La Morale

Bon, je vais faire le plus court possible sur la Morale, c’est un sujet qui emmerde tout le monde.

D’abord, juste une précision de vocabulaire : La Morale c’est vulgaire et l’Ethique c’est chic. Mais les deux mots désignent exactement la même chose.

J’ai longtemps cru, comme beaucoup, que l’origine de la Morale était dans la Religion.
C’est vrai, quoi ! Les religieux ont si souvent la Morale à la bouche que l’on finit par croire que c’est eux qui ont inventé le concept.
Mais c’est une erreur. Le sentiment moral est une structure mentale forgée non par la réflexion mais par l’Evolution et la sélection naturelle parce que nous sommes des animaux fondamentalement sociaux et que nous avons évolué en vivant en groupes.
Même un enfant de trois ans (C’est à dire encore relativement protégé des influences idéologiques) a le sentiment qu’il y a des chose qu’on peut faire et d’autres qu’il vaux mieux ne pas faire à ses petits camarades.

Les religions se sont lovées dans cette structure en édictant des préceptes ( et avec quelle imagination !) pour en codifier le fonctionnement, certains utiles et d’autres stupides.

Il ressort de tout cela qu’on ne peut pas être moral tout seul.
N’en déplaise à ceux qui voient leur éthique personnelle comme un roc au milieu des tempêtes, pour être moral il faut savoir que d’autres vont considérer votre comportement et l’approuver ou le désapprouver.
Et pour ceci il faut avoir le sentiment fort de faire partie d’un groupe.
Et, justement, ce sentiment vieux de centaines de millénaires, se voit battu en brèche, aujourd’hui, par la décomposition, moins « individualiste » qu’anomique, du sentiment d’appartenance.
D’où le développement (au moins en France) d’une « common Indecency » qui frappe le gros de la Société.
Ceci dit (sincèrement) sans vouloir être le moins du monde moralisateur ; Ah non ! Ce n’est pas mon genre.

11 Réponses so far »

  1. 1

    J’espere, quand meme, que tu n’es pas du cote de Mazarine Pingeot qui souffre d’un « « mortel ennui » face à un nouveau féminisme substituant la morale à la politique ».

    Her father’s conduct is not her fault but perhaps she should consider what happens when, as so often with him, you have have politics without morality.

    Sarah

    Aimé par 1 personne

    • 2

      clodoweg said,

      unlike Mazarine Pingeot, I don’t feel that feminists want to replace politics with morality.
      They have no proposal on whether or not to increase taxes, on the regionalisation of administrative management, on the attitude that France should have in the face of the war in Syria, on whether or not the vote in the legislative elections should be proportional.
      On the other hand, I have the impression that feminist « new » people want to substitute their own moral opinions for justice.
      Which is fun considering that most judges are now women.
      As for Mitterand, his policy seems to me more marked by economic incompetence than by a particular immorality.

      The fact that it is immoral to have hidden the existence of his natural daughter seems to me to meet the moral criteria of the great pre-war bourgeoisie from which he came.

      These moral criteria are now obsolete.

      Aimé par 1 personne

      • 3

        I was not speaking of Mitterand’s hiding of his daughter but of his economic and political policies which killed off the Communists, protected his Vichy friends and hid his illness for the entire duration of his time in power. Perhaps everything about him is now obsolete……………Looking at the circumstances by which a Darmanin can say he is the victim of accusations of rape and Chirac can have gotten away for so many years for padding payrolls and Juppe can sit on the highest court in the country…….I am not sure.

        But I am too busy worrying about Trump to see things clearly across an ocean and so I will be guided by your observations………Sarah

        Aimé par 1 personne

        • 4

          clodoweg said,

          Well: Mitterand certainly wanted to control the communists by taking them into his government, but he didn’t kill them.
          The communists were victims of the religious crisis. the collapse of the Catholic faith in France caused the collapse of the quasi-communist religion that opposed it.
          I don’t think he protected his friends from Vichy, just when he was killed by an unbalanced René Bousquet was going to be indicted.
          As for his cancer, it’s true that he managed to hide it during his first seven-year term, but during the second everyone (even me) knew about it.
          Yes, we change doctors because he has not been able to cure cancer and the fired doctor writes a book.

          Aimé par 1 personne

  2. 6

    geraldhelios said,

    Dear … Okay ! I am playing with you in English ! That will be fun ! I did not know about this ability of yours ! From now, you will be my teacher !

    Hmmm, I do not actually understand what you mean when you write : « la décomposition, moins « individualiste » qu’anomique, du sentiment d’appartenance. »

    Can you explain that to me please ?

    Aimé par 1 personne

    • 7

      clodoweg said,

      Oh Gerald, je ne parle pas (quasiment pas) anglais !
      J’utilise le traducteur de mon ordi, ce qui m’oblige à écrire simplement, sans expressions idiomatiques que le traducteur traduit littéralement sans transmettre le sens ce qui donne du charabia à la sortie.

      On critique beaucoup, chez les moralistes, « l’individualisme » moderne, l’individu moderne ne penserait qu’à lui, à promouvoir ses propres intérêts aux dépends de ceux des autres.
      L’anomie c’est l’absence de repères, l’absence de perspectives d’avenir, de possibilités d’évolution.
      Je voulais dire que la disparition des sentiments d’appartenance étaient le fait d’individus égarés plutôt que d’égoïstes forcenés.

      J'aime

  3. 8

    Tu dis assez clairement les choses.
    Hélas, l’inculture généralisée et le mépris des choses hors du champ de l’économie font que l’on n’enseigne plus que le pathos et le logos sont les deux faces de l’Homme.
    On oublie depuis si longtemps d’enseigner le mythos, qui aide le pathos et le logos à saisir l’essence de l’ethos, cet enseignement des règles de la vie en commun…

    Aimé par 1 personne

    • 9

      clodoweg said,

      Ouais…un beau mythe comme aurait dit Platon.
      Je fais peut-être une erreur mais je préfère la vérité aux mythes.
      Evidemment, ça implique de pouvoir se colleter avec le réel ce qui n’est pas facile, je le reconnais.

      J'aime

      • 10

        Le mythos était un enseignement, comme l’étaient les paraboles de Evangiles et nombre de sourates.
        C’est comme dans la vraie vie : C’est censé avoir la vertu de l’exemple.
        (or, justement, il semblerait que ceux qui devraient nous convaincre par leur comportement, aient justement oublié la vertu de l’exemple… 😉 )

        J'aime

        • 11

          clodoweg said,

          Plutôt le contraire de la vraie vie parce que les exemples que cette dernière fournit…
          Enfin, ne noircissons pas trop le tableau il y a aussi des exemples édifiants dans la vraie vie.

          J'aime


Comment RSS · TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :