Archive for mars 7, 2015

Quelques pas dans la ville

photo primevere mars 2015 copieMardi dernier je suis allé à Tarbes pour l’enterrement de ma mère.
Ma belle-soeur m’a hébergé chez elle, elle habite un village à quelques kilomètres de Tarbes.
Son jardin commençait à fleurir avec d’énormes touffes de primevères violettes.
J’étais vert de jalousie, chez moi, les primevères végètent un an ou deux et disparaissent.
Le sol est peut être en cause. Tout le sol de cette partie de la vallée de l’Adour est acide, les azalées et les rhododendrons y atteignent des tailles surprenantes. Je me souviens aussi de pieds de camélias mesurant prés de trois mètres de haut et autant de large.
Les souvenirs… cela faisait des années que je n’étais pas allé dans le centre ville.
Je considérais Tarbes, quand j’y vivais comme une non-ville, quelque chose dans le genre de Vierzon ou Vesoul. Cette fois, je lui ai trouvé un certain charme. La ville décline, ce qui lui a permis d’échapper au bétonnage.photo camelia mars 2015 0 copie
Mais, en marchant dans la rue, je sentais remonter des souvenirs, comme des ombres sortant du sol.
Le café de l’Europe, où j’allais souvent, le Lycée, le jardin Massey, tout me renvoyait à un passé perdu, une autre vie.
Et, bien sûr, le cimetière Saint Jean, dernier lieu de résidence de ma famille.
Ma mère prend la dernière place dans le caveau, ce qui fait que je ne sais trop où loger après ma mort.
Bah, il reste encore un peu de place pour loger une urne de cendres.
En tout cas j’ai l’impression que ma jeunesse y est déjà enterrée.
Avec la mort de ma mère, ce n’est pas une page qui se tourne c’est tout un volume qui se ferme.
Les souvenirs ne sont plus que des fantômes.

Publicités

Comments (14) »