système ces derniers jours.
A ce que j’ai compris, le terme utilisé par certains candidats se voulant populistes désigne à la fois leurs adversaires et les journalistes d' »infotainement » qui se moquent de leurs bourdes ou de leurs palinodies, supposant, entre eux une complicité organisée, établie dans le but de leur nuire.
Ben voyons !
Mais le mot « système » est intéressant. Utilisé à l’origine, dans le langage scientifique, pour désigner une série de propositions formant un ensemble cohérent, il a fini, au siècle avant-dernier, par désigner une organisation politique contraignante.
Mais ce n’était encore que peu de chose ; Si j’en crois mon « histoire de la langue de bois » de Christian Delporte, ceux qui ont donné toute son ampleur à l’usage du mot, ce sont les Nazis qui s’en servaient pour désigner la République de Weimar. Tant et si bien que le mot était passé dans le langage ordinaire.
Et c’est un peu ce qui se passe de nos jours où les Médias, à force de reprendre les « éléments de langage » ( de bois ) des candidats finissent par croire que « système » désigne un objet réel au point de désigner E. Macron comme « un candidat anti-système » sans prendre garde au venin qui se cache dans le mot.
Loin de moi l’idée que les candidats qui utilisent ce vocable soient des crypto-nazis, Non.
Mais force m’est de constater où ils vont chercher leur matériel de propagande par une sorte d’inclination qu’on croirait naturelle. On peut voir où le bois de leur langue a poussé.

Comments (9) »

Le Sol et le Hutin

photo-cyclamen-oct-2016-copieCette année l’automne est arrivé comme une gifle.
La mauvaise saison est toujours un peu difficile pour les fleurs, il n’y en a plus beaucoup dans le jardin alors j’ai tiré le portrait des cyclamens de la mairie.
Autant bien profiter du fleurissement de la ville, je viens de recevoir la taxe foncière.
Je ne vais pas pleurer, les garçons ça ne pleure pas mais ça fait toujours un choc.
Mais, pour une fois, j’ai écouté un type sympa à la télé.
Il s’agit de Raphaël Gluksmann (oui le fils de Glu-qlu, famille d’origine juive autrichienne) qui parlait du Droit du Sol.
Le Droit du Sol, actuellement attaqué par une Droite intoxiquée au FN, et implicitement par le président avec son histoire de déchéance pour les bi-nationaux, est un truc important pour moi.
Cela me parait être la garantie qu’il n’existera jamais de « Race Française ». Cette fameuse race inchangée depuis le Paléolithique, fantasme qui hante l’inconscient raciste de la Droite.
Or j’ai appris que, d’après ce que dit Gluksmann, le Droit du Sol date de…1315. MILLE TROIS CENT QUINZE ! début du XIV eme siècle, cela fait juste 800 ans.
Le trois juillet de cette année là, le roi Louis X (dit « le hutin ») prit un édit prescrivant que le sol de France affranchissait celui qui le touchait et qu’il serait désormais considéré comme « Franc » c’est à dire à la fois comme sujet du Roi et comme homme « Libre » (c’est à dire pas un serf).
Le droit fut ensuite organisé par François Ier.
Je sens que je vais inscrire Louis X le Hutin dans mon panthéon personnel à côté de l’empereur Caracalla.
Donc, le Droit du Sol est bien une tradition ancienne et solide et fait bien partie de l’Identité Française.
Toutes les traditions ne sont pas bonnes à garder, certaines sont stupides, mais celle-là me parait digne d’être mise en valeur.

Comments (6) »

Le Beau Mensonge

photo-passif-sept-2016-6-copieVoici que nos ancêtres les gaulois reviennent dans le débat public, portés par une triste figure.
J’avais, oh, il y a longtemps, écris une note sur ce sujet, rééditée une fois à l’intention d’un gaulois comme moi, mais à la peau parfaitement noire, un gaulois du sud en quelque sorte.
On peut encore la trouver ici
A la relire je crois que je n’aurais pas grand chose à y ajouter.
Mais j’aimerais développer un peu la réponse que je faisais au dernier commentaire.
Celui-ci disait : « Une république qui se construit a besoin d’un socle pour s’établir quitte à tricher un peu. »
Ouais…
Le philosophe Platon, il a environ deux mille cinq cents ans, pestait contre les mythes grecs dans la plupart desquels il voyait des histoires absurdes dont les nourrices farcissaient la tête des enfants.
Il avait, cependant, remarqué que, si des hommes croyaient à ces histoires absurdes concernant la fondation des villes ou la naissance des peuples, ils avaient plus de facilité à se considérer comme membres d’une même communauté.
A contrecoeur, il appelait donc, pour la création de sa République à un « Beau Mensonge » qui aurait joué le même rôle et dont on aurait pu farcir la tête des enfants à la place des contes de nourrice.
Nous en savons quelque chose nous à qui les professeurs de l’école publique ont raconté l’Histoire de France, ce que certains appellent maintenant le « Roman national ».
Evidemment…du roman…
Mais ce roman, fabriqué au XIXéme siècle par des « géants » comme Michelet ou Ernest Lavisse n’était pas le premier, d’autres s’y étaient collés avant.
A la demande du roi Henri II, le poète Ronsard s’était attelé à la rédaction d’une épopée : » La Franciade » qu’il laissa inachevée à la mort de Charles XI.
L’épopée, probablement imitée de l’Enéide (un autre roman national), racontait le périple et les aventures sentimentales de Francus, fils d’Hector, obligé de fuir la ville de Troie incendiée par les Grecs et arrivé sur les côtes de Provence.
Il allait être le fondateur de la Nation et de la Monarchie des Francs.
Hum…des migrants…et venus du Moyen Orient.
Bon, à chacun son roman.
Je ne nierais pas l’efficacité du « Beau Mensonge », les guerres du siècle dernier l’ont démontrée mais beau ou pas, un mensonge reste un mensonge et sommer les français, récents ou non, d’y croire ne me semble pas le meilleur moyen de les rassembler.
A moins d’exercer une emprise totalitaire sur l’esprit de tel ou tel groupe, il semble qu’il y aura toujours des fouineurs qui s’emploieront à les débusquer.
Alors, avons-nous encore vraiment besoin de mensonges pour nous réunir alors que nous savons maintenant qu’ils ne tiendront pas la distance ?

Comments (6) »

Rhinocéros

photo-scarabee-des-chenes-copieCette bestiolle est un scarabée rhinocèros (Oryctès nasicornis). Malgré son air féroce, il est tout à fait inoffensif, sauf pour Sylvère qui a la phobie des insectes volants ( même les touts petits ).
Je l’ai trouvé dans mon jardin. Il est, peut-être né dans mon compost et, au soir de sa vie, peut-être a-t-il voulu revoir le lieu de sa naissance.
Ce sont des choses qui arrivent parfois, passé un certain âge.
Bon, faute de fleurs, en ce moment, je l’ai choisi pour illustrer cette note.
En fait, j’aurais dû intituler cette note « Déradicalisation » puisque c’est ce dont je voulais parler.
Mais le mot est tellement laid (comme d’ailleurs son antonyme ‘radicalisation » ) que je n’ai pu m’y résoudre.
Et puis, il me semble que vouloir « déradicaliser » (Oh, bon sang, même mon correcteur d’orthographe n’en veut pas !) un fanatique serait un peu comme vouloir transformer ce scarabée en papillon.
Les politiciens en campagne se gargarisent de ce mot en ce moment et le gouvernement ouvre des centres spécialisés (pour volontaires ).
J’étais un peu sceptique, alors je suis allé voir sur le web si je pouvais trouver quelques informations sur les méthodes employées.
Et j’en suis revenu encore plus dubitatif.
Entre les illuminés, les gourous et les escrocs l’entreprise me semble mal partie.
Si l’on a une vision du monde bien établie et solide, fût-elle complètement idiote, ce ne sont pas des prêches, de l’hypnose, ou des tentatives de lavage de cerveau qui vont vous en faire changer.
En fait seul un choc suffisamment puissant peut fissurer ce genre de certitudes et ce choc, seule la réalité peut l’infliger.
Je pense que le meilleur moyen de « déradicaliser » ces jeunes gens et jeunes filles serait de les laisser partir en Syrie pour qu’ils voient ce qu’est la réalité de leur idéal.
Et si cela ne parvient pas à les « déradicaliser » rien ne le pourra.

Comments (17) »

Pureté

Photo laur r 23 copieLe mot « pur » vient du latin purus. On y retrouve la racine indo-européenne « pu » qui désigne la souillure (putride, puant).
Selon une façon caractéristique du latin de construire ses mots,purus signifie : débarrassé de la souillure, nettoyé, propre.
Ce n’est pas un état premier !
La « Pureté Originelle » tant prisée par les Chrétiens n’existe pas pour les Anciens, grecs ou romains.
A l’époque il fallait être purus pour accomplir les actes de culte, un peu comme font, encore aujourd’hui les musulmans qui se lavent les mains avant d’entrer dans la salle de prière de la mosquée. La propreté physique étant inséparable de la pureté morale.
Mais il s’est produit une distorsion du sens de ce mot réservé au vocabulaire des pratiques cultuelles, le mot pur en est venu à signifier aussi : Sans mélange.
Je ne sait pas à quelle époque cela s’est produit, mais, au Moyen Age, l’Eglise avait horreur des mélanges (Je ne sais pas non plus pour quelle raison, hélas) et les proscrivait à un point tel que les peintre ont du attendre la fin du XVII éme siècle pour apprendre que l’on pouvait faire du vert en mélangeant du jaune et du bleu.
A partir de ce moment la pureté est devenue plus ambiguë, les choses pures avaient plus de valeur que les autres ce qui était vrai pour certaines (le métal débarrassé des scories) mais qui, pour d’autres, n’était que fantasme sans mélange (les races pures)
Et nous voilà maintenant, traînant encore dans nos têtes des lambeaux de cette pureté pervertie, haillons venus des âges obscurs.

Comments (2) »