Clochettes

Aujourd’hui il y avait du vent d’Autan, ce qui rafraichissait un peu la chaleur de la journée.
Je sais que souffle l’Autan parce que j’ai, pendu sous le balcon, un carillon éolien qui ne tintinnabule que quand souffle ce vent là.

J’avais déjà, dans le jardin, des scilles campanulés bleus aussi nommés « jacinthes des bois ».
Celles auxquelles Ernest Lavisse fait allusion en commençant son « Histoire de France » par : « Aujourd’hui comme hier la jacinthe fleurit dans les Gaules…etc »
Le scille campanulé étant une image de la pérennité des Gaules à travers les aléas du Temps.
L’image est fausse mais elle est belle.
L’automne dernier j’ai planté des bulbes de scilles roses.
Ceux là, à ce que j’ai cru comprendre viennent d’Espagne, peut-être une image de la pérennité des Espagnes, qui sait ?
En tout cas les miens, comme tant de réfugiés espagnols, dans la région, semblent bien s’acclimater et viennent de fleurir.

Ce soir, le vent est tombé et il flotte dans l’air un parfum subtil, léger comme un souvenir, peut-être les lilas ou peut-être simplement celui de la jeune végétation après une journée de soleil.

Publicités

2 Réponses so far »

  1. 1

    Joli poème en prose que cette petite note.
    Merci Clodoweg.


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :