Archive for novembre 4, 2014

L’Odeur tenace des Chrysantèmes

photo chrys oct 2014 002 copieComme tous les ans, pour la Toussaint, je vais à Tarbes porter des fleurs sur la tombe de mon frère et rendre visite à ma mère.
Cette année j’ai pris une jardinière de petits chrysanthèmes aux couleurs variées.
Les chrysanthèmes sont les fleurs des tombes parce qu’ils fleurissent juste au moment de la Toussaint. Ce sont pourtant des fleurs rutilantes qui mériteraient une meilleure place dans les jardins quoique obtenir les belles boules que vendent les fleuristes demande un travail de pinçage assez fastidieux.
Je pose ma jardinière sur la tombe qui porte déjà une boule de chrysanthèmes jaunes. La tombe est propre. Je me demande qui l’entretient. Chez nous, entretenir et fleurir les tombes, c’est le travail des vieux.
Mais je suis le seul vieux encore valide de ma famille et je n’habite pas là.
Ce doit être ma belle-soeur qu s’occupe du boulot.
Les chrysanthèymes n’ont pas véritablement de parfum mais une odeur tenace qui vient de leur feuillage. j’aime bien cette odeur et je la sens encore sur mes vêtements quant je quitte le cimetierre.photo chrys oct 2014 004 copie
Je vais voir ma même. elle a fait ses quatre vingt quinze ans cet été.
Elle ne perd pas la tête mais sa mémoire s’évapore.
Les évènements les plus récents disparaissent pour laisser reparaitre les souvenirs de sa petite enfance.
Cette fois elle m’a raconté qu’arrivant à l’école à Bagères de Bigore (elle avait six ans) elle s’est fait rabrouer par les autres petites filles : » Vas-t’en, on ne veux pas de toi, italienne ! » elle est rentrée en larmes à la maison et sont père lui a dit qu’elle n’avait pas avoir honte d’être italienne, que c’était un beau pays, le pays du Bel Canto
 » Mais ça ne m’a pas consolé m’avoue-t’elle, tu sais les enfants veulent être comme les autres. » photo chrys oct 2014 011 copie
Les discriminations commencent tôt, à l’école primaire.
Les enfants disent tout haut ce que les parents pensent tout bas.
Je reprends la voiture pour rentrer à Toulouse, sur mes vêtements je sens encore l’odeur tenace des chrysanthèmes.

Comments (13) »