… et pour le pire ( 4 et fin )

photo-gramen-01-copie.jpgBon, c’est la dernière ligne droite, on prend une bonne respiration et on y va !
Nous avons donc fait contruire une maison. Ma femme a choisi l’emplacement : un endroit calme avec un ruisseau et un grand rideau de vieux arbres au fond du terrain.
Nous avons déménagé presque en même temps que mon entreprise trop à l’étroit dans ses anciens locaux.
Les enfants poussaient normalement, faisaient du judo ou du foot.
Ma psychothérapie a échoué, comme avait échoué une ancienne tentative de psychanalyse.
J’ai dû me résigner à essayer de tenir avec des médicaments.photo-avoi-viv-01-copie.jpg
De son côté, ma femme a changé de service. Elle travaillait jusque là dans le service psychiatrique des adultes et elle ne le supportait plus.
Elle avait même envisagé de quitter son travail. Elle avait fait des études pour connaitre l’homéopathie et la Kinésiologie en espérant s’installer comme thérapeute.
Mais un poste s’est libéré au centre de guidance infantile, elle l’a accepté et s’y est trouvée trés heureuse.
Elle a également entamé une psychanalyse.
Il s’est trouvé que, dans mon entreprise, le Yef a eu des ennuis et que j’ai été amené à prendre sa défense.L’histoire a duré un an qui a été unne année de répit dans ma dépression.
Le meilleur moyen de lutter contre la dépression, outre le travail quotidien, c’est de s’occuper à aider les autres.photo-pennist-01-copie.jpg
Ma femme m’a soutenu à chaque instant dans ces moments-là.
Puis l’affaire s’est résolue et j’ai recommencé à plonger, plus ou moins.
Je crois que c’est un truc qu’elle ne m’a pas pardonné.
Sa psychanalyse se déroulait normalement, sauf qu’elle devenait de plus en plus agressive à mon égard.
J’ai appris plus tard qu’elle songeait déjà à me quitter mais qu’elle attendait que les enfants soient suffisamment grands.
J’aurais sans doute dû parler avec elle, mais je me disais que sa psychanalyse serait plus efficace que moi.
Et puis, un jour, elle m’a dit qu’elle voulait me quitter.
Le ciel m’est tombé sur la tête.
Jamais, même dans mes plus forts moments de dépression, je n’avais imaginé que ma femme pourrait me quitter.
Son amour était la seule chose certaine dans mon univers personnel.
Le reste est une autre histoire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :