Muséum

Sylvère a décidé que nouis irions visiter le Muséum de Toulouse qui fait de la publicité sur les panneaux d’affichage de la ville.
Le mot « Museum » désigne en latin un endroit dédié aux muses. il est adapté du grec « Mouseion » qui désignait le vaste ensemble de bâtiments accolés au palais des rois Ptolémées à Alexandrie qui comprenait, entre autres, la Grande Bibliothèque.
Ce qui, pour l’époque se rapprochait le plus d’une université.
Le mot a d’abord désigné un cabinet de curiosités puis La forme française « musée » a désigné un endroit dédié aux Beaux Arts, tandis qu’on a gardé le mot latin pour désigner un endroit dont le contenu se voulait plus scientifique.
Le latin, ça fait plus sérieux.
En route donc (par une chaleur étouffante) pour traverser le ‘Jardin des Plantes » où fleurissent d’énormes hibiscus blancs ou roses.
Le temps d’arriver à la porte du muséum, j’avais déjà la sueur qui me coulait dans les yeux.
Un peu avant l’entrée, dans le jardin, est exposé un superbe crâne de tricératops.
Je m’inquiète un peu de voir qu’on laisse une relique aussi précieuse exposée aux imtempéries mais en m’approchant, je lis sur la notice qu’il s’agit d’un moulage en résine.
Le hall d’entrée contient un éléphant naturalisé surmonté du squelette d’un immense Quetzalcoatlus, le plus grand reptile volant ayant jamais vécu ( et c’est vrai : il n’était pas loin de l’envergure d’un mirage ) probablement en résine lui aussi.
Entré à prix correct ( 6 euros) mais nous zappons l’exposition temporaire sur « l’Eau » qui est en supplément.
L’exposition permanente des collections est étonnament sombre les murs sont bleu foncé et les oiseaux et mammifères naturalisés exposés dans une quasi pénombre sans doute parce que la lumière risquerait de les détériorer.
Je préfère les animations pédagogiques pour enfants des écoles : une vidéo montre le mouvement des continents depuis la Pangée jusqu’à nos jours et au delà, une autre montre les effets d’un tremblement de terre pendant que le sol devant elle tremble sous les pieds des spectateurs ( d’aprés Sylvère qui a subi un tremblement de terre en Californie, l’effet produit est peu réaliste).
La présentation des coollections est plus belle lorsqu’il s’agit de petits objets : Papillons insectes et coquillages sont présentés en tableaux de classification du plus bel effet à mon goût.
Aprés avoir visité toutes les salles destinées à la nature, on arrive dans une salle « ethnologique » où l’on peut voir des arcs des flèches et divers objets un peu desséchés.
Il m’est soudain apparu curieux que l’on présente ces objets fabriqués de main d’homme dans le même bâtiment que des minéraux et des animaux empaillés. mais je me suis dit que ces objets étaient, là, présentés plus au regard des savants qu’à celui des esthètes.
(On est dans un « Muséum » pas dans un « musée »)
Nous avons zappé aussi les serres et le jardin botanique, il faisait vraiement trop chaud et puis ce genre d’institution ne peut se saisir en une seule visite.
Nous reviendrons, peut-être.
Nos avons terminé la visite sur la terrasse de la cafétéria : le Moaï, du nom de la sculpture qui la décore.
Sous un arbre portant, comme certains serveurs, son nom sur un badge : « Taxus… » j’ai oublié la suite.
Un if, quoi, à son ombre ( Umbra mai fiu…) il faisait délicieusement frais.

Publicités

14 Réponses so far »

  1. 1

    Helios said,

    Il y a des hibiscus comme ceux là à Fuji-shi ! je les trouve beaux mais quand tu les dis gros, je dirais que ceux de martiniques sont plus gros, (plus colorés et plus beaux) lol non non ce n’est pas du chauvinisme ^^

    Dommage que tu n’ais pas vu la serre, cela aurait probablement fait de belles photos

    visiblement, le serveur aussi t’a plu 😉 !!

    • 2

      clodoweg said,

      Certes Gérald, mais ici, ce que nous voyons de plus courant enfait d' »hibiscus » ce sont des althéas aux fleurs beaucoup plus petites, alors, j’étais trés impressionné.
      La serre m’a semblé contenir surtout des cactées; il faudra que j’y revienne au printemps.
      Le serveur avait une bonne tête comme je les aime.

  2. 3

    Merci pour la visite guidée et photographiée, le rafraichissement était bien gagné !

    • 4

      clodoweg said,

      Hélàs, jean Jacques, la photographie est interdite à l’intérieur du muséum.
      Toujours cause des flashs qui risquent d’abîmer les spécimens.
      Le rafraichissement n’était que de l’eau minérale fraiche mais c’est ce qu’il y a de meilleur à boire quand on a bien soif.

  3. 5

    Ça semble très proche de ce qu’est le Museum d’Histoire Naturelle à Paris.
    (en moins riche, mais il y a des siècles d’entassement et un paquet de thunes…)

  4. 7

    Anonyme said,

    La semaine dernière, notre fille y est allé, à celui de Grenoble avec sa famille, Eliane et mon Fils ainé. il a fallu qu’ils sortent de force mon gendre, il y aurait passé la nuit. Walter

  5. 9

    liliplume said,

    intéressant, comme le dit Le Goût, comme le notre au jardin des plantes !

  6. 11

    eeddaht said,

    Une bien belle visite et je trouve la première photo, celle de la fleur blanche, d’une rare beauté. Bon dimanche ! … trop chaud 😦

  7. 13

    oasien said,

    Un article très intéressant.


Comment RSS · TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :