Prix Goncourt

Je n’arrive pas à me souvenir si j’ai déjà raconté cette histoire.
C’est fort possible parce que chaque remise du Goncourt me la rappelle mais, à mon âge la mémoire joue parfois des tours.
Bref, en espérant que je ne suis pas en train de radoter, je la raconte.
C’était dans une toute petite librairie de Toulouse qui s’appelait « La Bible d’Or ».
Le libraire, un activiste nommé respectueusement Monsieur Ousset vous surveillait d’un oeil noir quant vous tripotiez ses bouquins.
Quand vous posiez un livre sur son petit bureau pour l’acheter vous étiez invariablement accueilli par l’une ou l’autre de ses deux phrases standart:
a : « Vous lisez CA ??? »
b ; »Comment, vous n’aviez pas lu ??? »
Mais parfois les choses se passaient de manière différente.
C’est ainsi qu’un jour où j’entrais innocemment dans sa boutique, il me brandit un livre sous le nez en m’ordonnant « Achetez ce livre ! »
Il s’agissait du « Roi des aulnes » de Michel Tournier.
Bêtement, j’ai demandé : »Pourquoi ? ».
« Parce qu’il va avoir le Goncourt et que si vous l’achetez aprés vous aurez l’air d’un con ! »

Adieu Monsieur Ousset ; Quand je suis revenu à Toulouse, je n’ai plus osé remettre les pieds dans votre librairie.
J’avais honte devant vous d’avoir raté mes études.Vous étiez bien le seul.
Je sais que vous n’êtes plus de ce monde mais je vous dédie tout de même cette fleur de Datura encore fleurie dans le jardin de la Mairie.

Publicités

3 Réponses so far »

  1. 1

    patriarch said,

    Et il avait raison….. Belle journée à vous deux…. pluie et ciel bien chargé ici… Amicalement !

  2. 2

    Petit Scarabée said,

    Entre Datura et Brugmansia mon cœur balance …

    Si ça peut te rassurer tu ne radote pas ……encore :-P, jamais entendu cette histoire sur Monsieur Ousset .

    Lors d’une émission « C à vous » sur France 5 avec Alessandra Sublet qui a un immensément (si si le mot existe) splendide sourire et qui est une très belle femme et avec Julie Andrieu (Dieu créa la femme parfaite…je me demande ou elle stock toute cette nourriture qu’elle engouffre) à la cuisine.

    Un chroniqueur expliquait que les prix littéraires fonctionnent comme une sorte de jackpot pour les écrivains. Les plus influents en termes de vente sont le Goncourt (380 000 ventes en moyenne), le Renaudot (220 000), puis le Femina (155 000)…et que le choix du gagnant n’est pas toujours exempt de critiques….

  3. 3

    clodoweg said,

    Je préfère Datura qui renvoie sounoisement à la cuisine des sorcières (hallucinogène), mais les grands hybrides stériles comme celui de la photo sont plutôt nommés Brugmansia.

    Je n’ai rien contre les prix littéraires et tant mieux si l’auteur choisi remporte le jackpot. Mais, pour moi ce n’est pas une raison pour acheter le livre.


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :