Archive for juillet 22, 2018

L’Ambassadeur et l’humoriste

Dans son dernier commentaire Sarah Abraham m’a envoyéun lien sur la réponse faite par l’humoriste américain Trevor Noah à l’ambassadeur de France qui critiquait sa chronique portant sur la victoire des bleus au mondial de foot.
L’affaire a provoqué des réactions puisqu’andréa lui-même écrit une note sur le sujet.
Hélas, quand on est ambassadeur de France on devrait se contenter de débiter poliment la langue de bois officielle et ne pas aller se frotter à un humoriste américain : on est sûr de se faire ridiculiser.
L’humoriste avait dit : « Je suis tellement content, l’Afrique a gagné la coupe de monde . »
Par cette métonymie géographique, l’humoriste voulait dire que les joueurs français étaient noirs.
L’ambassadeur, choqué, l’a accusé de nier l’Identité Française.
L’Américain ne comprend pas : « Pourquoi ne pourrait-on pas être à la fois français et africain ? »
Pourquoi ? Parce que c’est la Loi (française).
Elle ne reconnait que deux cas de figures possibles : Soit on est français, soit on n’est pas français.
Et c’est tout.
Bien sûr on peut se sentir à la fois français et africain, comme à la fois français et alsacien, français et basque, français et algérien.
La loi accepte même que l’on possède officiellement une double nationalité, mais elle n’en tient pas compte ; Toutes ces choses ressortissent d’une sphère strictement privée.(d’où le tollé provoqué par l’ex-président Hollande quand il a proposé de déchoir de leur nationalité Française les terroristes islamiques binationaux. Proposition qui lui a coûté sa réélection parmi les gens de son propre parti.)
L’ambassadeur ajoute « Le passé riche et divers des joueurs et le reflet de la diversité française »
vous avez dit « diversité «  ?
C’est une valeur de fraîche date, le temps n’est pas si lointain où l’on obligeait un enfant breton ayant parlé breton à l’école à porter un sabot autour du cou.
Evidemment, avec les noirs (dont la présence en France est bien le résultat du colonialisme français) c’est plus difficile à faire car ils portent leur sabot (leur couleur de peau) en permanence.
On s’est donc résigné à parler officiellement de « diversité » alors qu’on s’était acharné jusque là à écraser les diverses identités régionales des français.
Car la France n’est pas un pays « ethnique » mais la réunion politique de peuples divers.
Evidemment cela n’empêche pas le racisme, répandu comme une peste sourde dans la population.
Et là, ce n’est pas une conséquence de la colonisation, il existait, bien avant, elle un « racisme » intra-français entre les diverses populations.
Bon en France, c’est un peu comme aux Etats-Unis, à ceci près que l’Etat Français n’a jamais été institutionnellement raciste.
Je pense que c’est à peu près ça que voulait dire l’ambassadeur.
Je me rends compte que je n’ai pas parlé des fleurs qui illustrent ce trop long article, photographiées au cours d’une balade en Andorre.
La première, la bleue, est une gesse, une sorte de haricot.
La seconde, je la voyais pour la première fois est un vératre blanc. Une plante très toxique employée à l’époque baroque comme purgatif radical.
C’était de la médecine pour les pauvres.
Les riches étaient soignés avec de l’or potable ou des perles dissoutes dans du vinaigre, les pauvres avec des herbes médicinales mais à des doses à faire délirer un cheval.
La troisième, enfin est la fructification d’une anémone jaune, déjà défleurie à cet étage montagnard.

Comments (7) »