Urgences

photo rose pudique juin 2 copieC’est assez difficile à raconter mais je vais tout de même m’y essayer.
Ces trois dernières semaines, Sylvère qui est en arrêt de travail à cause d’une opération, s’est retrouvé aux Urgences de l’hôpital Purpan.
Quatre fois en trois semaines.
Je ne l’ai pas accompagné la première fois, j’ai passé la journée à essayer de joindre les Urgences.
Il a, ensuite passé quatre jours en neurologie où il a passé une batterie d’exament
La seconde fois, il n’y est resté qu’une journée et on me l’a ramené le soir presque aussi mal en point qu’au départ.
Troisième fois, le lendemain. Là, je suis parti avec lui.
Les Urgences, pour ce que j’en ai vu sont surtout un long couloir, avec des lettres sur le mur pour indiquer un emplacement. Emplacement R pour Sylvère.
Et, une fois qu’on est là on attend.
Dés l’arrivée on vous place une perfusion de sérum physiologique pour vous réhydrater.
(indispensable vu que vous avez le temps de sécher sur place avant de voir un médecin.)
Toutes les deux heures on vient prendre la tension et on vous fait un ECG (un seul par jour quand même).
Et on attend.
Des femmes en uniforme blanc passent dans le couloir sans vous jeter un regard.
Des internes, eux, viennent jeter un coup d’oeil et repartent.
On attend.
Le soir, je suis parti pour aller prendre un repas et dormir.
Le lendemain matin j’ai reçu un coup de téléphone me demandant de venir rechercher Sylvère.
Je le trouve dans un fauteuil roulant.
L’interne me dit en substance  » On n’a rien trouvé de neurologique ou physiologique, on ne sait pas ce qu’il a, alors on vous le rend. »
Je m’énerve un peu,ma voiture n’est pas une ambulance et Sylvère ne peut pratiquement pas marcher (je me rendrai compte plus tard combien la nuit a été éprouvante pour lui).
On accepte de le renvoyer en ambulance (encore trois heures d’attente) et une ambulancière particulièrement revèche le ramène à la maison avec un rendez-vous, quelques jours plus tard au service ORL de l’Hôpital.
J’arrive à amener Sylvère à son rendez-vous (il marche péniblement), mais là il fait une crise de panique, les médecins du service passent un coup de fil et… retour aux Urgences.
J’explique notre situation à l’interne de garde qui me promet d’appeler un psy ( vu que ce qu’a Sylvère ne se voit pas à la machine).
Et ça recommence : perfusion, tension, ECG.
Je m’informe et comprend cette passion pour la tension et les ECG : ils ont peur qu’un patient fasse une crise cardiaque aux Urgences. Apparemment ils ne seraient pas capables de la gérer.
Nous attendons.
Au bout de sept heures (7 heures) d’attente je finis par pèter un plomb : J’entre dans le local des internes et des infirmières et je me met à hurler : que nous attendons un psy depuis 7 h, que j’exige qu’on enlève la perfusion à mon ami, que nous rentrons chez nous.
On nous répond des trucs du genre : « C’est pas moi je viens d’arriver !! »
Finalement on m’annonce que le psy arrive dans dix minutes !
(Eh ben voilà ! il suffisait de le demander gentiment ! )
Nous voyons le psy qui me dit qu’il n’a jamais été prévenu de notre présence.
Pendant ce temps on fait les papiers de sortie (absolument indispensables) et nous rentrons finalement à la maision.

Publicités

27 Réponses so far »

  1. 1

    Voilà qui est terrible à lire. Triste constatation. Bon rétablissement à Sylvère et bon courage pour vous deux.

  2. 3

    C’est aussi beau que les urgences de Tenon où on est obligé de souffler au type qui note vos symptômes que du sang dans les urines ça s’appelle « hématuries » et qu’au bout de neuf heures vous rentrez pour apprendre qu’ils ont perdus vos résultats d’analyse…
    Il y a vingt patients sur des chariots, trois infirmières qui se font engueuler toute la journée, deux médecins qui courent d’un box à l’autre, trois vigiles qui surveillent et, évidemment le « cadre infirmier », celui qui est chargé de la « gestion » , tranquille comme Baptiste et trouve probablement qu’on peut supprimer encore un infirmier et un interne, que ça fera des économies…

    • 4

      clodoweg said,

      Oui, le goût. En fait j’ai eu l’impression d’avoir surtout à faire à des internes, accrochés à leurs machines et à leurs examens physiologiques pour pallier leur manque d’expérience.
      Pas ou peu de véritables médecins.
      Et surtout (« c’est pas moi, je viens d’arriver ! ») aucune continuité du service.

  3. 5

    heure-bleue said,

    Et la clinique de Caen, pourtant bien notée, qui ne fait pas un examen nécessaire au Goût, qui laisse le chirurgien partir déjeuner, ce jour là, le Goût a failli perdre son rein survivant. Ils font des économies sur notre dos et comme on n’est devenu des veaux, on peut s’attendre à pire…

  4. 9

    Thaddée said,

    Quel parcours du combattant. Pauvre Sylvère, il a bien des soucis de santé, j’espère que ça va mieux maintenant. Les hôpitaux c’est vraiment dingue, de toute façon tout le secteur de la médecine laisse à désirer, il n’y a plus assez de médecins pour tout le monde. Je souhaite un bon rétablissement à Sylvère, un bel après-midi à toi, si possible tranquille avec tes chats. L’hôpital, c’est toujours une épreuve.

    • 10

      clodoweg said,

      Plutôt que le combat, c’est le long dimanche de fiançailles, ou une aussi longue attente.
      Mais tous les services ne sont pas aussi mal en point.
      Merci de tes bons vœux, Thaddée.

  5. 11

    Flivo said,

    Cela s’appelle la maîtrise médicalisée des dépenses de santé en langage Hollande/Touraine et HPST en langage Bachelot . Soutenons les cheminots !

    • 12

      clodoweg said,

      Ca, j’avais bien compris !
      Et la volonté de baisser les dépenses a pour effet secondaire gênant une inflation de la bureaucratie.
      Pour ce qui est des cheminots, les interminables reportages sur les galères des usagers m’avaient déjà convaincu des les soutenir.

  6. 13

    Je ne me sens pas prise en otage, j’habite à côté de la gare, finalement les journaux télévisés ont gagné, il y a de moins en moins de train…Belle victoire, faut croire que le chantage ne fonctionne pas toujours..heure-bleue qui squatte le PC du Goût…

    • 14

      clodoweg said,

      heure bleue, face à la grève, les gens se débrouillent, s’organisent pour s’adapter.
      Les micro-trottoirs des infos montrant des gens qui protestent n’ont qu’un rôle purement décoratif.
      Enfin, je suis choqué par l’indécence qu’il y a à parler de « prise d’otage » dans une telle situation. J’espère pour eux que ceux qui emploient cette expression ne seront jamais victimes d’une véritable prise d’otage.

  7. 16

    clodoweg said,

    Merci pour le lien Flivo.
    Je n’avais pas encore lu ce post mais je l’aurais fait de toutes façons car ce blog est dans mon agrégateur et j’en lis tous les articles.
    Amitiés.

  8. 17

    eliane said,

    J’espère que Sylvère va mieux mais quelle galère nous sommes quand même mieux servis à Grenoble ,mais c’est déjà assez angoissant comme cela sans y ajouter l’attente interminable .Courage à vous deux avec toute mon amitié

  9. 19

    eliane said,

    C’est la saint Sylvère aujourd’hui alors Bonne fête en espérant le trouver en bonne forme .Amitiés à vous deux

  10. 20

    liliplume said,

    J’espère quand même qu’ils ont trouvé ce qu’il avait et qu’il a un traitement…il ne fait pas bon être malade par les temps qui courent… Nous avons sortis notre fille de Tenon in extrémis (personne ne s’occupait d’elle, ni de la pauvre vieille à côté d’elle qui a dû finir par en mourir) pour la faire hospitaliser dans une clinique de Versailles où tout s’est arrangé.. Bon courage à vous deux.

  11. 22

    J’espère que ca va mieux, je souhaite un bon rétablissement à Sylvère, et du repos pour toi.

    Shana, qui ne vous oublie pas, n’était pas passée depuis des lustres, et surprise de voir que quelques acteurs de la blogosphère débutante d’il y a plus de 10 ans sont toujours aussi actifs. Ca fait du bien de voir qu’il y a des gens constants. Bisous à vous 2. Shana, qui a maintenant un gnome et une fée 😉

  12. 24

    geraldhelios said,

    Cette rose « presque » tachetée de sang illustre bien tes périples aux urgences mais c’est évidemment le pauvre Sylvère qui est le plus à plaindre dans cette histoire !

    Je ne peux que te souhaiter du mieux depuis le très loin où je me trouve ! …

    • 25

      clodoweg said,

      Merci Gérald.
      Le côté presque taché de sang (en fait je crois que c’est la pluie sur le bouton qui a produit cet effet ) m’a paru bien illustrer mon propos, en effet.
      Merci de des bons souhaits.

  13. 26

    Xiao-bob said,

    Bonjour Clodoweg.

    Je passe ici un peu pas hasard, et je tombe plutôt mal.
    Je souhaite que Sylvère retrouve vite un état plus satisfaisant.

    Transmet lui ma sympathie, il avait un peu commenté mes blogs, il y a des printemps


Comment RSS · TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :