Archive for décembre, 2016

Aprés Noël

photo-rose-dhiver-dec-20-copieLe repas (j’ai fait une faute de frappe : j’avais tapé le trepas) de Noël s’est passé.
Avec les enfants, huîtres, chapon et, comme dessert une tarte au citron meringuée, confectionnée par mon cadet.
Pour une fois qu’il daigne faire un gâteau pour la famille c’était délicieux.
La soirée s’est bien passée mais Sylvère avait appris le matin même que son père venait de mourir.
On a beau ne pas très bien s’entendre avec son père, ça plombe un peu l’ambiance.
Le père de Sylvère était un normand taiseux probablement humilié par le fait que son fils était homosexuel qui n’a jamais dit à son fils qu’il l’aimait (il faut dire que chez ces gens-là…)
Bref, la mère de Sylvère se retrouve toute seule dans une grande maison et se répand en lamentations au téléphone.
Son fils est parti hier soir la retrouver, sans pouvoir assister aux obsèques, tous les trains étant bondés.
Charleville-Mézières c’est loin.
Ce qui fait que moi aussi je me retrouve tout seul dans une maison heureusement pas si grande.
Pour couronner le tout, le village est envahi par la brume, humide et froide.
Une seule rose, frissonnante, pour décorer le jardin et quelques fleurs de la solanée grimpante qui s’obstine à braver le climat.
Ouais… c’est l’hiverphoto-solanee-grimp-nov-2-copie

Comments (10) »

Bonnes feuilles

photo-feuilles-tilleul-no-copie-1le tilleul est un arbre dont les graines infusées ont un effet calmant. Celui de ma voisine a couvert le jardin à l’arrière de ma maison d’un épais tapis de feuilles dorés.
Elles semblent toutes tombées au même moment.
Mais ce n’est pas lui qui a calmé mes humeurs jardinières c’est le temps.
Les journées du début de la semaine ont été sombres humides et froides.
L’obscurité, l’humidité, le froid, tout ce que je déteste.
Alors je me suis lancé dans la lecture.photo-feuilles-tilleul-no-copie-2j’ai acheté, par hasard, au supermarché : « Le Royaume » d’Emmanuel Carrère.
Je connaissais déjà le nom d’Emmanuel Carrère et je savais que c’était l’un des auteurs français ( avec Houellebecq ) les plus traduits à l’étranger. J’avais négligé de le lire sur le seul nom de sa maison d’édition qui me semblait s’être fait une spécialité d’éditer des auteurs chiants.
Comme quoi je peux parfaitement me montrer stupide, moi aussi, quand je veux bien faire un effort.
Mais la quatrième de couverture m’a accroché l’oeil.
Le sujet parlait des premiers chrétiens après la mort du Christ, j’avais déjà lu les livres de Mordillat et Prieur : « Jésus contre Jésus » et « Jésus sans Jésus » et celui de Paul Veyne : « comment notre monde est devenu chrétien ». le sujet m’intéresse : j’ai acheté le bouquin.
Je n’ai pas été déçu ; Ampleur du sujet, intelligence et culture de l’auteur, limpidité du texte, un vrai plaisir.
Quand je dis « Culture » de l’auteur, je veux dire qu’il a la même que moi, un peu dans le genre :  » Ce mec a une culture…! Tout ce dont on lui parle, il connaît ! »
Ouais, bon.photo-feuilles-tilleul-no-copie-3Le personnage central du livre est un écrivain, Saint Luc, qui accompagne un héros épique, Saint Paul dont Carrère essaye de reconstituer la vie au moyen des « Actes des Apôtres » des « Epitres de Paul » et enfin des « Evangiles ». Mais aussi reconstituer l’époque, les luttes entre Saint Paul et les derniers disciples, et, un peu, la vie du Christ.
En même temps, Carrère revisite sa propre vie et la période, qui a duré trois ans, durant laquelle il a été chrétien ( catho ).
Le tout est très brillant.
Du coup je me suis jeté sur le précédent livre de Carrère : « Limonov » récit de la vie de l’écrivain et activiste russe Edouard Limonov.
Encore un bon livre racontant, non seulement la vie de Limonov, délinquant, poète, écrivain, factotum d’un miliardaire américain, journaliste à « l’Idiot international », combattant (?) dans la guerre du Kossovo (côté serbe), créateur en Russie du parti « National Bolchevique » (nasbol), détenu au Goulag (toujours en place) et j’en passe mais encore la vie et les évènements politiques en Russie entre Gorbatchev et Poutine ( fin de l’URSS, Eltsine, Economie de Marché (criminelle), Oligarques, Tchétchénie, démocrates en perdition). photo-feuilles-tilleul-no-copie-4Limonov est un individu parfois trouble, animé d’une solide haine de classe mais aussi d’un sens aigu de la ‘common decency » .
Aprés avoir raconté tout ce qu’a fait Limonov, Carrére se demande, à la fin de son livre, ce qu’il pourrait encore faire et conclut qu’il ne lui reste plus qu’à fonder une religion.
Ah ! J’ai compris ! : « Le Royaume » c’était la suite de « Limonov ».

Comments (15) »