Archive for décembre 8, 2014

je hais les dimanches

photo hortensia dec2014 0 copieDans son dernier commentaire, le goût des autres me rappelait la mésaventure de ce directeur d’un Bricorama qui s’était battu comme un beau diable devant la justice pour que son magasin de bricolage puisse ouvrir le dimanche, allant même jusqu’à susciter un mouvement d’employés en faveur de cette ouverture.
La Justice lui a donné raison, il a pu ouvrir le dimanche, pour se rendre compte que celà ne lui apportait pas un sou de chiffre d’affaire en plus.
Les clients se sont simplement déplacés le dimanche au lieu du samedi ou du lundi alors que les frais fixes du magasin ( électricité, salaires, etc…) couraient sur un jour de plus.
Je me demande comment il se fait qu’on discute encore de cette question d’ouverture le dimanche ou les jours fériés. La chambre de commerce de Toulouse est vent debout contre cette décision.
Dans mon magasin, celui où j’étais magasinier, nous avons tout essayé.
Ouverture en nocturne, pendant un an le magasin a fermé à dix heures du soir au lieu de 19h30.
A partir de 20h il n’y avait plus un client dans le magasin.
L’hôtesse d’accueil qui annonçait la fermeture en disant : « Chers adhérents, chers clients, il est telle heure votre magasin ferme, etc… changeait sa formule en disant : « Chers collègues, il est dix heures etc etc …
Nous avons ouvert les jours fériés autorisés (si ces derniers tombaient un samedi). Le chiffre était médiocre alors que celui du vendredi avait augmenté. Au final nous avions une semaine normale.
Pas toujours cependant : je me souviens encore du bide monumental que nous avons essuyé en ouvrant un samedi…premier novembre !
J’ai failli m’endormir sur mon bureau, tous les clients étaient au cimetière.
Il n’y a que deux dimanches dans l’année ou l’ouverture s’avérait utile, ce sont ceux précédant la Noël et surtout le dernier, pour la bonne raison que le samedi précédent Le chiffre d’affaire était bloqué à 4 millions de francs et qu’on n’a jamais pu aller au-delà parce qu’on ne pouvait pas faire rentrer un seul client de plus. Donc, c’est commode pour les clients qu’un magasin ouvre le dimanche mais ça ne rapporte pas un sou au magasin sinon des frais supplémentaires.
Il y a encore une dizaine d’années les financiers se contentaient de faire dans leur caisse dans les hautes sphères des directions parisiennes mais il semble qu’ils aient pris le pouvoir et qu’il nomment maintenant aux directions des magasins des gens qui leur ressemblent. Ce ne sont pas des commerçants, ils n’ont jamais pesé une livre de lentilles ou cent grammes de pointes toc, il n’ont jamais eu un client devant eux, Les parts de marché ne sont pour eux que des chiffres et ils ignorent comment on les gagne ou on les perd : ils sont NULS !!!
Ce que ce directeur de Bricorama s’est chargé de démontrer.

Comments (5) »