Littérature

photo passifl oct 2015 00 copiePetit à petit, en vieillissant, j’ai coupé les liens avec la littérature moderne. Je n’ai jamais lu Amélie Nothomb ni Eric-Emmanuel Schmidt et le Ciel me préserve d’ouvrir jamais un livre de Michel Houellebecq.
J’aimerais pouvoir en dire autant de Christine Angot, mais ce n’est pas le cas : j’ai lu un de ses livres.
Je dois dire, à ma décharge que c’était en service commandé.
A l’approche des vacances d’été la responsable de la Librairie du magasin où je travaillais collait d’autorité à tous les employés qui savaient lire deux ou trois bouquins qui allaient paraitre à la Rentrée d’automne avec ordre de les lire et de rendre au retour une fiche de lecture dûment remplie.
Parfois c’étaient des livres prêts à la vente, parfois de simples exemplaires de correction.
Toujours est-il que j’ai hérité d’un livre de C. Angot (j’ai oublié le titre.).
Le nom de l’auteur m’avait plu à cause de : « Et de la mère Angot, je suis la fille je suis la fille… »
Hélas, à la lecture, je me suis mortellement ennuyé.
Je me souviens que, lors de mon compte-rendu j’avais fait un parallèle entre son éditeur et celui de Marguerite Duras qui avait vendu pendant des décennies les livres de cet auteur avant d’avoir un succès populaire avec « L’Amant » ; Je souhaitais bon courage à cette maison d’édition.
L’année suivante paraissait « L’Inceste ».
Je me suis dit : « Mais que tu es stupide ! les éditeurs d’aujourd’hui n’ont aucunement l’intention d’attendre vingt ans avant d’avoir un succès commercial ! »
Christine s’en est trouvée propulsée dans le cénacle des auteurs médiatisés et j’espère pour elle que le chiffre de ses ventes a suivi le mouvement.
Mais, désolé, ce sera sans moi.

Publicités

8 Réponses so far »

  1. 1

    Oui elle remporte un beau succès. Il y a longtemps, j’ai ouvert l’un de ses livres mais l’ai trouvé illisible. Peu de temps après, j’ai entendu la lecture qu’elle en faisait et c’était admirable. Un texte qui devait passer par le gueuloir et elle faisait corps avec lui.

    • 2

      clodoweg said,

      C’est intéressant ça, André. En effet, la lecture à haute voix d’un texte change beaucoup l’impression qu’il produit, surtout si c’est l’auteur qui le lit.
      Peut-être qu’au lieu d’écrire des livres Christine Angot devait-elle faire des vidéos.

  2. 3

    tracedepat said,

    Curieux. Moi c’est en vieillissant que j’ai fini par ouvrir un Nothomb, puis un Schmidt, puis d’autre du genre. Et il y a 2 mois, j’ai acheté un Houellebecq au puces, pour essayer, un soir d’hiver. Sans doute qu’avec le temps, ces vieux livres qui sentent la poussière des brocantes ne me semblent plus la littérature moderne.
    Quand à Angot, on verra dans vingt ans, si je suis encore là pour lire.

  3. 5

    geraldhelios said,

    Hello mon ami littéraire !

    Je n’ai jamais lu le livre dont tu parles ou même les autres auteurs (ou alors je ne m’en souviens pas ) mais je suis d’accord avec André Depinge lorsqu’il parle de format !  » L’avenir du livre » se trouve peut être, dans le but de le rendre plus attrayant pour les jeunes, dans le format audio ? En effet, un livre lu, surtout par son auteur, offre un tout autre visage, et s’inscrit dans la mémoire d’une autre façon que de lire soi même. On retient la voix les intonations, les bruitages quelques fois et ça stimule aussi l’imagination grâce au manque d’images (qui est une bonne chose !). Je me souviendrai toute ma vie des cassettes audios de lecture del ivre que ma mère empruntait à la bibliothèque. Celui qui m’a le plus marqué est l’histoire de « L’homme qui plantait des arbres » de Jean Giono. J’ai bien lu le livre par la suite mais ça ne m’a pas laissé du tout la même impression. De plus, dans les cas où ça ne serait pas l’auteur qui le lirait, ça permettrait au métier de conteur d’histoire de revoir la lumière du jour et de retrouver de la popularité , ce qui serait aussi une très bonne chose. 🙂

    • 6

      clodoweg said,

      Joli commentaire Gérald.
      J’ai toujours abordé les livres par leur version papier mais, à te lire je commence à penser que j’ai loupé un truc.

      • 7

        geraldhelios said,

        Chaque méthode a ses avantages, et concernant la lecture, je pense que toute méthode de lecture n’a que des avantages ; commencer par la version papier permet stimuler davantage le cerveau et surtout sa propre imagination. Après, c’est toujours enrichissant de tester et de varier les différentes méthodes ! C’est un peu comme regarder une même chose mais de différents points de vues , c’est toujours enrichissant !
        Je te souhaite la bonne nuit, mon ami Louis !


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :