Archive for 1

Le Nil (egypte 04)

Photo AEgypt sept 09 210 - copieNous sommes rentrés en autocar d’Abou Simbel à Assouan.
280 Km de Sahara !
Aprés le repas, je vais fumer une cigarette sur le balcon.
Le soir tombe (une heure plus tôt qu’en France)
C’est encore le ramadan. Le Jeune est terminé mais les muezzins chantent encore la prière.
Chaque mosquée a, apparemment son thème propre, tous ces chants montent et descendent, s’étirent et se taisent pour reprendre aussitôt. Celà donne une sorte de tapisserie sonore dont les divers motifs tantôt se contrarient et tantôt s’harmonisent qui flotte sur la ville dans le crépuscule finissant.Photo AEgypt sept 09 247 - copie
L’effet produit est d’une surprenante beauté et, pour une fois, je regrette de n’avoir pas un magnétophone sur moi
Assouan est la Première cataracte, en fait une zone de rapides, d’énormes blocs de granit, sculptés par les anciennes crues, encombrent le lit du fleuve à cet endroit.
On y voit aussi des felouques qui font passer les gens d’une rive à l’autre.Photo AEgypt sept 09 329- copie
Le lendemain, aprés avoir visité l’ile de Philae, elle aussi sauvée des eaux du lac Nasser, nous prenons le bateau pour aller jusqu’à Louxor
Le Nil, c’est la vie de l’Egypte, la seule source d’eau, vu qu’il ne pleut pratiquement pas.
Plus que l’or des tombeaux, c’est la richesse du pays
Le bateau longe lentement des rives portant une verdure luxuriante, des palmiers dattiers, des champs cultivés, surveillés de loin par les sommets pelés des collines désertiques…Photo AEgypt sept 09 386 - copie

C’est le moment le plus paisible du voyage.
Nous arrivons à Louxor à la tombée du jour.

Publicités

Leave a comment »

Falbalas

photo-renoncule-avril-09-0-copieJe viens de quitter un journal télévisé, peu importe sur quelle chaine.
Plusieurs d’entre elles cèdent en ce moment à une nouvelle mode : celle du sondage express.
La chaine pose une question demandant l’opinion des téléspectateurs sur un sujet quelconque et ces derniers doivent aller répondre (oui, non, sans opinion ) sur le site internet de la chaine.
Les résultats sont publiés le lendemain ou quelques jours plus tard.
Ca fait vachement interactif, coûte beaucoup moins cher qu’un sondage commandé à un institut ou même qu’un micro-trottoir.
L’ennui, c’est que le procédé n’offre même pas le début du commencement de la moindre valeur indicative sur ce que pensent réellement les gens sur la question posée.
Un sondage est une procédure permettant de connaitre les intentions ou les opinions de la population sur tel ou tel sujet.
Comme on ne peut pas interroger tout le monde on va faire, comme le font les scientifiques qui étudient, par exemple, l’évolution du cours des rivières ou les effets possibles d’un tsunami sur les côtes marines, on va construire une maquette.
Dans la discipline, on appelle ça un panel. On va donc réunir un groupe de gens censés donner une image en réduction de la Société dans son ensemble.
On voit déjà pointer la première difficulté : il faut bien connaitre la société pour prétendre en composer une image réduite.
Ensuite, il faut choisir soigneusement les questions posées : il faut qu’elles soient claires et posées de façon à ne pas induire la réponse.
Et enfin, il faut corriger, éventuellement, les résultats obtenus car on s’est aperçu qu’à certaines questions les sondés mentaient carrément.
Je schématise, mais ce schéma est suffisant pour se rendre compte que poser n’importe quelle question à n’importe qui comme le font les chaines de télévision, ne peut conduire a aucun résultat qui ait un quelconque intérêt.
Mais peut-être que les chaines n’ont que faire de ce que pensent réellement les Français.
Ces sondages ont un rôle purement décoratif.
Des falbalas médiatiques, en quelques sorte.
C’est en l’honneur de ces « fashion victims » de la télé que j’ai mis une image de mes falbalas préférés : les pétales d’une renoncule double en fleur en ce moment.

Leave a comment »