Archive for juillet 1, 2009

L’Enfer

photo mombretia lucifer - copie« Il a fait une chaleur infernale » me dit ma voisine.
Je suis bien d’accord : Trente degrés à l’ombre.
Et moi j’étais en plein soleil en train de monter une pergola en métal.
Avec des gants car, sans eux, il n’était pas possible de toucher les montants.
C’est donc en l’honneur de l’enfer que je met des fleurs rouges sur mon blog.
Monbrétias, hémérocalles et lupins.
Mais au fait, d’où vient donc cette idée de l’Enfer, dont tout le monde parle ?
Le mot vient du latin inferno qui désigne le séjour des morts,séjour à peu prés semblable à celui imaginé par les grecs, l’Hadès.
C’est un endroit plutôt sombre (evidemment, sous terre…) et assez ennuyeux, mais tout le monde y va innocents et coupables.
Il existe bien un lieu de punition : le Tartare, mais les crimes qui y sooù se trouvaient les souffles dent punis sont des crimes mythologiques: viol de déesse, révolte contre Zeus, etc… rien qui concerne le citoyen de base.photo heme rouge juin 0 - copie

Les hébreux, de leur coté avaient aussi un séjour des morts : Le shéol assez semblable aux deux précédents, avec aussi une zone plus sombre où se trouvaient les souffles des morts par assassinat et des marins perdus en mer, soit des morts impurs et non des morts coupables.

Il existait à Jérusalem, au pied du mont du temple un vallon nommé la vallée d’Hinnom où se trouvait le temple de Moloch où se pratiquaient des sacrifices humains, or, un jour, le temple mémoirfut détruit par un incendie qui impressionna beaucoup les esprits.
Je cite de mémoire un livre que j’ai lu il y a longtemps : « Leur corps brûlait, ils se roulaient par terre mais quand ils se relevaient le feu reprenait. »
Cette phrase m’a frappé car elle évoque les effets d’une arme abandonnée depuis la seconde guerre mondiale et reprise récemment ( Où donc,déjà…?) la bombe au phosphore.photo lupin rouge mars  - copie
Y avait-il du phosphore dans le temple de Moloch ? Toujours est-il que l’évènement laissa dans les mémoires l’idée d’un feu qui brûlait méme le feu.
La vallée d’Hinnom servit par la suite de décharge publique.
Les diverses sectes juives qui polémiquaient avec violence se menaçaient mutuellement de finir dans la vallée d’Hinnom.
Ce qu’un expression plus moderne traduit assez bien par : « aux poubelles de l’Histoire ».
En grec,langue du Nouveau Testament, la vallée d’Hinnom se traduit par : Le terre d’Hinnom , Gé hinna, la Géhenne.
Le Christianisme, peu charitable envers ses ennemis n’avait plus qu’à reprendre le concept.

Leave a comment »