la Lumière et les fleurs de colza

Il y a quelques années j’habitais Lavaur et je devais faire prés de 40 Km pour me rendre à mon travail.
Le mois d’Avril est la saison où fleurissent les champs de colza et quand je passais en voiture, par temps couvert, les fleurs de colza, au milieu des couleurs atténuées du paysage, paraissaient d’un jaune éclatant, presque fluorescent.
Remarqué plusieurs fois, le phénomène m’intriguait ; Je me demandait si ma vue ne me jouait pas des tours.
J’ai fini par tomber, par hasard sur un article de botanique qui m’a donné l’explication.
Les fleurs de colza ne sont pas de couleur jaune primaire comme pourrait le laisser supposer la photo en tête de cette note mais pourpre d’abeille.
Une couleur vue seulement par les abeilles et qui est un mélange de jaune et d’ultraviolet.
Du coup, le phénomène s’explique : les rayons lumineux du soleil ne percent pas la couche de nuages mais les ultraviolets si et ils vont éclairer les fleurs de colza un peu comme la « lumière noire » dans les boites de nuit, d’où l’impression de fluorescence des champs de colza.
La lumière ultraviolette a beau être invisible, il est des cas, comme celui là où on peut la percevoir.
J’étais assez content d’avoir compris le « truc », d’avoir compris comment « ça » marchait.
C’est une chose qui m’a toujours passionné : arriver à comprendre comment les choses, les discours ou les esprits fonctionnent, plutôt que d’arriver à porter des jugements ou chercher des « causes uniques.
Arrivé à ce moment de ma vie, je ne suis pas certain d’y être souvent parvenu, pas assez souvent à mon goût en tout cas.

Publicités

5 Réponses so far »

  1. 1

    Anonyme said,

    je ne posais souvent des questions pour le travail, mais pour les fleurs, je connaissais peu et n’ai jamais cherché à comprendre.

    Bon dimanche à vous deux. Patriarch

    • 2

      clodoweg said,

      Patriarch, j’imagine bien que tu devais te poser des questions à l’occasion de ton travail, tu n’en serait pas arrivé où tu es arrivé en restant dans l’indifférence et la routine.
      Dans le cas présent il s’agissait d’un phénomène physique que tout le monde pouvait remarquer sans pour autant s’intéresser à la botanique.

  2. 3

    geraldhelios said,

    Merci pour cette explication Louis ! La nature est si bien faîtes, on n’en connait pas la moitié et « On » la détruit pour des futilités …

  3. 5

    liliplume said,

    j’en ai un sous les jyeux là justement : effectivement c’est fluorescent et éblouissant sous le soleil !


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :