Archive for août, 2019

Sagesse

J’ai souvent entendu dire que l’un des privilèges du grand’âge était d’accéder à la sagesse.
En raison d’une expérience plus riche que celle des jeunes.
Moi qui peut prétendre, sans me vanter, avoir enfin accédé au grand’âge et avoir acquis une certaine expérience, je regrette de dire que je n’ai accédé à aucune sagesse.
Mais, alors là, aucune !
Tout au plus puis-je concéder la perte de certaines illusions comme celle que les progrès de la Science rendrait les hommes moins stupides.
Mais le processus est lent, si tant est qu’il existe vu que certains ethnologues considèrent que le pic de l’intelligence humaine a été atteint au Paléolithique supérieur et que l’invention de l’Agriculture a amorcé une lente décadence.
Et d’ailleurs, je ne suis pas le seul dans ce cas : Je connais un ancien couple d’amis qui ont à peu prés mon âge et qui sont devenus d’authentiques vieux cons.
A mon avis, si les vieux font moins de grosses bêtises que les jeunes c’est que le grand’âge leur a ôté les moyens de les faire.
C’est mon cas et il ne me reste que la nostalgie des bêtises que j’ai faites et le regret de ne point en avoir fait davantage.
Et je n’ajouterai point ici ce que je pense des Maitres de Sagesse (comme les Stoïciens par exemple), je serais grossier.

Comments (10) »

Invasion

J’avais déjà écrit une note sur le sujet mais elle s’est perdue dans le naufrage de mon ancien blog sur 210six, c’était au moment de la sortie de « la guerre des Mondes » de Spielberg, j’y notais que ce film était, en quelque sorte, « Rencontres du troisième type » vu après le 11 septembre.

la tuerie (mass murder) d’El Paso me donne l’occasion de revenir sur le sujet. L’auteur, dans un texte publié sur Facebook, faisait référence à « l’invasion » du Texas par les latinos.
Invasion…
Bien sûr, les politiciens Républicains ou de « l’alt right » adorent ce thème mais il faut noter que, dans un registre plus profond, dans les oeuvres de littérature populaire (science fiction) ou dans le cinéma, les américains sont les seuls à raconter encore des histoires d’invasion.
Les Etats Unis, à en croire leur culture populaire, ont été menacés d’invasion par les communistes, les Extras terrestres, les virus et, maintenant les latinos.
Ça fait beaucoup d’envahisseurs.
Les européens aussi ont écrit des histoires d’invasion, HG Wells a écrit « la guerre des mondes » après une discussion avec son frère sur la guerre des Boers, en France le Capitaine Danrit a écrit, au début du siècle « Le péril Jaune » et « le péril noir » (A noter que ces deux « périls » provenaient de populations colonisées par la France à l’époque), mais ils ont pratiquement cessé de le faire quant ils ont perdu leurs empires coloniaux.
Je crois que c’est là le nœud du problème : on craint l’invasion quand on est soi-même un envahisseur.
Les américain n’ont pas de chance, ils n’ont pas d’empire colonial à perdre, le pays où ils sont nés, comme ils l’ont appris à l’école, est le pays même qu’ils ont envahi.
Impossible d’évacuer la culpabilité, l’idée d’invasion est fichée comme une écharde dans l’esprit de l’Amérique blanche.
Après ça, chacun en fait ce qu’il peut, soit une tuerie de masse soit un film de science-fiction, cela dépend des capacités de chacun.

Comments (4) »

La Paréidolie


Bon, je reconnais que les artichauds n’ont aucun rapport avec le sujet de ma note, mais la mairie a eu l’idée de planter des artichauds dans ses plates-bandes décoratives et comme j’adore les fleurs d’artichaud…

Je voulais parler de la paréidolie, un truc qui m’intrigue depuis longtemps.
La paréidolie est l’aptitude à voir des objets connus dans des formes naturelles aléatoires.
L’article qui lui est consacré dans wikipedia en montre plusieurs exemples.
Je me souviens d’avoir vu le visage du Christ dans des taches d’humidité sur un mur et j’ai récupéré sur le Net (désolé j’ai oublié les références) un visage du Christ créé par un coup de dent dans une barre chocolatée.
Emmanuel Carrère raconte dans « Le Royaumme » être devenu croyant (pendant trois ans) pour avoir vu le visage du Christ dans les feuilles d’un arbre (si je me souviens bien) et Léo Perutz, dans son roman « La nuit sous le pont de pierre » fait un usage dramatique d’un tel visage apparu sur un mur par l’effet de mousses et de lichens.
Il est à noter que tous ces visages de Christs ressemblent à ceux qu’à fixé la tradition picturale.
L’article de wikipedia traite le phénomène d’illusion d’optique.
Soit.
Mais pourtant d’où peut bien venir cette étrange aptitude du cerveau à fabriquer des images intelligibles à partir de taches aléatoires ?
J’ai fini par penser qu’il s’agissait d’une aptitude formée par l’Evolution à une époque où pouvoir repérer la forme d’un prédateur au milieu des lumières mouvantes de la végétation pouvait faire la différence entre la vie et la mort.
Aujourd’hui ce genre de situation ne se présente plus très souvent mais le cerveau humain continue à fonctionner selon des modes établis il y a bien des millions d’années.
Et un dernier artichaud pour la route.

Comments (8) »