Surréalisme


L’acte surréaliste le plus simple consiste revolvers aux poings a descendre dans la rue et à tirer au hasard tant qu’on peut dans la foule. « 
Je cite la phrase de mémoire alors il se peut qu’elle ne soit pas tout à fait exacte (la mémoire vous savez…) mais je crois que le sens y est.
La citation est d’André Breton, tirée si ma mémoire (toujours elle) ne me fait pas défaut du « Second manifeste du Surréalisme ».
De nos jours on voit pas mal de gens, des tueurs de masse américains aux djihadistes français qui paraissent s’en inspirer.
Supposition parfaitement gratuite par ailleurs car je suis bien certain que ni les tueurs de masse ni les djihadistes n’ont jamais lu une ligne d’André Breton.
Tout de même je me demande ce que le révolutionnaire en chambre aurait pensé de voir sa doctrine ainsi illustrée.
Cette pensée, pourtant date d’au moins trois générations.
Chaque génération (du moins certains de ses représentants) trouve un moyen de s’opposer à celle qui la précède (celle de ses pères) en refusant les valeurs qui la caractérisent ou, du moins, celles qu’elle met en avant.
De mon temps, à l’âge des révoltes, c’étaient Action Directe, les Brigades Rouges ou la Bande à Baader qui incarnaient la révolte sanglante.
De nos jours, ce sont les Islamistes.
Certes l’idéologie est différente – mais l’idéologie a si peu d’importance – mais c’est bien le refus des valeurs qui l’emporte.
Au refus du patriotisme national succède le refus des « Droits de l’Homme », à la volonté de Liberté de d’Egalité succède le refus de la Liberté et de l’Egalité (et ne parlons pas de la Fraternité).
Bien sûr, de mon temps les révoltés libertaires n’ont jamais été en mesure de convertir la société et il en est de même aujourd’hui pour les Islamistes.
Comme pour les « gauchistes, il ne restera d’eux qu’un peu de sang sur la route.
Allons…comme André Breton était poète j’ai mis en tête de cette note un « narcisse des poètes » et en fin un narcisse double pour rappeler le volume de l’Ego du poète en question.

2 Réponses so far »

  1. 1

    André said,

    En effet, que restera-t-il d’eux, si ce n’est qu’ils avaient des parents trop paumés pour les conduire sur un chemin constructif et un entourage social qui s’est désintéressé de leur bien-être et leur avenir.

    • 2

      clodoweg said,

      C’est vrai, André, mais ce n’est pas toujours facile pour les parents de diriger la vie de leurs enfants, surtout quand l’environnement social ne s’y prête pas.


Comment RSS · TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :