Archive for juillet 19, 2018

Migrations

Donc, comme je l’ai déjà dis, plus on monte dans la montagne, plus on remonte dans la saison.
La route pour aller en Andorre nous ramène du mois de juillet aux environs du mois d’avril.
C’est encore le printemps là haut et la saison de floraison des orchidées.
Celles qui sont les plus visibles sont les dactylorhizas.
Oui mais lesquelles ?
est-ce les « maculatas » ou les « incarnatas » ou d’autres ?
Je m’y perd. Elles ont des espèces nombreuses et une forte tendance à s’hybrider entre elles.
Les orchidées sont au règne végétal ce que l’homme est au règne animal, soit ce que la l’Evolution a produit de plus moderne.
Et justement, de nouvelles découvertes archéologiques sur le site du Debel Irhoud, au Maroc, font remonter les débuts de notre espèce à 300 000 ans soit 100 000 de plus que ce que l’on pensait jusqu’alors.
Mais cette découverte modifie aussi ce que l’on pensait de la façon dont notre espèce a émergé.
Au lieu d’une petite évolution tranquille d’une population habitant la vallée de l’Afar en Afrique de l’est, on commence à se rendre compte que les pré-sapiens se déplaçaient dans toute l’Afrique (le Sahara n’existait pas) et que notre espèce pourrait bien être le résultat de métissages de plusieurs populations, chacune apportant sa mutation à ce qui allait devenir l’Homo Sapiens.
Au contraire de nos cousins les singes, nous ne sommes pas liés à un biotope particulier.
Nous nous adaptons aux différents paysages ce qui nous permet de satisfaire à ce prurit de déplacements qui semble bien être une caractéristique majeure de l’Humanité.
Nous avons parcouru l’Afrique dans tous les sens pour finalement en sortir et arriver jusque sur la lune.
Les orchidées aussi se retrouvent dans presque tous le biotopes même si elles sont obligées de changer d’espèce pour s’adapter.
La migration est à l’origine de notre espèce, raison de plus de respecter les migrants.

Comments (4) »