Rome, l’unique objet de mon ressentiment…

photo-ane-j-bla-01-copie.jpgBertrand Cantat arrive à la moitié de la durée de son incarcération et réclame, comme il en a le droit, une mesure de liberté conditionelle.
La mère de la victime manifeste son intention de tout faire pour s’opposer à cette libération.
Celà m’a rappelé les reflexions que je m’était faites au moment de l’affaire et du procés de Cantat sur ce qui avait pu se passer entre les deux amants au cours de cette soirée fatale.
Soirée fatale… je devrais écrire dans les journeaux.
Les femmes sont moins fortes que les hommes dans la confrontation psysique, c’est pourquoi il est inexcusable de les battre et encore plus de les tuer.
Mais elles ne sont nullement désavantagées dans la confrontation verbale.
Au contraire.
Je ne sais pourquoi, mais j’ai le sentiment qu’elles sont même plus fortes que les hommes à ce jeu-là.
Une femme peut pousser un homme à bout rien qu’avec des paroles.
A bout ? qu’est-ce à dire ?
Eh bien lui dire des choses auxquelles il lui est impossible de répondre.
Et dans le cadre d’une dispute où la colère monte au fur et à mesure des répliques échangées, s’il arrive que l’on ne puisse plus répondre avec des paroles, on répond avec des coups.
Je ne sais si c’est bien celà qui s’est passé entre Bertrand Cantat et Marie Trintignan, mais j’ai essayé de me mettre dans la situation et de me demander ce qui aurait pu me pousser à cogner ma femme à mort.
Et c’est ce que j’ai trouvé : l’impossibilité de répondre avec des mots et l’angoisse maximum que cette situation provoque.
Le titre de cette note est une allusion à une scène célèbre du théatre classique, l’Horace de Corneille, où l’héroïne, Camille pousse son frère Horace à perdre son sang-froid et à la tuer, désonorant ainsi la victoire militaire qu’il vient de remporter.
Evidemment la situation n’est pas tout à fait la même, mais je préfère penser à Marie Trintignan en tragédienne plutôt qu’en femme battue.
La fleur est une anémone du Japon, en fleur en ce moment, je l’offre conjointement aux deux protagonistes de ce drame.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :