Archive for septembre, 2011

Une larme de goudron

Quand nous allons faire un tour au Pas de la Case, nous nous arrétons pour manger un sandwich à la saucisse dans une barraque au bord de la route.
Celle-ci est entoutée d’une clôture en traverses de chemin de fer.J’en avais utilisé dans mon ancien jardin pour délimiter les parterres, elle sont tellement imbibées de goudron et de fongicide qu’elles ne pourrissent pratiquement plus.
Celles de la barraque à frites sont en plein soleil si bien que,parfois le goudron fond, laissant comme des larmes noires sur le bois.
Je trouve ça décoratif.
En montant en Andorre je pensait à l’attentat suicide qui a côuté la vie à l’ancien président afgan qui était chargé de négocier avec les Talibans. L’agresseur avait, parait-il, caché sa bombe dans son turban.
Evidemment celà m’a fait penser à l’une des célèbres caricatures de Mahomet, celle qui montre le Prophète avec un turban en forme de bombe.
De prime abord, celà m’avait amusé puisque cette caricature qui avait tant choqué se retrouvait ainsi justifiée par la réalité.
Le terroriste avait-il été inspiré par la caricature ou avait-il trouvé le truc tout seul ?
Finalement, je me suis dit que l’information était, peut-être un peu trop belle pour être vraie. Mais, si c’est le cas, il ne faudra pas compter sur les Médias qui l’ont publiée pour publier un démenti.

Comments (3) »

volubilis

Ce volubilis bleu est une miraculé des ces deux derniers hivers. je l’avais planté sur un arceau du jardin avec des roses et des clématites. Le monstre a bien failli tout étouffer.
Certaines de ses tiges, courant sur le sol, se sont marcottées et, bien que la plante ne supporte pas le gel ont repoussé l’été suivant. Je les ai changées de place, sans grang espoir de réussir à le sauver, mais cet été, de nouvelles pousses sont sorties et le volubilis a fleuri.
Comme il est d’un grand développement,(une vraie pieuvre:) je l’ai planté au pied de la tonnelle, elle même couverte par une passiflore bleue complètement hystérique avec laquelle il s’est parfaitement entendu.
les fleurs s’ouvrent dès le lever du jour. Elles sont d’un beau bleu qui dure tant que le soleil ne frappe pas dessus.
Au cours de la journée elles virent lentement à un rose mauve avant de se faner au coucher du soleil.
Il fleurit trés tard dans la saison en août septembre ce qui fait que les premières gelées le grillent avant que sa floraison ne soit complètement terminée. Cette année, je tenterai de protéger son pied avec un tas de feuilles.

Incidemment j’ai appris que les patates douces que l’on voit au supermarché dans le rayon fruits exotiques sont, en fait, des racines de volubilis.

Comments (4) »

le Parfum du lis rose

J’avais planté ce beau lis rose au printemps dernier.
A cause, sans doute de la sécheresse du mois de mars, il a fleuri avec beaucoup de retard mais ça valait le coup d’attendre, il a dégagé un parfum capiteux qui a envahi tout le jardin.
Même la voisine m’a demandé ce qui sentait si bon chez moi.
voilà qui me donne une belle satsfaction (il ne m’en faut pas beaucoup), j’apprécie beaucoup le parfum des fleur et j’essaye de planter autant que possible des espèces parfumées.
Mais c’est la première fois qu’un parfum est puissant au point de se répandre à l’extérieur du jardin.
Aprés l’été ce dernier est tout échevelé.
Je taille les feuillages qui ont jauni pour essayer de lui redonner un peu de tenue.
Tout l’espace disponible est à peu prés occupé, je crois que je planterai moins de choses l’année prochaine.

Comments (3) »

Agapanthe bleue

Cette agapanthe bleue est j’une variété qui ne résiste pas au gel. Pourtant, celà fait deux ans que j’arrive à la conserver en recouvrant son pied de feuilles en hiver.
En fait, ce sont aussi ses feuilles qu’il faut protéger puisquece sont elles qui contiennent les réserves de nourriture.
Pour ce genre de plante gélive, chaque hiver est un défi ; La retrouvera-t-on au printemps ? je me rends compte que pas mal de plantes ont ainsi passé une saison au jardin et ne sont jamais revenues.
Pourtant je me souviens encore de leur floraison.
Il en est un peu ainsi de certaines rencontres éphémères. On n’a vu quelqu’un qu’une fois ou deux et pourtant on pense toujours à lui (ou elle) des années plus tard.
Sans savoir pourquoi car, la plupart du temps, il ne s’est rien passé de particulier.
Je me demande maintenant si je n’ai pas pris plus de soin à conserver mes plantes que mes relations.

Comments (5) »