Archive for mai, 2022

Ancolies de mai / Mélancolie

binary comment

Les ancolies sont parmi mes fleurs préférées. Aussi je n’hésite pas à montrer celles qui fleurissent en ce moment le Jardin.
La vague de chaleur venue du Sahara qui assommait hommes et bêtes a enfin cessé.
Je ne me souviens pas d’avoir subi une canicule aussi longue, quinze jours à plus de trente degrés sans une goutte de pluie au mois de mai qui est, en général très pluvieux.
Même les oiseaux avaient trop chaud ; tous ceux que je voyais, pies ou merles, avaient le bec ouvert pour évacuer la chaleur.
Cela promet une belle sécheresse pour cet été.

binary comment

Mais bon, tout le monde respire mieux maintenant.
Sylvère est rentré à la maison, fatigué et amaigri. il n’en a pas encore finiavec la clinique car il doit encore subir une intervention en juillet.
Ses diverses opérations lui ont laissé d’énormes cicatrices qui remontent de son pubis à son nombril. Pour comater sa fistule entre sa vessie et son intestin, les toubibs n’ont pas fait dans la dentelle.
Fini les opérations délicates avec l’aide d’un robot ultramoderne (900 euros de supplément), là il lui ont carrément ouvert le ventre au bistouri.
Cette agression contre son corps et les déformations qu’elle implique font énormément souffrir Sylvère qui se voit « défiguré » et qui en reste amer et agressif.
Il en veut à l’univers entier et comme il n’a toujours pas l’univers sous la main c’est contre moi qu’il se retourne.
J’essaye de faire de mon mieux mais je ne sais pas trop quoi faire.

binary comment

J’ai suivi ce qu’elle a montré du procès du soldat russe condamné à la prison à vie pour crime de guerre.
Le crime est indéniable et, d’ailleurs, avoué par l’intéressé mais quant je vois ce gamin si jeune dans le box des accusés je ne peux m’empêcher d’éprouver de la pitié pour lui aussi.
Il vient de Sibérie (La Russie, dirigée par des russes d’Europe, va chercher sa chair à canon dans ses lointains territoires asiatiques) et a dit s’être engagé pour aider sa mère.
Pauvre gars… il aura tout le reste de sa vie pour arriver à réaliser ce qu’il a fait.

binary comment

Et les nouvelles des USA ne sont pas meilleures : encore une tuerie de masse dans une école primaire !
L’interprétation dévoyée de deuxième amendement ( les américains ont le droit de posséder une arme afin de pouvoir constituer une milice pour défendre leur état , un peu comme l’armée suisse, mais pas de se déplacer avec une arme pour massacre des écoliers) continue à faire des ravages.
Quand j’étais à l’armée mon maréchal des logis m’a appris qu’il n’y avait pas d’arme dangereuse, rien que des homme dangereux.
Il n’empêche… un homme dangereux avec une arme c’est beaucoup plus dangereux que sans.
Il semble que ces massacres font désormais partie de l' »américan vay of life » et qu’on ne peut rien y changer.

binary comment

Voilà, à coté de ce genre d’informations tout le reste parait futile.
Devant la noirceur de la situation je me sens dans une solitude impuissante, triste et amère.
J’offre ces ancolies que j’aime tant à toutes les victimes de ces temps invivables.
Ça ne changera pas grand chose mais c’est une goutte d’eau dans cet océan de larmes.

binary comment

Comments (12) »

Clinique. Troisième saison

binary comment

Eh bien me voici de retourà la clinique.
En tant que visiteur, je veux dire.
Petite nouveauté depuis la dernière fois, le parking est devenu payant.
Ces cliniques appartenant à des chaines raclent vraiment l’argent avec les ongles !
Une petit avantage quand même, alors qu’avant le péage trouver une place libre sur le parking était un exploit, on trouve maintenant de nombreuses places libres.
Est-ce que les gens ont renoncé à se faire soigner ou est-ce les familles qui ne viennent plus voir leurs membres malades faute de pouvoir payer le parking ?

binary comment

Bon, une fois garé je me dirige vers le service de réanimation où se trouve Sylvère.
A son arrivée aux urgences les médecins se sont aperçu que ses calculs rénaux avaient provoqué une infection qui avait dégénéré en septicémie.
Du coup, ils le gardent sous surveillance en réanimation et le bourrent d’antibiotiques.
Je pénètre dans un vestiaire où je dois m’habiller. Je range mon sac et mon blouson dans un box et je revêt une blouse en non-tissé, une paire de gants en plastique (trop petits) et une charlotte sur la tête.
De toutes les coiffures inventées par l’humanité au cours de sa longue histoire la charlotte est incontestablement la plus laide.
Je sonne à l’interphone et je rejoins, le box où git Sylvère relié à une bonne dizaine de tuyaux.

binary comment

Bonne nouvelle, l’infirmière m’annonce qu’i se rétablit progressivement.
Mais Sylvère n’aime pas les tuyaux.
L’idée que sa vie est dépendante d’une machine lui a provoqué une crise d’angoisse.
J’ai beau lui dire que ce n’est que provisoire, cela n’a pas l’air de le calmer.
Je reste une heure ou deux auprès de lui. Son moral n’est pas terrible mais il s’améliore.
Et puis je rentre à la maison.

binary comment

Avant d’être hospitalisé Sylvère avait acheté des poireaux pour faire des poireaux au jambon ; Alors, pour éviter qu’ils se perdent il m’indique comment les préparer.
hiers soir je les ai préparés comme il m’a indiqué et, ma foi, c’était bien bon.

Ah, pour ceux que cela intéresse la première photo est des fleurs de nemesias puis une fleur de corète du Japon simple, une fronde de fougère et des fleurs d’arum tous fleuris en ce moment.

Comments (10) »

%d blogueurs aiment cette page :