Les anémones

La ville voisine de la mienne a garni ses corbeilles fleuries ( les villes modernes adorent fleurir leur centre au point que c’en est une véritable furie ) d’anémones de Caen qui balancent au vent leurs belles corolles.
Leur nom vient du grec anémos qui désigne le souffle du vent car ce dernier est censé faire ouvrir leurs pétales ou bien, selon d’autres versions emporter leurs graines au loin.
Le mot est cousin du latin anima (le souffle qui anime, l’âme) et la famille aurait pour ancêtre une racine sanscrite àni-ti signifiant souffler.
Une fleur dans le v… non, je ne vais pas faire une blague aussi facile !Une fleur à la mode, donc, que j’ai plantée autrefois dans mon jardin mais qui n’a fleuri qu’une année ce qui fait que je n’ai pas renouvelé l’expérience.
Enfin, pas encore car celles des floralies municipales qui, elles mêmes, ne sont pas censées durer plus d’une saison, on réveillé chez moi une vieille frustration.
Je me suis longtemps contenté de planter et de voir ce qui poussait, mais en vieillissant, j’essaye d’être plus subtil et de fournir aux plantes un sol où elles puissent se plaire et s’installer.
Je suis aussi moins rigide dans l’idée que je me fais d’un beau jardinPar exemple : Je suis en train de brosser pour la débarasser de sa mousse une vasque de jardin en pierre reconstituée.
Je déteste ces trucs mais la vasque appartient à Sylvère qui a voulu la récupérer chez son frère et qui me tanne depuis quelques années pour savoir où je vais la mettre dans le jardin.
Je l’avais laissée dans un coin ( où, justement, elle s’est couverte de mousse ) en espérant vaguement que la pluie finirait par la dissoudre.
Et puis, finalement, je me suis résigné à la mettre à la place du pin parasol que les promoteurs avaient eu la sottise de planter dans mon petit jardin et que j’ai fait abattre cet hiver.
Je vais voir comment je peux l’amener à se fondre dans le décor et je vais y planter des fleurs.
Tiens, pourquoi pas des anémones ?

Publicités

4 Réponses so far »

  1. 1

    tracedepat said,

    J’aime bien ta poésie.
    Et je me bats, inculte, pour avoir des plantes dans mon appartement.
    Dans l’immédiat, ça marche, je n’ai plus de lumière sauf du vert. Et une orchidée qui ne veux pas refleurir ( je dois être impatient).
    L’hellébore noire, elle a déjà sa place. Encore faut-il que j’en trouve une, et un spot.
    J’ai mis des glands dans un pot, tout l’hiver, dehors.aurais-je trois chênes. Pour le moment rien.
    C’est un monde que je découvre. Le pire est qu’au lieu de me donner que du bonheur (mérité), j’angoisse que tout ce beau monde dépérisse. Drôle de contradiction.

    • 2

      clodoweg said,

      J’ai trouvé mon hellebore noire ici . elle n’a pas besoin de beaucoup de lumière c’est une plante d’ombre.
      Pour l’angoisse, je suis un exécrable calmant .

  2. 3

    C’est pourtant chouette un pin parasol !
    Ça ressemble au cèdre du Liban.
    Quand je vois un arbre comme ça, même si le temps est nuageux, j’ai l’impression qu’il fait beau.

  3. 4

    clodoweg said,

    Oui, cela fut un vrai crève cœur de le faire abattre mais il était planté trop prés de la maison et risquait d’en détériorer les fondations.
    C’est un arbre qui a besoin de place pour être à son aise.
    Dans la région on en voit souvent deux plantés à l’entrée d’une propriété.
    Cela indiquait que les habitants du lieu étaient protestants.


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :