Archive for août 14, 2021

Révolution et Religion

photo-glaieul-blanc-rose-copie

Après avoir abandonné la tête du Roi dans son panier, Cynthia Fleury fait un petit chapitre sur la Réforme pour tenter d’expliquer que c’est là la voie que doit emprunter une démocratie « adulte ».
Oui, on disait beaucoup dans les années 2005 que les français étaient réfractaires à toute réforme.
Evidemment la philosophe ne fait pas de politique ce qui fait qu’elle ignore sans doute le sens qu’à pris, en Français, le mot « Réforme » depuis quelques décennies, a savoir : Destruction de tous les avantages sociaux obtenus depuis le Front Populaire.
Bon, on passe.

photo hoprtensia juil 202 copie

Le dernier chapitre de la première partie est intéressant : l’autrice y examine les opinions de Robespierre sur la religion.
Robespierre considérait que le croyance en un Être Suprême ou quelque chose dans ce genre était le ciment de la République.
C’était un ennemi déclaré de l’Athéisme vu comme un ferment de corruption, croyant un peu comme Locke qu’un athée ne saurait avoir de sentiment moral que s’il croyait que quelqu’un, au dessus de lui, le punirait s’il sortait du droit chemin.
Il devait donc y avoir une religion républicaine.
L’autrice garde un silence discret sur les tentatives de mise en œuvre de cette religion républicaine et sur la plus célèbre d’entre elles : la Fête de la Déesse Raison
(On dirait le titre d’un poème Dada !)
La fête comportait un char portant une statue de l’Erreur à laquelle on mettait (religieusement) le feu.

photo rose lili M juin 20 copie

Or, à l’intérieur de la statue de l’Erreur se trouvait une autre statue : celle de la Déesse Raison qui devait ainsi apparaitre surgissant des cendres de l’Erreur.
Et c’est ce qu’elle fit : La Raison apparut ainsi au milieu des cendres complètement noircie par la combustion de l’Erreur.
(Beau sujet de méditation pour les métaphysiciens.)
On pourrait trouver étrange que l’autrice s’attache ainsi à un aspect qui semble secondaire de la Première République ; Mais c’est qu’elle a une idée derrière la tête : Dans son dernier chapitre elle affirmera qu’il faut une croyance Transcendante aux citoyens républicains pour rester unis.

photo pois vivace juin 20 copie

On en est toujours au « Beau Mensonge » de Platon : un mythe raconté aux citoyens qui les unirait dans une même croyance et, ainsi, les garderait unis.
Si beau qu’il soit cela reste un mensonge.
J’ai l’impression que la Métaphysique est le secteur le plus chic de la Philosophie et qu’un (ou une) philosophe aurait le sentiment de n’être pas digne de ce titre s’il n’était quelque peu métaphysicien

Comments (12) »

%d blogueurs aiment cette page :