Archive for juillet 17, 2009

Courgettes et volubilis

photo courgette juin 09 - copieJ’ai installé un arceau pour faire grimper un rosier dans la partie du jardin qui se trouve derrière la maison.
Comme il était trop tard dans la saison pour planter la rosier, j’y ai semé des volubilis qui l’ont escaladé jusqu’au sommet et pour commencer à m’essayer à la culture potagère, j’ai mis un pied de tomates coeur de boeuf au pied d’un des montants et un pied de courgette à l’autre.
Les tomates mûrissent lentement mais les courgettes ont commencé à bien produire ; Sylvère a déjà cuisiné les premières.
Les courgettes ont de belles fleurs orange (on peut d’ailleurs les cuisiner aussi, farcies avec un mélange de viande et de mie de pain trempée dans du lait ) un peu trop cachées par les feuilles qui sont superbes, larges et rappelant un peu celles de la grande berce.photo volubilis juillet - copie
Elles ne dépareraient pas un jardin d’ornement.
Et justement j’ai appris que les courgettes et les volubilis sont les amies des rosiers.
Elles attirent les coccinelles qui viennent y pondre leurs oeufs.
Les larves en sortent et vont ensuite sur les rosiers dévorer les pucerons.
Du coup je me demande si, l’année prochaine, en plus des volubilis qui accompagnent les rosiers grimpants, je ne vais pas planter une cougette à côté des rosiers buissons.

Publicités

Comments (2) »

Réponse au commentaire du Goût des Autres

photo vide-grenier 2008 0 copieLe goût, j’avais répondu à ton commentaire par un autre assez long, et quand j’ai appuyé sur le bouton « valider »…
Zappp ! 20six a avalé le commentaire !
Comme il était prés d’une heure du matin, je suis allé me coucher écoeuré en grommelant qu’il ne faudrait plus me parler de l’efficacité allemande.

Je vais donc essayer de reconstituer ma réponse, sous forme de note cette fois-ci.

Je te disais que j’étais désolé que ma dernière phrase t’ait chiffonné, mais que je persistais dans mon opinion.
Mais je n’avais pas donné le fond de ma pensée.

L’antisémitisme de banlieue est une forme dégradée où surnagent quelques débris du vieil antisémitisme « canal historique ».

les associations juives, luttent contre celà en pratiquant ce que j’appellerait un « activisme éthique ».
Quelqu’un de moins rompu que moi à la Langue de Bois pourrait dire qu’elles nous font la morale.
Mes inquiétudes quant aux résultats de ces actions se fondent sur une analogie (méthode un peu hasardeuse, je sais) avec un autre activisme, celui d’SOS racisme.
Aprés plusieurs décennies d’activisme quels sont les résultats ?
Les jeunes noirs et magrébins meurent toujours dans les commissariats et une forte minorité de la population se déclare ouvertement raciste.
Les mêmes causes produisant les mêmes effets, je crains fort que l’activisme des organisations juives n’amènent le retour d’un antisémitisme décomplexé qui pourrait, lui, franchir les limites de la banlieue.

Je suis, en gros, d’accord avec le reste de ton commentaire, sauf quand tu dis que les organisations juives feraint mieux d’employer leur argent à réaliser un documentaire montrant qu’il y a davantage de juifs pauvres que de riches.

Hélàs…
S’il suffisait de démontrer aux gens que leurs préjugés sont stupides pour les faire changer d’avis, celà se saurait.
L’Antisémitisme est un Discours (c’est à dire une représentation et c’est pourquoi je m’y intéresse) et les discours Anti-quelque chose ( comme l’Antiaméricanisme, par exemple) sont des machines à fabriquer du consensus social ou communeautaire ( les sectes connaissent bien le truc ) et à renforcer le sentiment d’appartenance au groupe.
Et comme ils fonctionnent aux sentiments, par nature irrationnels, peu importe qu’ils soient totalement décollés de la Réalité, ils continuent à perdurer tant qu’ils sont socialement efficients.

Ceci dit, le pire n’est jamais certain.

Pour adoucir ce que cette note pourrait avois d’amer, je met la photo de l’étal d’un fabriquant artisanal de sirops ( thym, hibiscus ) prise dans un vide grenier.

Leave a comment »