Archive for avril 13, 2013

La Dent de chien

DSCN1694 copieC’est à peine croyable mais j’ai réussi à faire fleurir une dent-de-chien (erythronium, pour les intimes) !
Quand je pense à tous les échecs que j’ai eu en plantant ce petit bulbe dont la forme donne son nom à la fleur…
Aucun des erythroniums que je plantais ne voulait pousser.
Les quelques conseils de culture que j’ai pu trouver disaient de donner à la plante un sol « frais et bien drainé ».
Je m’appliquais à faire un sol bien drainé en ajoutant du sable, mais j’avais du mal à comprendre ce que voulait dire « frais ».
Et puis, en désespoir de cause, j’ai eu l’idée de planter les bulbes dans une de mes « mini-tourbières » à savoir un bidon en plastique au sommet scié, enterré dans le sol et percé à vingt centimètres du fond par une série de trous, le tout rempli de tourbe, remplissage complété par une bonne couche de compost.
Une sorte de bac « Rivièra » artisanal.
Miracle ! (façon de parler), j’ai vu pousser des feuilles et enfin la superbe petite fleur liliacée aux pétales retournés en arrière.
J’ai compris maintenant : « frais » veut dire « humide au fond ».
La variété d’érythronium montrée ici s’appelle « Pagoda ».
J’aurais pu y penser plus tôt, je ma souviens des dents-de-chien sauvages (violettes) que je voyais au printemps dans les forêts du Sidobre, elles poussaient dans un terreau acide produit par la chute des feuilles de chène sur un sol granitique.
J’aurais pu m’en inspirer.
Mais il y a parfois des choses qu’on a sous le nez et qu’on ne voit pas.
Et ce n’est pas la première fois que je m’y laisse prendre

Comments (8) »