Archive for août 19, 2007

Pour le meilleur et pour le pire (2 )

photo-petu-35-copie.jpgNous nous sommes donc mariés.
J’ai perdu mon travail, l’imprimerie où j’étais magasinier avait des difficultées.
j’ai fait un an de chômage, puis j’ai trouvé le travail que j’occupe toujours aujourd’hui.
J’ai le sentiment que nous vivions bien àlors.
Bien sûr j’avais un caractère difficile mais ma femme m’aimait et me soutenait.
Nous avions des amis, collègues de ma femme qui était assistante sociale dans la service psychiatrique de l’hôpital de Lavaur.
Tout n’était pas parfait. En ce qui concerne notre vie sexuelle, ma femme n’arrivait pas à atteindre l’orgasme et, aussi longtemps que j’aie eu des rapports avec elle elle n’y est jamais parvenue.
Mais nous avions l’avenir devant nous.
Un jour, ma femme a suggéré que nous pourrions avoir un enfant.
Je n’aimais pas les enfants, ils m’intimidaient et me mettaient mal à l’aise, mais, j’ai accepté sans hésiter.
Je me sentais en dette vis à vis de ma femme, j’avais l’impression qu’elle m’aimait plus que je ne l’aimais et je voulais lui faire plaisir.
Comme pour lui rendre un peu de tout ce qu’elle me donnait.
Elle a été enceinte presque tout de suite.photo-petu-40-copie.jpg
C’est sans doute un peu bébête, mais je me sentais fier d’avoir fait un enfant.
Un ami qui avait une caravane en location au Cap d’Agde nous avait fait découvrir le Naturisme et nous allions y passer une quinzaine chaque été.
Cet été là, ma femme était prés d’accoucher et je la trouvais splendide de plénitude physique.
L’accouchement fut l’un des plus grand moments d’émotion de ma vie.
J’ai vu mon fils sortir du ventre de sa mère et je me suis mis immédiatement à aimer les enfants.
A mon travail, cétait le jour du premier inventaire de l’entreprise, un dimanche.
Je suis arrivé en retard et la première personne sur qui je suis tombé en arrivant cétait le patron.
Il a fait faire une annonce au micro pour annoncer la nouvelle à tout le monde.
Mon fils a grandi. Dans mon esprit ces années se fondent toutes dans un brouillard rose.
Je crois pouvoir dire que nous étions heureux.
Cependant, les nuages se levaient. L’entreprise se développait rapidement et les conditions de travail devenaient de plus en plus difficiles.
Surtout à la Noël où nous manquions tragiquement de place.
Plusieurs mois à l’avance je m’inquiétais et je n’arrivais plus à m’endormir le soir.
Les somnifères n’avaient aucun effet, même les plus puissants comme le Rohypnol.photo-petu-08.jpg
J’ai alors pensé à le remplacer par des anxiolytiques qui se se sont avérés immédiatement efficaces.
Ces médicaments sont, en effet trés efficaces, il décapitent l’angoisse, mais laissent émerger ce qui se tient caché en dessous : La dépression.

Leave a comment »