Archive for mai 1, 2013

Ni fille, ni garçon ?

photo muscari avril 2013  copie(1)Comme je vais parler de sexe, j’ai mis sur cette note des photos un peu évocatrices : muscaris qui, pour être petits n’en sont pas moins phalliques et pivoines qui servent à évoquer le sexe féminin chez les chinois.
Venoins en au fait.
Heure-bleue a fait allusion, dans un commentaire à mon avant dernière note, au fait que la Suède « niait » le sexe des enfants.
Quoi ? !!!!
Je n’étais pas au courant…..
Quelques recherches sur internet m’on permis de trouver quelques articles sur le sujet.
Ces articles indiquent que cinq crèches de Stockholm (et une à Paris) ont décidé, pour contrer les « stéréotypes sexistes » répandus dans la Société de traiter de façon identique les garçons et les filles de façon identique, de leur proposer les mêmes jeux, les mêmes activité etc etc…
Bon, pourquoi pas ?
Mais les articles indiquaient aussi qu’un jeune couple suédois avait décidé d’élever leur enfant à la maison, pour le protéger des miasmes sexistes que risquaient de transmettre les autres bébés et de ne pas lui révéler son sexe, pour lui laisser le loisir de choisir lui-même.DSCN1764 copie
D’aprés les articles de presse, l’enfant aurait maintenant six ans et ne saurait toujours pas, officiellement s’il est une fille ou un garçon.
J’ai essayé de résumer les informations sans trop savoir si elles sont exactes ou complètes, ce qui fait que je ne connais pas , en réalité, la vérité sur la situation de cet enfant : le fait de ne pas révéler son sexe à un enfant au moment où il commence à s’intéresser à la question ( trois ans ) me parait si stupide que j’ai du mal à le croire et, en même temps j’ai du mal à croire que des journalistes aient pu inventer un truc pareil.
Bon…admettons que c’est bien ça qu’aient fait les parents.photo muscari blanc avril copie
Les pauvres se font des illusions s’ils pensent faire échapper leur enfant à la différence des sexes, tant du point de vue biologique que social.
Il ne l’ont pas mis à la crèche pour qu’il ne soit pas influencé par les autres enfants mais ils ont oublié, apparemment leur propre inconscient qui conserve les stéréotypes qui leur ont été transmis par leurs parents, bien cachés au fond d’un tiroir.
Laisser un enfant qui a besoin de repères sur les autres et sur lui même, « choisir son sexe », me parait d’une idiotie sans nom.
Essayer d’éviter qu’un enfant soit influencés par les éléments les plus stupides (par ex. : les femmes sont inférieures par nature) des conceptions sociales, me parait une bonne chose mais difficile à réaliser.
L’homme est un être social et c’est au contact des autres qu’il se développe. L’enfant sera donc forcément confronté d’abord à sa réalité biologique (mâle ou femelle) et ensuite aux représentations que la société dans laquelle il vit se fait de ces réalités ( homme ou femme).
S’il n’a pas une idée de ce que sont ces représentations comment pourrai-t-il choisir ?DSCN1753 copie
Tout individu doit, à un moment de son développement choisir d’ahèrer ou non à son sexe biologique et de renoncer à l’autre.
La Société, si puissante qu’elle soit n’arrive pas toujours à imposer ses vues et cetains enfants choisissent contre leur sexe biologique.
Je note au passage que la chose a cessé selon le DSM américain (Diagnostic and Statistical Manual of mental disorders) d’être une Maladie Mentale pour devenir une simple divergence d’opinion avec la Nature et la Société.
Bon, je résume : on ne peut ignorer la différence biologique des sexes et on ne peut, non plus, se soustraire aux représentations que s’en fait la Société dans laquelle on vit.
Evidemment, on peut étudier ces représentations et même les critiquer, c’est ce que se proposent de faire les Etudes de Genre.
C’est sans doute celà qui met en émoi toute la Réacospère qui s’imagine que la façon dont elle conçoit ce que sont un homme et une femme a été décidée par la Nature.

Comments (10) »