Archive for mai 9, 2013

Alcool.

photo giroflée avril 2013 copieUne émission du Magazine de la santé m’a rappelé ma jeunesse.
Il était question d’une nouvelle façon, en usage chez quelques jeunes gens modernes, de boire de l’alcool de façon à arriver le plus vite possible au coma éthylique.
J’avoue avoir été trés surpris par cette pratique.
J’ai été jeune et j’en ai profité pour bien me saouler chaque fois que c’était possible, je veux dire avec des amis.
L’alcool détendait l’atmosphère, levait les inhibitions, on était bien.
Jusqu’à ce qu’on atteigne la limite et qu’on la dépasse un peu. Notre estomac envoyait alors l’avertissement qui nous disait qu’il était temps de rentrer à la maison.
Certains sont pris de nausée et d’envie de vomir losqu’ils voient vomir quelqu’un d’autre ( c’est un peu comme le bâillement).
Par chance, je suis insensible à ce réflexe et il m’est donc arrivé assez souvent de soutenir un camarade pendant qu’il vomissait tripes et boyaux.
Parfois, le situation devenait délicate,( Je n’ai jamais vu, en France, de débit de boisson avec des toilettes spécialement équipées pour que les clients puissent vomir commodément comme celà se trouve en Belgique.) mais jamais plus grave que d’avoir à laver un pantalon.

Progressivement, l’envie m’a passé et je ne peux me souvenir que d’une ou deux vraies cuites pendant ma vie d’adulte et si celà devait m’arriver encore, il ne pourrait s’agir que d’un accident.

Cependant, jamais moi-même ni aucun de mes petits camarades n’avons visé le coma par les moyens les plus rapides, le plaisir étant de faire durer l’ivresse.

Cette mode, disait un « addictologue » venait « des pays du Nord ».
Quels pays du Nord ? la Sandinavie, la Pologne, l’Angleterre ?
Le médecin ne l’a pas précisé.
Mais je me suis demandé ce qu’il pouvait bien y avoir dans ces pays du Nord pour que leurs jeunes aient ainsi choisi de s’assommer à l’alcool.

Comments (19) »