Pour le meilleur et pour le pire ( 3 )

photo-amel-01-copie.jpgNotre enfant grandissait,
Comme nous l’avions eu tard par rapport à la normale, Nous avions peu de temps pour en avoir d’autres, aussi nous sommes nous mis « au travail ».
Faire l’amour dans l’intention précise de faire un enfant n’est pas, en ce qui me concerne, la meilleure façon d’éveiller le désir.
Ma femme a été de nouveau enceinte mais a fait une fausse-couche.
Rebelotte.
Une nouvelle grossesse a été la bonne.
C’était aussi la dernière possibilité, ma femme ayant la phobie de la médecine et des médecins, ne voulait pas d’enfant supplémentaire, se trouvant trop vieille pour ça.
Notre fils cadet est né cinq ans aprés son ainé.
Ca n’a pas été sans conséquences pour son évolution ultérieure.photo-fruits-aub-03-copie.jpg
Habitué à vivre avec son frère et les copains de son frère, il n’avait que mépris pour les enfants de son âge ( des bébés !) et il lui a fallu atteindre l’âge du collège pour se faire des amis de sa génération.
De mon côté, je plongeais lentement dans la dépression.
Quand elle devenait trop forte, j’arrétais de prendre des anxiolytiques, la dépression reculait mais l’anxiété remontait.
J’ai fait le ludion entre les deux pendant quelques années.
Du côté du sexe, le désir homosexuel se faisait de plus en plus insistant bien que je continuasse à avoir des rapports avec ma femme.
Comme nous passions nos vacances dans un camp naturiste et que tous ceux que je connais sont flanqués d’une zone de drague homo, J’ai fini par m’y rendre un jour.
J’y allais tôt le matin, les rapports étaients furtifs et fugaces.
une fois les vacances finies, c’était terminé pour un an.
La dépression devenait de plus en plus pesante et les médecines douces que j’avais essayées n’avaient rien donné de positif sur ce plan.
Elle m’ont beaucoup apporté sur le plan physique, mais rien sur le plan mental.
Ma femme me soutenait de son mieux mais c’était aussi lourd à porter pour elle.
Je me suis résigné à voir un psy.photo-fruit-cot-03-copie.jpg
J’ai commencé une psychothérapie et j’ai pris des anti-dépresseurs.
Ces derniers ont coupé tout désir sexuel chez moi, ce qui a ajouté à la peine de ma femme.
Notre vie continuait, cependant, nous faisions des projets. J’ai fait un petit héritage de mes grand-parents, ce qui nous a permis de faire bâtir une maison avec un jardin.
La maison et le jardin que j’occupe encore pour quelques temps.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :