Archive for octobre, 2020

Azalée en octobre

Cette azalée m’intrigue : habituellement les azalées fleurissent au printemps et celle-ci fleurit à contre saison.
Généralement, ce n’est pas bon signe pour la plante. Il faudra voir comment elle évolue cette année.
Elle m’a été donnée par Mourad qui ramasse tout ce que jettent les supermarchés.
Quand il les récupère, les plantes sont dans un sale état. Elles ont passé plusieurs semaines en rayon sans être une seule fois arrosées (je n’aimerai pas être réincarné comme plante à vendre dans un supermarché !) et quand leur aspect est vraiment trop lamentable pour que le magasin puisse espérer les vendre elles sont jetées à la poubelle.
Mais Mourad est là qui récupère tout ce qui traine ( ce n’est pas son métier, ce n’est pas un hobby, c’est une vocation !) pour le redistribuer autour de lui.
Un jour il m’a donné deux chemises, il en avait tout un carton et il a fallu que je bataille pour ne pas repartir avec tout le carton.
Il est comme ça, Mourad.
Bon, revenons à l’azalée : il arrive que certaines plantes ne soient pas tout à fait mortes et qu’avec de bons arrosages elles finissent par repartir.
C’est ce qui est arrivé à la mienne.
une fois assuré qu’elle était toujours vivante, je l’ai plantée dans un bac de ma fabrication rempli de terre de bruyère véritable bien acide et je l’ai installée dans un coin ombragé où elle m’a semblé bien reprendre de la feuille de la plante (oui, bon…)
Et voilà qu’elle fleurit en octobre.
Je suis perplexe : serait-ce un présage ?

Comments (9) »

Covid sous la pluie

Il pleut toujours, les asters bleus ont l’air de se noyer dans leurs propres larmes.

Avec le respect des « gestes barrière » je crois que je commence à manquer sérieusement d’ocytocine.
Je me dis que ça ne durera pas éternellement mais tout de même c’est difficile.
Le président va parler ce soir et il annoncera probablement ( il n’a pas encore parlé mais tout le monde semble déjà au courant de ce qu’il va dire) un durcissement des mesures sanitaires en vigueur actuellement

Il semble que la situation s’aggrave mais je ne sais pas encore quels sont les effets des mesures précédentes.
Tout cela parait un peu brouillon mais je ne suis pas certain que les autres pays d’Europe soient dans une meilleure situation et je ne suis pas non plus certain que les membres de l’opposition qui critiquent le gouvernement actuel (comme c’est leur rôle) feraient beaucoup mieux à sa place.
Nous sommes confrontés à une situation inédite, un virus contre lequel nous ne possédons ni traitement ni vaccin.
Alors les autorités font ce qu’elles peuvent avec ce qu’elles ont sous la main.

Tout au plus pourrais-je noter la situation de l’Hôpital détruit par des années de réduction du train de vie de l’état pour respecter les critères du traité de Maastricht.
Il m’a traversé l’esprit de souhaiter que tous les économistes néolibéraux qui se sont succédés en farandole dans les médias pour promouvoir cette réduction crèvent tous du Covid.
Mais c’est une pensée que j’ai bien vite chassée… évidemment.
Pour le moment, je guette le moment où la pluie s’arrêtera pour sortir planter les bulbes qu’il me reste à planter car il faut bien préparer le printemps.

Comments (6) »

Il pleut sur le jardin

Il pleut.
Toute l’eau qui s’est évaporée des mers et des océans durant cet été trop chaud est en train de nous retomber sur la tête et l’on peut prévoir que les régions aux hivers froids battront des records d’enneigement.
Au jardin les roses qui avaient confondu la sécheresse avec l’hiver refleurissent et tentent de mettre un peu de couleur dans toute cette grisaille.
L’automne est arrivé comme un voleur et je comprends les poètes qui font toujours rimer « automne » avec « monotone ».
J’ai des bulbes à planter mais je n’ai pas le courage de m’y mettre avec toute cette pluie.
De temps en temps, tout de même, il y a une éclaircie, alors le soleil parait plus clair et plus radieux.
Sylvère me fait la tête quand je vais voir Mourad.
Pourtant il n’a rien à y perdre, je ne vais pas le délaisser ou l’abandonner et il aurait même a y gagner vu que je suis plus calme et détendu après ma visite.
Bon, c’est vrai, mes rapports avec Mourad ne sont pas si innocents que ça, je me suis débarrassé de la morale sociale et je profite de l’occasion.
Mais je ne perds pas la tête, à mon âge, c’est juste une éclaircie.

Comments (16) »

Retour en automne

Les crocus d’automne, les sternbergias se sont décidés à refleurir cette année.
Sans doute pour célébrer le retour de Sylvère qui est revenu à la maison cet après-midi.
Le chihuahua est devenu hystérique quand il l’a revu, il s’est mis à tourner sur lui-même comme une toupie en poussant des gémissement à fendre le cœur.
Quant à moi je suis partagé : je suis heureux qu’il quitte la clinique où il s’ennuyait et j’espère qu’à la maison il a accepter de se nourrir convenablement maintenant que son problème est censé être réglé.
D’autre part son retour va m’empêcher de voir Mourad aussi souvent que je l’aurais voulu.
C’est qu’il est jaloux l’animal !
Parler avec Mourad me fait du bien…euh…en fait c’est surtout lui qui parle, il est très bavard.
Mais il me dit que ça lui fait du bien de me parler.
Il me raconte des choses dont il lui est impossible de parler dans le milieu où il vit d’habitude.
il avait un ami qu’il connaissait depuis des décennies et avec lequel il avait développé une grande complicité mais cet ami est mort accidentellement.
Mourad a subi un choc presque impossible à encaisser.
Alors il me parle de lui, de ce qu’ils faisaient ensemble, de l’attitude de ses parents envers « l’arabe » et il me dit que ça lui fait du bien de m’en parler.
Et, à moi, ça fait du bien de penser à autre chose qu’à ma situation actuelle et je trouve que Mourad est un type attachant.
La question est, maintenant de trouver un « modus vivendi » acceptable par tout le monde.

Comments (10) »

%d blogueurs aiment cette page :