Archive for La poussière et la bave

La Rumeur

Comme à peu prés tout le monde j’ai été mis au courant de la rumeur qui disait que des camionnettes blanches rodaient dans la région parisienne pour enlever des enfants.
Elle a flambé sur les réseaux sociaux et provoqué des agressions contre des roms conduisant une camionnette blanche.
Il faut dire qu’il y a des milliers de camionnettes blanches, c’est le modèle le moins cher.
Les autorités ont eu beau affirmer qu’aucun enfant n’avait été enlevé (la police n’a reçu aucun signalement) il n’est pas certain que la rumeur soit rentrée dans son trou.
C’est un phénomène étrange et extrêmement ancien.
Au Moyen Âge on accusait les juifs de répandre dans l’air des poudres pour apporter la peste, plus tard le Discours Antisémite s’est saisi du schéma pour accuser les juifs d’enlever des enfants pour accomplir des « meurtres rituels » et l’on peut penser que ce fut là la cause de quelques pogroms dans l’est de l’Europe.
A XIX ème siècle courait le bruit que les bohémiens enlevaient des enfants pour Dieu sait quoi en faire.
Il faut noter qu’aucun enfant n’a jamais été enlevé par des bohémiens mais que, par contre, de nombreux enfants bohémiens ont été enlevés à leurs familles et mis dans des écoles pour y être « rééduqués »
On pourrait penser que l’éducation moderne aurait fait justice de ces fariboles mais il semble bien que non.
On dirait que ce motif des enlèvements (il y a aussi la célèbre Rumeur d’Orléans) s’est comme enkysté dans l’inconscient collectif et qu’il n’y a pas moyen de l’en extirper.
L’éducation (d’ailleurs en baisse) ne peut rien y faire.
Il semble que ces rumeurs se réactivent dans des temps de grande angoisse collective.

Allez quelques fleurs de printemps dédiées aux victimes de ces sottises.

Publicités

Comments (6) »

Populistes ?

En 2002, au second tour des élections présidentielles, Jean Marie Le Pen a fait 19 % des voix.
Quinze ans plus tard, en 2017, sa fille Marine a fait 45 % des voix au second tour des élections présidentielles brisant ainsi le plafond de verre des 20 % qui avait toujours bloqué l’extrême droite en France.
Doit-on attribuer ce remarquable résultat aux seules qualités personnelles de la candidate ?
J’en doute.
J’en doute d’autant plus que l’extrême droite a fait de bons scores partout en Europe et même en Andalousie alors qu’il reste encore pas mal d’espagnols qui ont connu le Franquisme.
J’en conclus que pas mal de gens en Europe sont mécontents de la politique européenne impulsée par l’Allemagne.
C’est un franc rejet des politiques (trop) libérales menées par les états démocratiques européens.
Si l’on se retourne vers le Passé on se rend compte que cette situation politique n’a rien de nouveau.
Et on peut remonter loin : Jusqu’à la République Romaine dont les citoyens, excédés par la guerre civile ont accepté l’Empire sans sourciller.
Et l’on peut noter que, par la suite, le Peuple a toujours soutenu l’Empereur contre le Sénat, pas uniquement, à mon avis à cause du Pain et des Jeux.
Si l’on remonte vers notre époque, on trouve, à la Renaissance l’Insignoramento (désolé, je n’arrive pas à traduire correctement le mot) qui vit les républiques municipales italiennes, déchirées par les luttes sanglantes de leurs dirigeants, tomber dans les bras de l’Empereur d’Allemagne ou des Médicis.
En France c’est après l’imbécilité meurtrière de la Terreur que les citoyens de la Première République ont choisi le Premier Empire et même la Seconde République a fini dans le Second Empire après que ses dirigeants eussent laissé le général Cavaignac tirer sur le foule des ouvriers qui protestaient contre la fermeture des Ateliers Nationaux.
Il y a sans doute d’autres exemples… mais ce n’est pas la première fois que des citoyens lassés des insuffisances, des mensonges et des impostures des Démocraties auront confié à un régime autoritaire le soin de garantir leur sécurité.
Nous n’en sommes pas encore là mais, si j’ose dire, ça nous pend au nez et je ne suis pas certain que nos dirigeants actuels aient toutes les capacités nécessaires pour éviter la Catastrophe.

Comments (7) »

Conneries

J’ai vu (à la télé) une dame gilet-jaune prétendre devant un ministre qu’il y avait des gendarmes étrangers, européens, parmi ceux qui réprimaient les manifestations.
Le ministre, un peu estomaqué, lui a affirmé (il a fallu qu’il le répète plusieurs fois) ;que parmi les gendarmes il n’y avait QUE DES FRANCAIS !
Toutes les vitupérations anti-européennes font parfois pousser d’étranges bourgeons.
Symétriquement, j’ai vu la secrétaire d’état à l’égalité femmes-hommes (souvent invitée à la télé parce qu’elle est belle et qu’elle se remue beaucoup sur les réseaux sociaux à tout propos et hors de propos) dire qu’il fallait vérifier si les participations à la cagnotte pour soutenir le boxeur de CRS ne venaient pas de l’étranger.
(Elle devait penser à Poutine).
Vérification faite, 95 % des participations viennent de France et 5 % d’Italie, sans doute des amis de Mattéo Salvini.
Nous voici en face de deux conneries symétriques.
Oserais-je tenter de déterminer laquelle est la plus épaisse ?
Celle de la dame gilet-jaune me parait simplement un peu naïve, celle de la ministre, par contre est plus grave.
En tant que femme politique elle devrait savoir que, dans le monde, tous les pouvoirs (absolument tous), confrontés à des révoltes suscitées par leurs propres conneries politiques, accusent des puissances étrangères d’avoir tourné la tête des leurs concitoyens.
Ce qui est stupéfiant c’est qu’elle avait l’air de croire elle même à ses propres affirmations.
Je ne sais pas si cela ne concerne que moi, mais mes propres inférences m’amènent (enfin…m’amenaient) à penser (sans y réfléchir, je le reconnais) que si on obtient un poste ministériel c’est qu’on appartient à une sorte d’élite intellectuelle.
Et je suis toujours déconcerté quand je me rend compte que ce n’est pas la cas.

PS : des choux comme illustration parce qu’il n’y a pas beaucoup de fleurs en ce moment et que, de toutes façons nous sommes dedans.

Comments (7) »

« Coulez mes larmes ! » dit l’électeur de Méluche


Oui, c’est une rose.
Une rose qui s’est desséchée avant de s’être épanouie.
Je la dédie à l’homme pour qui j’ai voté aux dernières élections présidentielles.
(c’est la note que j’ai eu du mal à cracher)
Il faut dire qu’il y a plus d’un mois Jean Luc Mélenchon a subi, ainsi que son parti une perquisition de grande envergure, car la justice le soupçonne d’avoir fait surfacturer par une agence de communication issue de son parti quelques prestations pendant sa campagne présidentielle, histoire de se faire rembourser (enfin, à son parti) par l’état un peu plus d’argent qu’il n’en avait réellement dépensé .Perquisition qui lui a provoqué une grosse colère qu’il a retransmise sur son site internet et qui a été complaisamment relayée par tous les médias télévisés.
Surtout par ceux qui lui étaient hostiles, qui ne manquaient pas de demander à leurs invités habituels à quel point ils étaient choqués.
Bon, que Mélenchon pique une colère contre la Justice, cela ne me choque pas et qu’il bouscule quelques policiers et un procureur adjoint, non plus.
Mais…
Au début de la campagne présidentielle le candidat de la droite a été accusé par un journal satirique d’avoir procuré à son épouse un emploi de complaisance d’assistante parlementaire payée par l’argent du contribuable sans que cette épouse aie jamais effectué le moindre travail.
Dés la première réaction du candidat à ces accusations (il s’est dit choqué par le sexisme du journal qui n’acceptait pas qu’une femme travaille) j’ai compris qu’il était coupable.
Quant aux arguments suivants, dans l’ordre : complot des médias et complot du gouvernement (un cabinet noir) ils n’ont fait que me renforcer dans cette opinion.
Jean luc Mélenchon lui, a commencé par accuser le gouvernement puis les médias et enfin la présidente de l’agence de com a entonné le couplet du sexisme.
Or donc si les arguments employés par François F. pour démontrer son innocence m’ont convaincu de sa culpabilité, que dois-je penser de Mélenchon quand il emploie les mêmes arguments ???
Coulez mes Larmes !
Je ne sais pas trop ce qu’en penseront ses autres électeurs, mais moi je serai bien embarrassé aux prochaines élections.

Comments (15) »

Ruissellement

Une des grandes idées du gouvernement actuel est celle du « Ruissellement », à savoir que, plus les riches s’enrichissent plus leur richesse « ruisselle » autour d’eux par le travail qu’ils fournissent aux moins riches (artisans, bijoutiers, maçon qui leur construisent des palais etc…).
Cette idée vient de Bernard de Mandeville (1670-1733) le grand père de l’ultralibéralisme économique que certains considèrent comme l’Illuminato qui murmure à l’oreille de Macron.
C’est une image.
Soit dit en passant, il me semblait, dans ma petite tête, que le gros problème du Libéralisme (jamais évoqué par les experts que l’on voit à la télé) était le nombre excessif de canailles et de crapules qui utilisaient le système à leur profit.
Eh bien la lecture de Mandeville a répondu à cette question dans sa « fable des abeilles (the fable of the bees) : la malhonnêteté et la canaillerie sont la racine du système libéral et la condition essentielle de son développement.
Bon, le système peut-il fonctionner et faire diminuer la pauvreté ?
Il semblerait que ce soit parfois possible mais uniquement dans le cadre d’une économie émergente avec une croissance à deux chiffres (sans virgule) mais que, dans le cas de l’économie française déjà mature, largement désindustrialisée et poussant péniblement jusqu’à 1,5% de croissance, plus rien ne ruisselle.
Il faut dire aussi que monsieur de Mandeville ne connaissait pas l’économie financière moderne où l’accumulation des titres vaut vingt fois le PIB mondial.
Hélas les riches préfèrent mettre l’argent que leur fait économiser la suppression de l’ISF dans l’achat de titres financiers (dont la valeur est largement virtuelle pour ne pas dire fictive) plutôt que dans la création d’usines.
Quant aux « start ups » sur lesquelles mise largement le président pour rénover l’économie nationale, bardées d’ordinateurs et d’algorithmes elles peuvent atteindre rapidement une forte capitalisation boursière mais créent très peu d’emplois.
Alors il est inutile de tendre la sébille vers la montagne des richesses, plus rien n’en coulera.

Comments (6) »

Quotas


J’ai entendu, l’autre soir dans une émission populaire, à la télévision, un chroniqueur reprocher à l’ancienne ministre de la Culture, Aurélie Philipetti, ce qu’il considérait comme un effet pervers de la loi sur la parité.
En effet, pensait-il, une femme pourrait se voir reprocher de n’avoir obtenu un poste qu’à la nécessité, pour une institution de remplir un quota de femmes et non à ses compétences personnelles.
Il faisait d’ailleurs, à ce sujet référence aux lois de discrimination positive imposant, aux Etat Unis, un quota d’étudiants noirs dans les universités.
L’ancienne ministre a répondu en défendant la nécessité de faire des lois de discrimination positive ( A sa place, je me serais contenté de dire que si on ne faisait pas des lois pour imposer la discrimination positive il ne resterait que de la discrimination négative.) mais sans s’appesantir sur le raisonnement concernant les bénéficiaires des quotas.
Voyons donc :
Ceux qui raisonnent ainsi imaginent la situation où une institution ne trouverait pas suffisamment de femmes compétentes ( ou d’étudiants noirs ayant le niveau requis ) pour remplir complètement le quota et seraient obligée d’embaucher n’importe qui (ou d’accueillir n’importe quel noir) pour obéir à la loi.
Mais il ne vient à l’idée de personne que l’institution pourrait se trouver dans la situation où elle ne trouverait pas assez d’hommes compétents ( ou d’étudiants blancs ) pour remplir le reste du quota.
Non : le doute sur les compétences ne porte que sur les femmes (et les noirs).
Ce n’est donc pas un effet pervers de la loi car, si c’était le cas, le doute porterait sur les deux sexes (ou les deux « races » ).
Ce raisonnement est donc juste une manifestation plus sournoise que d’habitude des préjugés contre les femmes ( ou du racisme envers les noirs )
On pourrait donc se contenter de hausser les épaules mais il y a quelque chose de plus grave dans ces insinuations c’est qu’elles peuvent amener les femmes ( et les noirs ) à douter d’eux mêmes et de leurs capacités.
Ce qui était, peut-être, le but de la manœuvre.

Une fleur de scabieuse sauvage pour illustrer ce post.

Comments (2) »

Soleil

Au siècle avant-dernier, un savant positiviste (dont je ne me rappelle plus le nom, mais après tout c’est un nom qu’il vaut mieux oublier) a dit qu’on ne connaitrait jamais la température du soleil car il faudrait y envoyer un thermomètre, ce qu’il jugeait évidemment impossible.
Eh bien justement, la NASA vient d’envoyer le thermomètre, la sonde Parker.
Oh, pas seulement un thermomètre, il y a bien longtemps qu’on connait la température du soleil (6000 degrés pour la surface et 10 000 à 12 000 degrés pour la couronne) et par un moyen que notre positiviste ne soupçonnait pas : en analysant sa lumière.
Ce qui est d’autant plus amusant qu’au moment même où notre savant lâchait sa bourde avaient lieu les premières études sur la chromatographie.
« Nous ne saurons jamais… » était l’une des phrases favorites des positivistes.
Cela vient, je pense qu’ils s’imaginaient posséder tous les moyens de connaissances possibles et que ce que ces derniers ne pouvaient expliquer ne le serait jamais.
Belle arrogance et beau manque de foi dans les capacités de l’avenir.
Ce qu’ils savaient était la seule connaissance accessible.
Pas étonnant que leur fondateur ait fini par inventer une religion.

Comments (7) »