Invasion

J’avais déjà écrit une note sur le sujet mais elle s’est perdue dans le naufrage de mon ancien blog sur 210six, c’était au moment de la sortie de « la guerre des Mondes » de Spielberg, j’y notais que ce film était, en quelque sorte, « Rencontres du troisième type » vu après le 11 septembre.

la tuerie (mass murder) d’El Paso me donne l’occasion de revenir sur le sujet. L’auteur, dans un texte publié sur Facebook, faisait référence à « l’invasion » du Texas par les latinos.
Invasion…
Bien sûr, les politiciens Républicains ou de « l’alt right » adorent ce thème mais il faut noter que, dans un registre plus profond, dans les oeuvres de littérature populaire (science fiction) ou dans le cinéma, les américains sont les seuls à raconter encore des histoires d’invasion.
Les Etats Unis, à en croire leur culture populaire, ont été menacés d’invasion par les communistes, les Extras terrestres, les virus et, maintenant les latinos.
Ça fait beaucoup d’envahisseurs.
Les européens aussi ont écrit des histoires d’invasion, HG Wells a écrit « la guerre des mondes » après une discussion avec son frère sur la guerre des Boers, en France le Capitaine Danrit a écrit, au début du siècle « Le péril Jaune » et « le péril noir » (A noter que ces deux « périls » provenaient de populations colonisées par la France à l’époque), mais ils ont pratiquement cessé de le faire quant ils ont perdu leurs empires coloniaux.
Je crois que c’est là le nœud du problème : on craint l’invasion quand on est soi-même un envahisseur.
Les américain n’ont pas de chance, ils n’ont pas d’empire colonial à perdre, le pays où ils sont nés, comme ils l’ont appris à l’école, est le pays même qu’ils ont envahi.
Impossible d’évacuer la culpabilité, l’idée d’invasion est fichée comme une écharde dans l’esprit de l’Amérique blanche.
Après ça, chacun en fait ce qu’il peut, soit une tuerie de masse soit un film de science-fiction, cela dépend des capacités de chacun.

4 Réponses so far »

  1. 1

    Louis, I agree with your analysis. Combine this with the fact that there are 300 million firearms in the country – one for every man, woman and child – and the complete romanticism of the Wild West embedded in the culture.…..and you have this mayhem on the streets and in the schools and shopping malls.

    We have been up half the night watching one man holding scores and scores of policemen at bay in north Philly. Lucky for everyone, this criminal was a bad shot because no policemen were killed.

    What a mess! Sarah

    • 2

      clodoweg said,

      Yes, I think that this proliferation of weapons comes from an abusive interpretation of the secont amendment, but also from the intrinseque violence of American society.

  2. 3

    Je pense que les américains aiment aussi l’idée d’une Amérique viciée envahie et dévastée par des aliens, des virus ou des méga catastrophes naturelles. Ensuite, ils s’unissent et tuent tous le monde afin de reconstruire une Amérique pure comme du temps des pionniers. Le tout teinté de religieux et de l’héroïsme du peuple élu. De nouveaux pilgrim fathers en quelque sorte.

    • 4

      clodoweg said,

      Oui c’est tout a fait ça, cela provient du puritanisme originel. Mais la catastrophe qui permet de retrouver la pureté originelle est un thème un peu différent de l’invasion car elle peut avoir des causes endogènes ( savant fou, gouvernement corrompu, etc…)


Comment RSS · TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :